Avertir le modérateur

13/09/2008

LAÏCITE: NICOLAS SARKOZY, "SOLDAT DU PAPE"?



Imprimer Email
>>>Le concept bien négatif de laïcité "positive":une dérive de la "religion civile" à l'américaine
>>> La formule sarkozyenne serait de de Mgr Ratzinger
>>>Sarkozy a le devoir de ne pas confondre ses états d'âme et l'âme de l'Etat
>>> Le Vatican mène une offensive dans toute l'Europe

PAR DANIEL RIOT
« Laïcité positive »...Le président Sarkozy persiste et signe. Récidive. C'est cela plus que l'éclat donné à la visite du pape qui suscite des polémiques (pas toujours saines) et des inquiétudes (justifiées). Cette « laïcité positive » implique une « laïcité négative ».Or, qui qu'est-ce qu'une laïcité négative ? Un « laïcisme » qui serait à la laïcité ce que l'intégrisme et le fondamentalisme sont aux religions... La laïcité cesse d'être...laïque quand elle devient elle-même un objet de culte, avec ses bigots et ses « fous du non-dieu ». Mais où sévit-il, ce laïcisme ? Où est-il ? Qui le prône ? Quelle menace fait-il peser sur cette « laïcité à la française » qui comme tout en ce bas monde est perfectible mais qui s'est imposée en Europe, malgré des incompréhensions, des craintes et des arrière-pensées ? Le veilleur se demande « où en est la nuit ? ». D'autre menaces pointent, mais pas celle-là....
Pourquoi cette obstination présidentielle qui choque même nombre de catholiques sympathisants de l'UMP ?
On peut difficilement se réclamer du gaullisme et de l'esprit républicain et ne pas être fier que la « Fille aînée de l'Église » ne soit pas devenue, comme l'Amérique des néo-conservateurs, un foyer où Dieu est mis à toutes les sauces, y compris les moins dignes des saintes écritures... La plupart des démocrates-chrétiens eux-mêmes, dans toute l'Europe, savent faire la distinction entre les cités « célestes » et « terrestres ».Heureusement.


08/09/2008

Union européenne-Ukraine: Une bonne étude de la Fondation Schuman sur relatio-europe


Une étude de Marc-Antoine Eyl-Mazzega

Chargé de mission à la Fondation Robert Schuman.

Près de quatre ans après la "Révolution orange", cette étude  vise à examiner l'état d'avancement de la transformation politique et économique de l'Ukraine, en dressant un bilan des politiques de l'Ukraine dans le domaine gazier et des développements qui ont eu lieu dans les relations avec la Russie.. Marc-Antoine Eyl-Mazzega analyse les défis stratégiques auxquels le pays doit faire face et sa capacité à les surmonter.

Alors que l'Union européenne et l'Ukraine s'apprêtent à conclure un nouvel accord de coopération, de nombreuses et lourdes incertitudes subsistent sur la stabilité de l'Ukraine, susceptibles d'affecter à la fois son avenir politique et économique, mais aussi la sécurité énergétique et la stabilité de l'Union européenne.Un dossier  à lire à la veille du sommet UE-Ukraine qui se tient demain, mardi 9septembre 2008

 

 


31/08/2008

Le Sommet de Bruxelles : L'Europe n'est ni faible ni impuissante

L'Europe face au défi russe sur RELATIO-EUROPE

PDF Imprimer Email

Editorial RELATIO-EUROPE de Daniel RIOT

« Impuissance ». Le mot est déjà lâché par nombre d'observateurs plus ou moins patentés alors que le Sommet exceptionnel des 27 ne s'ouvre que ce lundi ! Comme si, dans nombre d'esprits, « Europe » ‘et « impuissance' étaient devenus synonymes...Comme si «Europe impuissante » n'était qu'un pléonasme... Eh ! bien, Non ! En l'occurrence, il n'y a aucune impuissance européenne. Et si l'Union, malgré son inachèvement, son inexistence politique, ses contradictions internes n'existait pas, il faudrait l'inventer !

« Impuissante »... Pourquoi et en quoi,  l'Europe ?

>>>Parce qu'elle n'a pas réussi à empêcher Mikheïl Saakachvili de se lancer dans une « aventure suicidaire » ? Ce sont ses amis américains et sa propre mégalomanie qui lui ont fait croire, selon ses propres aveux, que la Russie dans le Caucase « bluffait »... Les Israéliens ont vu venir la gaffe : ils ont geler à temps leur coopération militaire. Les Américains ont vu la même chose, mais n'ont rien fait pour arrêter sa main.

>>>Parce qu'elle n'a pas réussi à empêcher le Kremlin de réagir d'une façon « disproportionnée » ? Sans l'Union et la prompte réaction de Sarkozy, peu critiquable dans cette affaire, les chars russes auraient été (et seraient encore) à Tbillissi. Saakachvili le dit lui-même... Sans les pressions de l'Union européenne, ce n'est pas seulement de risque de « guerre froide » dont il faudrait parler, mais de « guerre ». D'une guerre qui ne se serait pas cantonnée à la Géorgie..

Les "27" face à Moscou: Réalisme, fermeté, intelligence PDF Imprimer Email

L'UNION EUROPÉENNE FACE A LA GUERRE RUSSO-GÉORGIENNE

Une étude de Michel Foucher § Jean-Dominique Giuliani

La guerre russo-géorgienne dépasse le simple cadre régional du Caucase, déjà remodelé par ce conflit. Le recours à la force par un Etat, la Géorgie, qui se réclame des valeurs et du projet européen, pose à l'Union une véritable question de principe. Pour elle, la réaction russe est aussi inacceptable et pose la question des relations de partenariat.

L'Union européenne doit clairement rappeler à la Russie les règles du droit international. La réponse de l'Union aux agissements de son grand voisin doit être ferme mais responsable et s'appuyer sur le droit. Elle doit lui laisser la possibilité de choisir de revenir à des pratiques acceptables. L'Union doit par ailleurs renforcer sa présence dans son voisinage immédiat, non pas par des promesses inconsidérées d'adhésion systématique, mais par des efforts humains et financiers supplémentaires, voire exceptionnels, en faveur de toutes les populations concernées et pour la reconstruction.

Vis-à-vis de la Russie, elle ne doit avoir aucun sentiment de dépendance et user de sa force économique pour qu'elle adopte un comportement plus conforme aux pratiques internationales et aux exigences européennes.

(Cette étude est diffusée en avant-première sur RELATIO-EUROPE grâce à Jean-Dominique Giuliani, qui fait partie des"parrrains" de Relatio, et que nous remercions chaleureusement Ce texte sera diffusé demain par la Lettre hebdomadire de la  Fondation Robert Schuman)

 

30/08/2008

Strasbourg: L'electrochoc GM pour la rentrée

Le coup de massue de Général motors sur relatio-europe

Strasbourg : « Usine à vendre » ! PDF Imprimer Email

Menaces sur les 1260 emplois de General Motors : Un « coup de massue » et surtout un coup de semonce pour « La Belle endormie » des bords du Rhin...

Commentaire Relatio-Europe de Daniel RIOT
Ainsi la multinationale américaine Général Motors affiche-t-elle : « Usine à vendre » ! Comment ? A qui ? Quand ? Mystère... 1260 emplois menacés en Alsace, dans une région qui n'est en flèche (c'est le moins que l'on puisse dire) en matière d'emplois et de créations d'entreprise, c'est grave.
C'est surtout révélateur. Ce que Valéry Giscard d‘Estaing appelait la « vitrine de la France sur le Rhin » a une réputation de « région nantie » de moins en moins justifiée. Et sa prospérité relative est de plus en plus soumise aux aléas de la conjoncture internationale (proche en raison du nombre des travailleurs frontaliers) et lointaine. Son développement est rendu plus difficile en raison d'une double concurrence territoriale : En France, le dynamisme encouragé du littoral et du Sud. En Europe, le développement de l'Est.
Ce « coup de massue » de GM, à quelques jours de la « rentrée » (traditionnellement marquée par l'ouverture de la Foire dite « européenne » de Strasbourg) devrait logiquement avoir l'effet d'un « coup de semonce ». D'un électrochoc salutaire...
C'est le drame industriel de trop qui devrait favoriser (enfin) une prise de conscience et le lancement d'actions concrètes chez les politiques et chez les acteurs socio-économique alsaciens en général et strasbourgeois en particulier dans une région « Belle trop endormie », prise de vitesse dans son entrée » dans le XXI è siècle

23/08/2008

Géorgie: Arrêtez de tirer sur BHL!

Par Daniel RIOT

«La meilleure critique de la démocratie est un entretien de cinq minutes avec un électeur moyen», disait Churchill. Aujourd’hui, la blogosphère remplace parfois les cafés du commerce de jadis et servent de défouloir. Et attention aux têtes qui dépassent ! A ceux qui ne partagent pas vos opinions. A ceux qui ne font pas de l’anticonformisme prétendu un conformisme absolu.
De vraies hordes sauvages, souvent sous la lâche protection de pseudos, s’acharnent sur ceux qui dérangent. Surtout quand les ils ont un talent gênant pour les envieux qui en sont dépourvus. Quand leur voix se fait entendre sans qu’ils aboient. Quand ils ont une célébrité justifiée. Et quand leurs réflexions heurtent trop de réflexes.
BHL a sur la guerre du Caucase, sur la Géorgie, sur la Russie, des positions que l’on peut légitimement critiquer. Ce que j’ai écrit sur Relatio-Europe et ailleurs depuis l’ouverture du feu par le Président géorgien le montre assez…
Mais la démocratie, c’est la liberté d’exprimer des opinions argumentées qui ne sont pas forcément les vôtres, c’est aussi le respect des opinions qui ne sont pas les vôtres. Les polémiques sont enrichissantes et stimulantes quand elles ne reposent pas sur l’insulte, l’attaque personnelle, le procès d’arrières pensées (ces « pensées de derrière », disait Pascal), la diffamation, la malhonnêteté intellectuelle. Quand on ne fait pas dire ce qui n’a pas été dit, écrire ce qui n’a pas été écrit…

Les « choses vues » en Géorgie par Bernard-Henri Lévy, un reportage que Le Monde a publié (et que j’ai repris partiellement sur Relatio-Europe sous le titre « les éclairages de BHL ») a déchaîné des critiques passionnés et passionnelles. Sur Agoravox (où je me fais insulté parce que j’exprime mon amitié envers BHL) et sur Rue 89, où une contre-enquête (à contre-vérifier) met en cause les faits même décrits par Bernard-Henri, ou plutôt tels que certains peuvent les imaginer à partir de ce qu’il a écrit.
Il faut vraiment ne pas avoir du tout une expérience de témoin professionnel sur le terrain pour s’en prendre ainsi au témoignage tel qu’il est rédigé ! Et il faut être très avisé pour donner des « précisions » qui rendent extrêmement aléatoires démentis ou explications complémentaires. Il est vrai que chercher les poux dans la tête de BHL assure un succès facile sur le web. Plus que de réfléchir sérieusement à ce qu’il peut dire…
Ce qui est le plus reproché à BHL c’est qu’il soit allé à Tbilissi en avion privé. Je n’en sais rien et je m’en moque. Moi je n’ai pas les moyens de le faire. Et alors ?
Ce qui frappe les « contre-enquêteurs » de Rue 89, c’est de savoir si, parlant de Gori, il parle du centre-ville ou de la banlieue. Intéressant. Et si les feux qu’il a vu embrasait toute la ville ou des champs. Heureusement, qu’il n’a pas essuyé des tirs sur ce front : les plus zélés des « entarteurs » du clavier parleraient de mise en scène…
Ce qui est sûr c’est que les Russes ont été dans et autour de la ville, et qu’il y eu des dégâts. BHL décrit le « vu »,non le « vrai », ce qui est impossible à traduire que ce soit en mots ou en images. Relire Stendhal : Julien Sorel à Waterloo est aussi une bonne leçon de journalisme…que BHL n’a pas à recevoir.
Ce qui intéresse aussi Rue B9 c’est de savoir s’il a discuté de ses « choses vues » avec Sarkozy. Et alors ? Il a le droit d’en parler à qui il veut ou peut. Ce n’est pas pour cela que je vais chausser les lunettes de l’aigreur pour juger ce qu’il peut dire.
BHL (ce n’est pas nouveau) dérange les journalistes qui font du terrain sans penser, les philosophes qui pensent sans tenir compte du terrain, les engagés qui ne supportent pas des engagements différents des leurs, les plumitifs qui n’ont pas sa plume.
Pire : ce qui apparaît à travers nombre de « commentaires » déposés comme des crottes sur bien de sites qui mériteraient mieux relèvent d’une médiocrité crasse bien franchouillarde (la « France moisie », redirait Sollers).

Il est riche. Et alors ? Il a une jolie femme. Et alors ? Il est dans le « peuple des poeple ». Et alors ? Il est plutôt « bel homme ».Et alors ? Il est étiqueté « intello » ? Et alors ? Il a écrit des livres de qualité qui ont un succès international. Et alors ? Il s’engage pour une série de causes qui lui tiennent à cœur dans la logique de ce qu’il pense et dit. Et alors ? Il est juif. Eh ! Oui…Moi pas. Et alors ?
C’est cela le pire, souvent non dit mais toujours ou presque prégnant: Lévy cristallise sur sa personne une partie de ce fond d’antisémitisme (de droite et de gauche) qui caractérise tant les voyageurs du train « Vichy-Moscou via Munich »qui, (je cite encore Sollers) traverse encore nos campagnes et nos villes.
Mais dire cela, bien sûr, c’est se faire de nouveaux ennemis…Se faire taxer de je ne sais quelle parano. Se faire traiter, comme je l’ai lu, de lèche-cul, de garçon de course, d’avocat, de cireur de pompes de BHL… « Nos jugements nous jugent » : je n’ai pas fait de cette phrase de Valéry l’une de mes devises par hasard. C’est la vie : je choisis mes amis, et je subis ceux qui me considèrent en ennemi. En leur pardonnant leurs offenses. Mais en sachant que toutes les offenses ne sont pas toutes inoffensives. Surtout pour (ou plutôt contre) la démocratie.
L’injustice est insupportable, surtout quand elle vise ceux qui la combattent. Comme BHL. Mais c’est peut-être cela aussi que lui reprochent ses détracteurs les plus virulents!.
Courage, Bernard-Henry :tu sais très bien que les combats contre la bêtise sont les plus difficiles à mener. Mais ils sont indispensables.
Daniel RIOT

09/08/2008

Moscou et Washington jouent à la roulette caucasienne

Derrières les micro-nationalismes: des enjeux geostratégiques



Samedi, 09 Août 2008 16:54

L'éditorial de Daniel RIOT pour RELATIO-EUROPE

Poutine et Bush, si proches l'un de l'autre, dans la tribunes du « Nids d'oiseaux » pékinois ! Bush et poutine se faisant une accolade sur le sol chinois ! C'est beau la « détente, l'entente et la coopération », comme redirait de Gaulle...Mais les deux « Grands », en pleins jeux olympiques sacrant l'avènement d'un « Très Grand », connaissent la crise la plus grave depuis la fin de la guerre froide. Titre visionnaire du livre que RELATIO-Europe évoquait dès hier : « Caucase du Sud : La nouvelle guerre froide ».Dernier signe de la gravité de la situation: Poutine s'est rendu en Ossétie pendant que Bush et Medvedev se téléphonaient...sans être sur la même longueur d'ondes.

La Géorgie, à la culture si influencée par la route de la Soie, est ainsi transformée en bombe à retardement. Avec à sa tête un pro-américain plus qu'un pro-européen, Mikhaïl Saakachvili, qui n'a pas su ou pu tenir ses promesses « oranges » d'une démocratisation effective et durable et qui joue son avenir avec les armes et les réflexes nationalistes. Sans en avoir mesuré tous les risques et toutes les conséquences mais en voulant profiter de la fin de règne de Bush.

 


03/08/2008

Elie Wiesel à Strasbourg en septembre

L'événement de la rentrée à Strasbourg : « Bon anniversaire Monsieur Wiesel »


Dimanche, 03 Août 2008 03:37

Son dernier livre, « L'Affaire Sonderberg » (Grasset) est le roman de l'ambivalence. « Le problème le plus grave que l'homme puisse rencontrer », souligne-t-il... « Coupable et innocent », en même temps ! Partagé entre deux idées, deux pulsions, deux décisions contraires, antagonistes, inconciliables. Les schizophrènes en sont malades, mais qui n'a pas connu des moments et des circonstances où « je »  est vraiment  « autre », où l'on se sent « étranger à soi-même », où l'on est comme écartelé ?  « La vie, un couloir entre deux abîmes »

Pour parler et débattre de ce beau livre qui s'ajoute à tant d'autres qui auraient dû lui valoir le Nobel de littérature s'il n'avait pas eu celui de la Paix, Elie Wiesel sera à Strasbourg le 4 septembre prochain. Un événement littéraire. Une rencontre qui fera date. D'autant plus que Strasbourg  tire parti de l'occasion (et du calendrier) pour fêter les 80 ans de ce rescapé de l'innommable  qui  sait si bien « dire l'indicible » par l'écriture, « cet acte de foi en l'Homme ».

Organisé par la librairie Kléber, en collaboration avec le Fonds social juif unifié, Relatio-Europe et la Ville de Strasbourg, un grand débat public (que j'aurai  l'honneur, le plaisir et la responsabilité d'animer),  se déroulera entre 17H30 et 20 heures à la Cité de la musique et de la danse. L'occasion d'un bilan d'une vie, d'une œuvre, d'une époque. En mémoire  du futur, comme redirait Léonardo Sciascia. « Pour que le futur ait un avenir ».DR

A relire sur Relatio-Europe : Entretien avec Elie Wiesel : « Nous sommes dans une ère liberticide »


02/08/2008

ROMS: UN DOSSIER DE RELATIO-EUROPE

NOUS SOMMES TOUS DES ROMS
PDF Imprimer Email
Samedi, 02 Août 2008 04:06

Par Daniel RIOT

(Un tableau de William-Adolphe Bouguereau,1879),

Un Dossier de Relatio-Europe

« Nous sommes tous des Roms ». Comme nous avons été, du ou pu être des juifs allemands. Comme nous sommes tous ou devrions être des enfants du Darfou et d'ailleurs. Comme nous sommes tous des nomades, des migrants, des gens de passage. Comme nous sommes tous des « étranges étrangers » pour les gens d'ailleurs, différents.

Un « Rom » ? L'étymologie parle, mais si elle est ignorée ou oubliée : c'est « Homme » en hindi.

« Romanichels » ?  « Un groupe d'hommes ».

« Manouches » ?   « Les gens »...

« Hommes » ? Sont-ils traités en hommes  (et en femmes) , les Roms ? Oui. Quand ils chantent, dansent, font rêver, fantasmer... « D'où viens-tu gitan » ? Qui ne rêve pas d'une « princesse aux pieds nus » ? Qui n'aime pas leur musique, leur art, leur cuisine ? Les « nuits tsiganes » rencontrent un succès croissant. Comme les festivals, à l'image de celui de Budapest qui va se dérouler à la mi-août. Et leurs pèlerinages aux Saintes-Marie ou ailleurs font de « belles images »...

Tsigane ? Du grec Αθίγγανος (« intouchable »). Zigeuner en allemand, Cigány en hongrois, Zingaro en italien... Un peuple d'Europe. Qui disposait d'un visa jadis grâce au roi de Bohème (dont leur surnom de « bohémien ». Un peuple qui n'aime plus qu'on l'appelle tzigane, à cause du Z que les nazis tatouaient sur leur corps dans les camps où ils ont, comme les juifs, été traités en « impurs », en « sous-hommes », en  rats à éliminer...

Fascination, répulsion...Fantasmes et peurs. Trop « différents » pour être traités en « égaux ». Trop gênants. Trop dérangeants.

 

ROMS: UN DOSSIER DE RELATIO-EUROPE

NOUS SOMMES TOUS DES ROMS
PDF Imprimer Email
Samedi, 02 Août 2008 04:06

Par Daniel RIOT

(Un tableau de William-Adolphe Bouguereau,1879),

Un Dossier de Relatio-Europe

« Nous sommes tous des Roms ». Comme nous avons été, du ou pu être des juifs allemands. Comme nous sommes tous ou devrions être des enfants du Darfou et d'ailleurs. Comme nous sommes tous des nomades, des migrants, des gens de passage. Comme nous sommes tous des « étranges étrangers » pour les gens d'ailleurs, différents.

Un « Rom » ? L'étymologie parle, mais si elle est ignorée ou oubliée : c'est « Homme » en hindi.

« Romanichels » ?  « Un groupe d'hommes ».

« Manouches » ?   « Les gens »...

« Hommes » ? Sont-ils traités en hommes  (et en femmes) , les Roms ? Oui. Quand ils chantent, dansent, font rêver, fantasmer... « D'où viens-tu gitan » ? Qui ne rêve pas d'une « princesse aux pieds nus » ? Qui n'aime pas leur musique, leur art, leur cuisine ? Les « nuits tsiganes » rencontrent un succès croissant. Comme les festivals, à l'image de celui de Budapest qui va se dérouler à la mi-août. Et leurs pèlerinages aux Saintes-Marie ou ailleurs font de « belles images »...

Tsigane ? Du grec Αθίγγανος (« intouchable »). Zigeuner en allemand, Cigány en hongrois, Zingaro en italien... Un peuple d'Europe. Qui disposait d'un visa jadis grâce au roi de Bohème (dont leur surnom de « bohémien ». Un peuple qui n'aime plus qu'on l'appelle tzigane, à cause du Z que les nazis tatouaient sur leur corps dans les camps où ils ont, comme les juifs, été traités en « impurs », en « sous-hommes », en  rats à éliminer...

Fascination, répulsion...Fantasmes et peurs. Trop « différents » pour être traités en « égaux ». Trop gênants. Trop dérangeants.

 

29/07/2008

Sélection d'articles sur Relatio-Europe

Légitimité et légalité : La démocratie, le droit et la laïcité à l'épreuve en Turquie PDF Imprimer Email
Mardi, 29 Juillet 2008 09:34

L'éditorial de Daniel RIOT pour Relatio-Europe

Une Cour constitutionnelle peut-elle interdire un parti qui ayant démocratiquement gagné des élections assume logiquement et légitimement le pouvoir ? Une question intéressante. Pas seulement pour les juristes. Une question qui place la Turquie dans une situation difficile, cette semaine.

En droit, la Cour constitutionnelle turque est tout à fait dans son...droit.

L'état de Droit tel qu'il en Europe se caractérise par le primat du droit en tout, sur tout et pour tout, y compris contre une opinion ou un gouvernement qui ne respecterait pas la lettre et l'esprit des  constitutions en vigueur. Les instances nationales sont d'ailleurs complétées, dans l'espace démocratique paneuropéen, par des structures supranationales : la Cour européenne des Droits de l'Homme de Strasbourg en particulier.

 

 
Lord Russel-Johnson ou l'esprit vivant du Conseil de l'Europe PDF Imprimer Email
Lundi, 28 Juillet 2008 16:20

« La vie humaine a la même valeur partout... Nous avons besoin de plus de droits de l'Homme et non de moins », s'écriait l'ancien Président de l'Assemblée du  Conseil de l'Europe au lendemain du 11 septembre. dans une déclaration que nous reprenons  ici en guise d'hommage. Lord Russel-Jonston vient de mourir, à 76 ans,  après une vie consacrée à l'approfondissement des valeurs de "l'Europe De Strasbourg" 

Libéral ? Oui. Un vrai. Dans le seul sens acceptable : celui qui aime la Liberté et se bat pour les libertés. Démocrate ? Oui. Authentiquement. Lord Russell-Johnson qui fut Président  de l'Assemblée du Conseil de l'Europe où il a siégé 23 ans durant, appartenait à cette génération d'Européens qui savaient concilier utopie et réalisme.

Son idéal démocratique était animé par la volonté de donner du sens au mot « valeur » par le Droit. L'état de droit. D'un droit qui soit mis au service de la Justice, y compris sociale. D'un droit qui ne soit pas qu'un outil utilitaire pour un « vivre ensemble » plus chargé d'hypocrisie et de reniements que d'idéaux partagés et cultivés.

 
Youssef Chahine : L'esprit d'Alexandrie... PDF Imprimer Email
Lundi, 28 Juillet 2008 01:23

Par Juliette Prétière

« La pensée a des ailes.

Nul ne peut arrêter son envol ».

L'auteur du « DESTIN », Youssef Chahine, s'est éteint à 82 ans après un long coma, dans un hôpital du Caire.

Celui qu'on a surnommé le «phare d'Alexandrie», «l'enfant terrible du cinéma arabe», «l'apôtre de la tolérance», le « vieux lion », nous laisse une quarantaine de films qui sont autant de raisons de se battre et d'espérer pour que l'humanité triomphe de l'inhumanité. Et apporte un démenti au titre de sa dernière œuvre : « le Chaos » !
« Pour pouvoir dialoguer, il faut plus que tolérer, il faut aimer l'autre ! C'est-à-dire aimer sa différence »
 
Halte aux crimes de haine en Europe ! PDF Imprimer Email
Dimanche, 27 Juillet 2008 05:37

Par Thomas Hammarberg

Les crimes de haine font partie de la réalité quotidienne partout en Europe. De récents rapports fiables attestent que des personnes continuent de subir des violences au seul motif qu'elles sont noires, juives, gitanes ou musulmanes, ou à cause de leur orientation ou de leur identité sexuelles. Ils fournissent des exemples de gens agressés dans la rue, de vitres brisées ou de maisons incendiées. Il est de la responsabilité des pouvoirs publics de mettre un terme à ces agressions abjectes.

 
Le discours de Dakar, un an après... PDF Imprimer Email
Samedi, 26 Juillet 2008 20:39

Henri GUAINO REPREND LA POLEMIQUE. POURQUOI?

Par Daniel RIOT

Henri Guaino, la plume, l'écrivant public, bref le « nègre » préféré du  Président de la République française donne de la voix. Pour défendre et illustrer « son » discours de Dakar (que nous reprenons à la suite de cet article). Un discours dont il célèbre le premier anniversaire en publiant un « point de vue » dans Le Monde (que vous trouverez ci-dessous)

Ce « discours de Dakar » lu par Sarkozy avait visiblement été conçu et rédigé avec l'ambition d'en faire un chef d'œuvre de l'art oratoire diplomatique. Une référence incontournable et inoubliable. Comme celui de De Gaulle à Phnom Penh  ou de Mitterrand à Cancun. Mieux même : comme le texte annonciateur d'une ère vraiment nouvelle dans les relations entre l'Europe et l'Afrique. Comme un Texte fondateur. « Civilisationnel ».

Or, ce texte (effectivement courageux dans nombre de paragraphes)  a fait flop. Ou... bling-bling. Avec effets boomerang. Il n'a eu un retentissement que par les polémiques qu'il a engendrées. En France et ...en Afrique.

Question restée sans réponse après plusieurs lectures attentives du point de vue publié dans Le Monde daté de demain : Pourquoi, un an après Henri Guaino (qui doit tout de même crouler sous des travaux divers) revient-il ainsi sur ce qui, sur le fond comme dans la forme, ne méritait, en fait,  ni louanges excessive ni excès de réprobation ?

25/07/2008

L'Europe au service d'un nouvelle gouvernance mondiale

Sur relatio-europe.eu

Union européenne-Afrique du Sud : Vers des « sommets » d'un nouveau genre ? PDF Imprimer Email
Vendredi, 25 Juillet 2008 14:06

Par Jacques DEHAIRE

Le premier sommet entre l'Union européenne et l'Afrique du Sud, qui se tient aujourd'hui à Bordeaux, est aussi le premier entre les Vingt-sept et un pays tiers organisé par la présidence française de l'Union. Il est, pour les présidents Nicolas Sarkozy et Thabo Mbeki, ainsi que pour celui de la Commission européenne, José Manuel Barroso, l'occasion de faire le bilan du partenariat stratégique lancé en mai 2007. Mais l'événement appelle des réflexions plus larges. Sur la place que l'Europe peut et doit jouer dans la gouvernance d'un  mode multipolaire. Sur la nature m^me que les sommets de ce type devraient et peuvent avoir.

 

Barack Obama ou l'autre visage des Etats-Unis

LE COMMENTAIRE DE RELATIO-EUROPE
PDF Imprimer Email
Vendredi, 25 Juillet 2008 00:24

Par William PETITJEAN

« Peuple de Berlin, peuples du monde, notre heure est venue. »...L' « obamania » qui souffle sur l'Europe va sans doute s'amplifier encore après le discours de Berlin du sénateur de l'Illinois. Belle éloquence. Et joli choix des mots. Surtout dans la bouche d'un homme qui n'a pas spécialement la réputation de bien connaître l'Europe...

 (Photo AFP)

Cette « obamania » européenne se vérifie dans tous les sondages et dans tous les pays.(sauf en Russie) Entre 49% (au Royaume Uni) et 80% (en Italie) des Européens sondés voteraient pour lui, s'ils pouvaient. Fatigue de Bush et des républicains, envie d'une « rupture » avec les « néo-conservateurs », besoin de voir un « autre visage de l'Amérique », fascination pour un homme de couleur qui réussit « l'impossible exploit » de pouvoir accéder à la maison blanche, look « à la Kennedy », bonne communication...et besoin de placer des espérances nouvelles dans une génération nouvelle.

Mais cette « obamania » n'a pas encore gagné les sphères  dirigeantes de la plupart des pays. Pour cause...

 

24/07/2008

Plaidoyer pour la brigade franco-allemande

SUR RELATIO-EUROPE.EU
PDF Imprimer Email
Jeudi, 24 Juillet 2008 22:06

Par Daniel RIOT

Illogique. Aberrant. Irresponsable. Comment a-t-on pu à la fois prétendre faire de « l'Europe de la défense » (qui reste un mirage) l'une « des priorités des priorités » et songer à détricoter ce qui devrait être renforcé, amélioré, développer ? « La capacité à faire des choix », comme dit Fillon, implique la responsabilité de faire des bons choix, - d'avenir-, non des décisions  qui nous font avancer à reculons. Par facilité ou inconscience.

Personne de sérieux n'aurait du ne serait-ce qu'envisager de détricoter la « Brigade franco-allemande ». Une question « organisationnelle et opérationnelle ».D'efficacité et  de symbole : cela compte encore n'en déplaise à Morin le mal inspiré !

La modernisation et la rationalisation, la diminution des dépenses publiques et l'adaptation des besoins aux évolutions géostratégiques ne doivent pas se faire au détriment de ce qui devrait, déjà,  appartenir aux unités d'élite.

D'ailleurs, globalement, l'ensemble du Livre Plan ne s'inscrit pas  suffisamment dans une dimension européenne. N'avait-on pas promis un livre vert en la matière pendant la présidence française ?  Il est vrai que le ministre Morin ne peut guère faire plus et mieux que ce qu'il fait : ce n'est pas lui qui décide et son pouvoir d'influence est très faible, comme tous ceux dont les nominations ont  relevé de la sucette politique et  non de critères de compétence...

23/07/2008

La Serbie se rapproche de l'Union

Radovan Karadzic : Quelques leçons à tirer de l'arrestation du Pol Pot des Balkans... PDF Imprimer Email
Mercredi, 23 Juillet 2008 11:33

L'éditorial de RELATIO-EUROPE par Daniel RIOT

Qui, dans l'Europe démocratique, peut ne pas se réjouir de l'arrestation de Karadzic, le psychiatre  fou de nationalisme devenu un Pol Pot des Balkans ? Les réactions au Conseil de l'Europe et dans  l'Union européenne ont valeur d'applaudissements, et de chants d'autosatisfaction. Cette arrestation  « constitue une étape importante dans la voie du rapprochement de la Serbie avec l'Union européenne », déclare  la présidence française de l'Union. Soit Mais les chants de satisfaction entonnés ont aussi valeur de lâche soulagement.


Treize ans d'attente, c'est long ! Et Karadzyc n'incarne pas que la folie meurtrière du nationalisme déchaîné. Ce psychiatre fou devenu un Pol Pot des Balkans  symbolise aussi l'impuissance de la communauté internationale , la mauvaise conscience des, Européens  devant une série de faits accablants :  les  tragédies de l'ex-Yougoslavie, les jeux diplomatiques pervers, les effets négatifs des différences de conception sur les applications des  droits de l'Homme et du droit international qui opposent toujours la Russie   et les autres membres du Conseil de l'Europe, les faiblesses d'une justice internationale toujours  plus embryonnaire que majeure et décrédibilisée par le « procès » de Milosevic...

 

20/07/2008

Sur relatio-Europe: Malaise démocratique en Europe


PDF Imprimer Email
 

Par Daniel RIOT

Dans sa chronique, toujours stimulante, du « Monde », Thomas Ferenczi   repose une question qui préoccupe les partisans de l'unification du continent depuis...1950 : « Comment rendre l'Union européenne plus démocratique afin d'accroître sa légitimité auprès de ses citoyens ? ».

Sa réponse est imposée par le simple bon sens : « c'est aux Etats membres qu'il appartient de susciter le débat démocratique autour des politiques européennes ». Mais ces Etats le veulent-ils ? Pas sûr...

C'est d'un déficit pédagogique plus que démocratique dont souffre l'Union européenne et les autres organisations paneuropéennes, Conseil de l'Europe en tête.

C'est d'un manque de conscience et de volonté aux niveaux des Etats dont pâtit l'Union. C'est une insuffisance de formation et d'informations sur l'Europe qui ralentit l'avènement de cet « espace public » européen sans lequel la « citoyenneté européenne » restera la « dernière utopie »

 

13/07/2008

Le sommet de Paris : Une Union pour de bonnes intentions

L'Europe en direct, c'est sur relatio-europe.eu PDF Imprimer Email
Dimanche, 13 Juillet 2008 21:16

L'éditorial de Daniel RIOT

Pas de photo de famille...Car les familles réunies restent trop... désunies. 43 pays, mais sept conflits ouverts !

En revanche, une belle série de clichés encourageants  et d'images porteuses d'espérance de paix et de belles réalisations. En cela, le Sommet de Paris est un événement extrêmement positif. « Nous en avions rêvé. L'Union pour la Méditerranée est maintenant une réalité », s'est écrié Sarkozy.

A une nuance près : cette Union est loin de celle qui fut rêvée à l'Elysée (ce qui n''est pas un mal) et sa réalisation reste à concrétiser. Au Grand Palais, on a surtout poser des premières pierres de plusieurs grands chantiers. Au travail !  Il faudra même travailler plus pour espérer plus.

 

 
Bronislaw GEREMEK: Un "Esprit d'Europe" est mort PDF Imprimer Email
Dimanche, 13 Juillet 2008 16:41

 

.

Une vraie perte. Pour le Parlement européen, pour la conscience et la culture européennes, pour l'esprit d'Europe et pour la Pologne. Bronislaw Geremek, grande figure de l'opposition anti-communiste polonaise et ancien ministre des Affaires étrangères, est mort aujoiurd'hui à l'âge de 76 ans dans un accident de voiture dans l'ouest de la Pologne

A RELATIO, nous aimions son sourire, sa voix, son érudition, son humour,et sa simplicité. cette simplicité qui est la marque des grands hommes. Nous aimions aussi la pertinence et le courage de ses prises de positions, son humanisme ou plutôt son personnalisme. Cette morts subite, accidentelle nous fait renouer avec un regret: que le bi-partisme institutionnalisé au parlement européen l'ait empêché d'être ce qu'il auraoit du être:le premier Président du PE venu des pays de cette Europe qui est passée du fascisme au totalitarisme avant de rejoindre la famille démocratique.

Puissent ses messages ne jamais être oubliés. Puissent sa pensée et ses engagements inspirer d'autres générations de Polonais et d'Européens. L'Europe, pour lui, c'était d'abord une certaine idée de l' Homme, face à lui-même et face ou à coté des Autres.  Qu'elle reste conforme aux idéaux qui animait cet homme de réflexions et d'actions qui savait résister à tout ce qui asservit et affaiblit la Liberté, et la dignité humaines DR

12/07/2008

Rendez-vous sur relatio-europe.eu

Proche-Orient : Sarkozy gagne son pari syrien. PDF Imprimer Email
Samedi, 12 Juillet 2008 19:09

Par Daniel RIOT

Kadhafi ne sera pas là. Tant pis pour lui. Il donne d'ailleurs une leçon à la diplomatie de Sarkozy : les sourires de circonstance peuvent être trompeurs et il faut jamais  couvrir d'excès d'honneur ceux qui ne le méritent pas. Vieille illustration du proverbe trop souvent oublié : « si tu manges avec le diable, prend soin d'avoir une cuillère plus grande que la sienne »...

Une question  s'impose: La même diplomatie ne commet-elle pas la même imprudence en accueillant sinon en  grande pompe du moins avec tous les honneurs protocolaires, Bachar al-Assad, bon héritier de son père « intraitable » ? Le président syrien effectue  aujourd'hui à Paris  une visite historique qui lui permet  de participer au  lancement de l'Union pour la Méditerranée (UPM) chère au président français. Et de participer au défilé du 14 juillet.

Comme si l'on passait l'éponge sur tous les crimes de guerres commis au Liban par la Syrie, y compris contre des forces françaises et des diplomates français ? Comme si l'on oubliait toutes les atteintes aux droits de l'Homme dont sont victimes les Syriens. et surtout ceux qui croupissent dans les prisons du régime. Comme si l'on ne voulait pas du tout se souvenir des actions terroristes des services syriens. Comme si l'on gommait un fait qui reste majeur : la paix israelo-arabe se heurte d'abord au veto souvent belliciste de Damas. Les disputes autour du Golan ne sont qu'un prétexte. Le régime syrien ne semble depuis 1967 ne survivre que par l'état de guerre, vis-à-vis de l'extérieur et à l'intérieur. Cela est resté vrai en dépit des changements qui auraient du et pu intervenir depuis l'implosion de l'URSS qui fut longtemps tuteur et inspirateur des maîtres de Damas...

 

 

Notre réponse est Non pour une raison simple. La paix ne s'obtient que par deux chemins. Celui où l'un des camps écrase l'autre. Vaincre et soumettre. Celui où les ennemis s'arrêtent pour se rencontrer, discuter, négocier. Et tenter de repartir sur des nouvelles bases. Concilier avant de se réconcilier.C'est ce qu' a bien vu Sarkozy. C'est ce qui motive son pari syrien. Un pari gagné...pour l'instant.

Dans cet « Orient compliqué », la paix, ou plutôt les paix puisque plusieurs conflits se superposent et s'enchevêtrent, ne peut (ne peuvent) naître que de médiations, de dialogues, de compromis, d'entente. En ce sens le sommet de Paris est riche de promesses même si aucune illusion ne doit être entretenue. Sarkozy a raison sur un point clef : il faut tout essayer, tout tenter. Ce qui est vrai pour la paix l'est aussi pour la démocratisation des régimes moralement et politiquement condamnables. La démocratie ne se décrète pas. Elle ne peut être favorisée que par un lent et patient travail, sur plusieurs terrains et à plusieurs niveaux. C'est particulièrement vrai au Proche-Orient où les processus de pacification et de démocratisation seront intimement liés ou ne seront pas. 

 
Eloge du Banquet PDF Imprimer Email
Samedi, 12 Juillet 2008 10:07
 
Par Bernard ANCORI
Vice -Président de « Sciences et société » à l'université Louis Pasteur en juin 2007 -  un département universitaire unique en France - , Bernard ANCORI a ouvert le colloque organisé par le Festival des cultures et des saveurs d'Europe de Strasbourg au Conseil de l'Europe.  Nous publions ici son "eloge du banquet". Avec, en guise de mise en bouche,  ce célèbre tableau de Rubens Pierre Paul, "le banquet de Terée (Musée du Prado)
 
 
La libération d'Ingrid Betancourt: Au-delà de la belle histoire du dénouement.... PDF Imprimer Email
Vendredi, 11 Juillet 2008 17:46
par Jacques PILET

Le tumulte autour de la libération des otages des FARC n'aide pas vraiment à comprendre ce qui se passe en Colombie. Les retransmissions en direct des embrassades de l'icône Ingrid avec ses proches et un président français ravi de l'aubaine, les vidéos bizarres sur le raid de l'armée, tout cela montre les limites de l'information télévisée.

Quant aux révélations sur les dessous de l'affaire, quant à la petite polémique entre Bogota et Berne, ce ne sont que péripéties. L'essentiel, c'est la liberté retrouvée des prisonniers de la jungle, c'est la joie du peuple colombien qui n'en peut plus des exactions de ces pseudo-révolutionnaires. C'est aussi la réussite d'une opération qui n'a pas fait couler une goutte de sang. Jusqu'à Chavez et Castro, tous ont félicité le président Uribe! Comme dit son homologue équatorien Correa, «même Che Guevara, s'il avait connu les mœurs de cette guérilla-là, en aurait eu honte».
 
Srebrenica: Treize ans après, le deuil (encore), la colère (toujours) et la honte (permanente) PDF Imprimer Email
Vendredi, 11 Juillet 2008 17:32
Le Conseil de l'Europe dénonce: "Les premiers responsables de ce génocide sont toujours en liberté"

"Ce massacre prémédité de milliers de garçons et d'hommes de tous âges restera à jamais gravé dans la mémoire collective de l'Europe. Ce jour est l'occasion de nous souvenir des victimes et de renouveler notre sympathie à leurs familles, mais c'est aussi l'occasion d'exprimer notre colère. Deux criminels de guerre, accusés d'être les premiers responsables de ce génocide, sont toujours en liberté" a déclaré le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe Terry Davis à l'occasion de l'anniversaire du massacre de Srebrenica: "C'est une insulte à la mémoire des victimes, un obstacle à la réconciliation et une honte pour ceux qui n'ont pas fait ce qu'ils auraient pu et dû faire : livrer Ratko Mladic et Radovan Karadzic à la justice. "
 
Nicolas Sarkozy au PE : "L'Europe n'est pas condamnée à l'inaction" PDF Imprimer Email
Jeudi, 10 Juillet 2008 22:07

Pouvait-il tenir d'autres propos sur un autre ton? Certainement pas. Sarkozy a même, de l'avis de la très grande majorité des euro-députés, fait une prestation sans faute ni sur le fond ni dans la forme. D'ailleurs, le soin pris par la présidence française , représentée en permanence dans l'hémicycle depuis l'ouverture de la session jusqu'à sa clôture, a été fort appréciée, y compris par des élus qui ne partagent pas les orientations du chef de l'Etat.


Sortir l'Europe de la crise, rassurer les citoyens en montrant que l'Europe agit pour tous, pas de nouvel élargissement de l'Union sans Traité de Lisbonne: tel a été le message délivré par le Président français et Président du Conseil européen, Nicolas Sarkozy devant le Parlement européen ce jeudi. La plupart des députés ont soutenu les priorités de la présidence française,  mais, logiquement,  nombre d'entre eux ont critiqué son manque d'ambition sur le plan social et son attitude à l'égard de la Chine.une attitude qui a fait piquer un coup de colère à Dany Cohn-Bendit.
 
Le clin d'oeil de Christian Antonelli PDF Imprimer Email
Jeudi, 10 Juillet 2008 01:29
 
L'Europe des tricheurs... PDF Imprimer Email
Mardi, 08 Juillet 2008 13:59

Par DANSOLAL

 


 

Effets de la médiatisation des réussites artificielles, des mirages de l'argent "facile" et du factice, de l'artificiel, de la "frime-fric" ? Conséquences de la crise de confiance dans les personnels et les structures politiques, de l'affaiblissement de l'esprit "service public", des insuffisances de l'éducation civique, de ce que Castoriadis appelait "la montée de l'insignifiance? Ravages de l"'individualisme de masse" triomphant? Le système D n'est pas en crise. Et l'Europe de la triche et des tricheurs se porte bien...

 

Les Tricheurs... Par Georges de La Tour, 1625, (en haut) et par Caravage, 1593.

 

 
Vers une nouvelle culture de mobilité urbaine PDF Imprimer Email
Jeudi, 10 Juillet 2008 00:32
Un rapport d'initiative  du parlement européen

Des concepts novateurs sur la mobilité des villes s'imposent pour aborder les effets négatifs du transport urbain sur l'environnement et sur le changement climatique. Tel est le message d'un rapport d'initiative qui plaide pour une définition précise du rôle de l'UE en matière de politique de mobilité urbaine. Le principe de subsidiarité devrait être respecté de manière à prendre des mesures au niveau de l'UE uniquement si elles apportent une réelle valeur ajoutée, soulignent les députés.

 
La pieuvre nucléaire PDF Imprimer Email
Mardi, 08 Juillet 2008 22:10

Par Corinne Lepage

La décision annoncée par le Président de la république de construire un deuxième EPR révèle s'il en était besoin, la gravité de la situation française au regard du fait nucléaire. Notre prisme de plus en plus déformé à l'égard de l'industrie nucléaire est en passe de nous plomber sur le plan intérieur comme sur le plan international.
Entendons nous bien. Il ne s'agit pas de sortir du nucléaire ou de contester le nucléaire a priori même si nos élites ont la fâcheuse habitude de nier tout inconvénient. Il s'agit de mesurer les ravages que le choix aujourd'hui de l'EPR va provoquer dans le domaine de l'économie, de la recherche, de la gouvernance,et de la politique étrangère.

 

28/06/2008

Suivre la Présidence française de l'Union sur relatio-europe.eu

Présidence française : Jean-Pierre Jouyet, un atout maître PDF Imprimer Email
Samedi, 28 Juin 2008 19:53

Par Daniel RIOT

Il n'est pas dans une position très facile, Jean-Pierre JOUYET. Hiérarchiquement sous les ordres de « son ami » Bernard Kouchner, (heureusement « europhile » lui aussi), il est comme coincé entre l'Elysée (où les conseillers les plus influents ne sont pas les plus sensibles aux idéaux européens), Matignon (qui tente de conserver quelques prérogatives) , les différents ministères qui ont un volet « européen » important (économie, agriculture, intérieur, commerce, défense...) et les institutions européennes qu'il connaît de « l'intérieur ».

Qui plus est, son tempérament de « gauche » est souvent perturbé ou contrarié  par quelques décisions bien labélisées de « droite »... Mais il apprécie Nicolas Sarkozy et ne doute pas de la sincérité de ses engagements européens. Surtout, il est habité par un sens de l'intérêt général et du service de l'Etat devenu rare. Et sa passion de l'Europe est dictée par un réalisme et un pragmatisme appréciables. Enfin, il est servi, à Paris et ailleurs, par une qualité majeure, trop rare elle aussi : un sens de l'écoute donc du vrai dialogue.

 
Le moral des ménages au plus bas depuis ...21 ans ! PDF Imprimer Email
Samedi, 28 Juin 2008 16:16

 


 

Par William PETITJEAN

Stagnation dans l'inflation. Stagflation, disent les économistes. Nous y sommes. Dans l'Europe en général et en France en particulier. D'où la morosité, le pessimisme et les accents « déclinistes » . Ce n'est pas le soleil d'été qui console... Les vacances, pour nombre de foyers, renforcent même le blues ambiant. Lundi soir sur France 3, dans une ITW consacrée en priorité à la Présidence française du Conseil de l'Union , Nicolas Sarkozy devra d'abord jouer au psychothérapeute. La France broie du noir.SOS espérance ! 

 
L'Union européenne en crise : Quand la Commission redécouvre les vertus de « l'Europe sociale »... PDF Imprimer Email
Samedi, 28 Juin 2008 00:30

L'éditorial de Daniel RIOT

La Commission dite de Bruxelles   va-t-elle enfin répondre à quelques exigences qui sont   des urgences ?

Trop imprégnée par les vents d'un « hyper-capitalisme » à l'anglo-saxonne qui n'a rien à voir avec le « libéralisme » et qui est en complète contradiction avec l'inspiration des « pères » de la CECA et avec ce qu'on appelle le « modèle social européen », trop poussée dans les sentiers battus d'une routine bureaucratique qui lui fait perdre son énergie créative, trop soumise aux aléas politiques des Etats membres, elle semble (tardivement) décidée à se réveiller.

Elle vient de décider de proposer un nouvel « agenda social ». L'expression n'a guère de sens pour le citoyen puisqu'elle implique des échéances à moyen terme qui ne répondent en rien aux soucis du présent. Mais au moins, initiative, il y a. C'est devenu trop rare pour que l'on ne s'en félicite pas....

 

 
Strasbourg à l'heure de l' université d'été de la démocratie PDF Imprimer Email
Samedi, 28 Juin 2008 01:05

Par François Friedrich
 
Du 30 juin au 4 juillet: « Gouvernance, pouvoirs et démocratie » avec les  écoles d'études politiques du Conseil de l'Europe
 
Les écoles d'études politiques du Conseil de l'Europe ont été créées depuis 1992 pour préparer les nouvelles générations de responsables du secteur public des nouvelles démocraties à assumer leurs responsabilités tout en respectant les valeurs fondamentales qui sont depuis la création du Conseil de l'Europe, à la base du projet européen.

Une quarantaine de participants suivent une formation annuelle dans chacune des 16 écoles membres du réseau mis en place par le Conseil de l'Europe dans les pays d'ex URSS et en Europe du Sud Est, et ils seront plus de 600 à se réunir à Strasbourg pendant une semaine pour réfléchir ensemble sur les évolutions  du pouvoir dans nos sociétés.
 
 
Le succès croissant du Pass musées du Rhin supérieur PDF Imprimer Email
Samedi, 28 Juin 2008 09:42

Un nouveau logo, de nouveaux adhérents et des records de participation:le Pass musée trinational du Rhin Supérieur se prépare à fêter ses dix ans d'existence dans la satisfaction d'un développement continu. Une expérience de coopération transfrontalière et de développement culturel très réussie qui fait école dans d'autres régions d'Europe.
 
>>> Le nouveau logo a conservé certaines similitudes avec l'ancien, mais la forme et la couleur ont été modifiées. La nouvelle nuance de vert est plus actuelle et apporte une certaine fraîcheur au PASS Musées. Le choix s'est porté sur les thèmes de la modernité et de l'interactivité. Grâce au « pixel », un carré qui forme la surface de base du logo, l'identité du PASS Musées devient plus dynamique
 
Or noir et ballon rond en Russie : L'effet Gazprom PDF Imprimer Email
Vendredi, 27 Juin 2008 16:32

Par Laurent Pfaadt

Le 14 mai 2008, le Zénith St Petersbourg remportait sa première coupe d'Europe, la coupe de l'UEFA en battant les Glasgow Rangers à Manchester deux buts à 0. Il succédait ainsi au FC Séville, vainqueur des deux dernières éditions (2006, 2007) et au CSKA Moscou qui remportait le trophée en 2005, offrant à la Russie sa deuxième coupe d'Europe. Le 21 mai 2008, le stade Loujniki de Moscou accueillait la finale de l'autre coupe d'Europe, la Ligue des champions remportée par Manchester United après avoir accueilli la finale de la coupe de l'UEFA en 1999. Enfin, le 26 juin 2008, l'équipe nationale russe, véritable révélation de la compétition, fut défaite en demi-finale du championnat d'Europe des nations après avoir éliminé l'Angleterre en qualifications puis la Suède et les Pays-Bas durant la compétition.

 
Nicolas Sarkozy devra adapter sa Présidence au nouveau climat européen PDF Imprimer Email
Samedi, 28 Juin 2008 10:26
Les attentes du Parlement européen
 
Du 1er juillet au 31 décembre 2008, la France présidera l'Union Européenne. Alors que, dans les ministères français, on travaillait depuis plusieurs mois sur les dossiers prioritaires de cette future présidence, le Non irlandais au référendum sur le traité de Lisbonne pourrait changer la donne. Qu'attendent les députés européens de cette Présidence française dans ce nouveau climat ? De tous les bords politiques, ils  répondent.
 
 
 
L'Europe dans la mondialisation PDF Imprimer Email
Vendredi, 27 Juin 2008 17:17
SUGGESTION RELATIO

Un nouveau site à découvrirwww.euromonde2015.eu.  Dédié au rapport « EuroMonde 2015, une stratégie européenne pour la mondialisation » rendu public en avril 2008 en vue de la présidence française du Conseil de l'Union européenne, ce site vise à alimenter les débats autour d'un thème essentiel: L'Europe face ou dans la MONDIALISATION. Le Président de la mission "L'Europe dans la mondialisation", Laurent COHEN-TANUGI s'explique.
 
Nouveau: Les trésors des cinémathèques d'Europe sur Internet PDF Imprimer Email
Vendredi, 27 Juin 2008 01:18

(SUGGESTION RELATIO)

Curieux et cinéphiles de tous âges pourront bientôt découvrir, en accès gratuit sur internet, des films rares et insolites datant souvent des débuts du cinéma, grâce au site Europa Film Treasures, qui met en réseau une trentaine de cinémathèques et archives europénnes.

 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu