Avertir le modérateur

16/07/2008

Les psys entre inquiétudes et colère: Leur pétition sur Relatio-Europe

Les psys dénoncent l'instauration d'une « psychothérapie d'Etat » PDF Imprimer Email
Mercredi, 16 Juillet 2008 12:45

« Arrêtez l'arrêté ! », par Caroll de Maistre

La lutte contre le charlatanisme, oui. Il se niche dans toutes les professions... La dénaturation de la psychanalyse, non ! Les politiques, en France, tentent de règlementer , à leur manière, les métiers de liés aux psychothérapies. Pourquoi pas ?Mais pas n'importe comment, pas en détruisant ce que la psychanalyse peut et doit apporter dans cette société en mal de deshumanisation. La psychanalyse, discipline bien particulière, ne veut pas et ne doit pas se laisser « enchainée ». Elle est clinique de la subjectivité, écoute de l'individu , le Sujet, respecté dans sa spécificité, dans son humanité, dans sa singularité. Elle n'est pas une simple technique. Le techno-psy formaté  que l'on tente d'imposer ne sera pas un psychanalyste formé, ayant lui-même  l'expérience de l'analyse et étant en étude, en formation, en recherche permanentes. Freud le disait déjà: La psychanalyse ne doit pas se laisser engloutir par la psychologie...

Un nouvel arrêté, mis au point par le ministère de la santé et défendu par celui de la recherche et des universités, après de multiples tentatives de « règlementations » faites (en vain) depuis cinq ans (et notamment depuis l'amendement Accoyer de 2004) a relancé une polémique bien française qui est suivie de près en Europe. Freud n'a-t-il pas marqué toute la pensée européenne contemporaine ?Les enjeux ne concernent-ils pas la vision européenne de la psyché, si différente du faux modèle technicien américain? RELATIO-Europe fait le point sur un débat qui concerne la nature même de la société.

 

 

03/08/2007

Entre l’os de seiche et la baleine : qu’est-ce qu’une Européenne « normale » ?

a5125e7f73fb143ca41c6da5721f7be1.jpgLe clin d’oeil de CLIO pour RELATIO : Entre os de seiche et baleine…L’Europe est comme écartelée. C’est esthétique, avec des retombées médicales, bien sûr. Dans la mode, chez les couturiers et dans les agences de mannequins (bien qu’elles s’en défendent), c’est la ligne Giacometti. Avec la dictatures des régimes et la multiplications des cas d’anorexie… Les femmes ne sont pas les seules concernées :je connais un grand patron (mais oui) français qui refuse d’embaucher (ou de promouvoir) des gros. La discrimination à l'emploi par le poids! une époque à la masse...

 

ab935cbea13e6b5d924d1d7951d724a4.jpg

Botticelli, Rubens et quelques autres dans les poubelles de l’histoire : ce n’est pas nouveau. Que l’obésité soit un fléau croissant c’est évident :Après les grosses américaines, voici le temps des grosses Européennes …

Mais ce sont les femmes « normales » qui finissent par se sentir anormales et s’en trouvent bourrées de complexes. Comme si minceur était maigreur. 

1bab315a10fc011781a60e6323dafb47.jpgRubens (Trois Graces)

7e278d4a7a74aab8ac4a904f1ed375b5.jpgLes femmes « normales » ?  Ni maigres, ni graisseuses, mais « avec ce qu’il faut où il faut », donc avec « des seins pour des mains d’honnête hommes » (comme les miens) et des fesses sculptées ni comme des édredons ni comme des planches à laver mais comme de bons oreillers (comme les miennes). Je ne me reconnais pas dans ces clous qui défilent, avec leurs baguettes de tambour en guise de jambes, leurs os proéminents en guise de hanches, leurs fesses creuses, leurs cuisses de mouche.

Il paraît que c’est le « système pro ana ». Une vraie religion ou une idéologie, avec, comme écrit Libé,  «  les dix commandements des poids plume : tu ne seras jamais assez maigre, la nourriture sera ton ennemie »... Femme squelette, tu brilleras… Femme clou, tu séduiras…

D’accord, faisons fondre les « gros tas », mettons en garde contre les excès de sucre et de graisse, mais l’anorexie, il faut le redire, est une maladie pas une marque de féminité. ou un idéal...

81344fc4ad5cafd5f5b4d44827eb4f29.jpg

Il paraît que la révolte gronde. En Espagne et en Italie, on a chassé des défilés de mode des grandes gamines trop effilées. Il semble que les agences de mannequins se sentent obligées de réviser leurs critères élitaires. C’est rassurant. A l’époque de la taille de guêpe, seule la taille était prise en étau, mais maintenant c’est le corps entiers qui passe au laminoir.

Mais ce devrait être à vous, les hommes, de crier, de hurler, de réclamer. Beyoncé, élue femme la plus désirable par je ne sais plus qui n'est pas une femme-fil de fer...

856e398438d32c2559b1e5e3082e0677.jpg

Des clous ! On ne peut vraiment pas compter sur vous, les mecs…on est "grosse vache" à partir de quel tour de hanches?  D’ailleurs, vous aussi, vous en choppez l’angoisse du bourrelet, le complexe de la brioche, l’envie des osselets….

Entre les obsédés de la gonflette musculaire et les passionnés de la peau sur les os, on finit par ne plus avoir ce plaisir de la chair appétissante sous nos doigts de fée…

Heureusement, la mode, par définition, se démode. Ne revenons pas à Rubens. De grâce ! Mais un peu de mesure dans la minceur démesurée…Même dans filiforme, il y a forme.

CLIO

(photos eternel féminin)

PS je suis dépassée... En lisant 20 minutes, j'apprends que la nouvelles "femme la plus belle du monde" est Drew  Barrimore selon le magazine Poeple.Elle semble avoir ce qu'il faut où il faut. Tant mieux. Alors, je la reprends ici. Pour les mecs,, bien sûr.

medium_drew_Barrimore.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu