Avertir le modérateur

01/01/2009

L'Européen de l'année 2008 : Jean-Claude TRICHET pour relatio-europe

LES GRANDS PRIX 2008 DE RELATIO-EUROPE PDF Imprimer Email
>>> Pourquoi Sarkozy n'est pas "couronné"
>>> La Banque centrale, seule institution qui ait pleinement assumé ses responsabilités avant et pendant la Crise
>>> La BCE, moteur de la réussite de dix ans d'euro

L'Européen de l'année ? L'an denier, une figure s'était imposée presque naturellement, sans hésitation possible : Angela Merkel ! Cette année, bien des esprits, songeant à ce sacre forcément arbitraire et subjectif, pensent à Sarkozy. Un jury de correspondants à Bruxelles lui a offert cette couronne. Rien de scandaleux. Sa présidence « hyperactive et réactive » a été positive sur plus d'un plan. Relatio-Europe n'a pas manqué de le souligner à plusieurs reprises. Mais, il y a plusieurs « mais »...
Sa Présidence a été conduite dans la double optique de « l'Europe des Etats» et de la quête d'un leadership qui n'est pas très communautaire. Qui plus est, un « Européen de l'année » ne peut pas à nos yeux avoir été l'un des responsables majeurs de la détérioration du climat entre la France et l'Allemagne. Une réalité « éliminatoire » pour Realtio-Europe...

PDF Imprimer Email
>>> L'essai européen de l'année : « Le commencement d'un monde », par Jean-Claude GUILLEBAUD

>>> Le film européen de l'année : Gomorra de Matteo GARONNE
>>> L'initiative européenne de l'année : L'association pour les écoles politiques du Conseil de l'Europe, présidée par Catherine LALUMIERE

 

PRIX SPECIAL STRASBOURG DE « L'EUROPEEN DE L'ANNEE »:THOMAS HAMMARBERG, Commissaire du Conseil de l'Europe aux Droits de l'Homme

UNE DISTINCTION QUI S'IMPOSE! Courageux dans ses analyses (les autorités judiciaires et pénitentiaires françaises en savent quelque chose...), hyperactif sur tous les terrains sans exhibitionnisme, rigoureux dans ses rapports, l'oeil en éveil sur chacun des 47 pays du Conseil de l'Europe, observateur attentif de toutes les dérives sécuritaires qui écornent les libertés et les droits de l'Homme, brillant dans ses chroniques régulières (que RELATIO-EUROPE reprend systématiquement), Thomas Hammarberg est devenu l'une des consciences actives des droits de l'Homme. Il incarne l'esprit de résistance si indispensable en cette ère plus liberticide qu'on veut le voir.


30/11/2008

Strasbourg: Les prochains CAFE EUROPE de Relatio



PDF Imprimer Email
Dimanche, 30 Novembre 2008 00:25

INVITATION
Après Taslima Nasreen, Todorov, Todd et Orsenna : Deux rendez-vous exceptionnels

EDGAR MORIN


Penser le futur
Le vendredi 5 décembre de 20 heures à 21 H 30 au restaurant "Zuem Strissel"
(5, place de la Grande Boucherie) (boisson et tarte flambée, 10 €)

Jean ZIEGLER


Que faire face à la « haine de l'Occident » ?
Le mardi 9 décembre de 17H30 à 18h45 au Bar de l'Aubette (1er étage)
Les CAFE EUROPE sont proposés par Le cercle Relatio, Les Ecoles politiques du Conseil de l'Europe et la librairie Kléber

 

13/09/2008

LAÏCITE: NICOLAS SARKOZY, "SOLDAT DU PAPE"?



Imprimer Email
>>>Le concept bien négatif de laïcité "positive":une dérive de la "religion civile" à l'américaine
>>> La formule sarkozyenne serait de de Mgr Ratzinger
>>>Sarkozy a le devoir de ne pas confondre ses états d'âme et l'âme de l'Etat
>>> Le Vatican mène une offensive dans toute l'Europe

PAR DANIEL RIOT
« Laïcité positive »...Le président Sarkozy persiste et signe. Récidive. C'est cela plus que l'éclat donné à la visite du pape qui suscite des polémiques (pas toujours saines) et des inquiétudes (justifiées). Cette « laïcité positive » implique une « laïcité négative ».Or, qui qu'est-ce qu'une laïcité négative ? Un « laïcisme » qui serait à la laïcité ce que l'intégrisme et le fondamentalisme sont aux religions... La laïcité cesse d'être...laïque quand elle devient elle-même un objet de culte, avec ses bigots et ses « fous du non-dieu ». Mais où sévit-il, ce laïcisme ? Où est-il ? Qui le prône ? Quelle menace fait-il peser sur cette « laïcité à la française » qui comme tout en ce bas monde est perfectible mais qui s'est imposée en Europe, malgré des incompréhensions, des craintes et des arrière-pensées ? Le veilleur se demande « où en est la nuit ? ». D'autre menaces pointent, mais pas celle-là....
Pourquoi cette obstination présidentielle qui choque même nombre de catholiques sympathisants de l'UMP ?
On peut difficilement se réclamer du gaullisme et de l'esprit républicain et ne pas être fier que la « Fille aînée de l'Église » ne soit pas devenue, comme l'Amérique des néo-conservateurs, un foyer où Dieu est mis à toutes les sauces, y compris les moins dignes des saintes écritures... La plupart des démocrates-chrétiens eux-mêmes, dans toute l'Europe, savent faire la distinction entre les cités « célestes » et « terrestres ».Heureusement.


05/09/2008

Parlement européen:Histoires d’eau à Bruxelles

Strasbourg capitale démocratique de l’Europe citoyenne doit être (aussi) une “cause nationale”

Par Daniel RIOT

>>> Incertitudes sur le lieu de la session d’octobre (avec Sarkozy)

>>> Bruxelles ruisselle dans le Caprice des dieux

>>> Les responsabilités d’une partie de l’eurocratie

>>> La colère (saine) d’un eurodéputé bavarois

>>> La fermeté du Gouvernement français

>>> Le sang-froid et la détermination de Roland Ries

>>> Vérités et contrevérités, par Jean-Claude Kiefer (dna)

Bruxelles, ou le caprice de dieux

Décidément, la présidence française est marquée (entre autre, et pour l’anecdote) par notre vieille légende gauloise réinventée par Henri Salvador « Faut rigoler, pour empêcher le ciel de tomber »... Après les faux plafonds de Strasbourg, les vraies fuites d’eau du « caprice des dieux », ce « fromage » (son surnom l’indique !) qui sert de lieu de réunions aux parlementaires européens à Bruxelles.
Nous le soulignions ici même : il serait important de mener des enquête de sécurité aussi sérieuses que celles qui sont faites à Strasbourg dans tous les bâtiments de l’Union …
Mais les histoires d’eau de Bruxelles ne sont pas plus drôles que les plâtres strasbourgeois qui privent le Parlement de deux sessions à Strasbourg (pour l’instant, puisque pour octobre, la décision sera annoncée le 22 septembre seulement…)

 

Strasbourg,  ou les dieux de la démocratie

 

 

Lire la suite


02/09/2008

RUSSIE-EUROPE:RENFORCER LE CONSEIL DE L'EUROPE


Editorial RELATIO-EUROPE de  Daniel RIOT

>>> La diplomatie n'est pas du body building

>>> Mieux distinguer l'Union de l'OTAN

>>> Comprendre les peurs et les aspirations russes

>>> Les frontières entre l'UE et la Russie ne doivent pas être des lignes de front

Soyons clairs . KOUCHNER a raison sur un point, au moins :  « l'Union européenne n'a jamais pesé autant dans le développement d'une crise internationale ». Un « événement historique » n'hésite pas à dire le politologue Dominique REYNIER.. Tant pis pour ceux qui pensent que l'Union est restée unie...par défaut, et seulement pas par intérêt « énergétique »...et par faiblesse

Sarkozy n'a pas tort de vouloir se dégager des réflexes de  confrontation hérités de la « guerre froide », des engrenages « sanctions-contre sanctions », de la rhétorique des rodomontades, des menaces, des dents montrées.. La construction européenne exige des muscles, des vrais. Elle n'en a pas assez d'ailleurs. Mais elle s'est faite contre les réflexes de « rouleurs de mécaniques », de « montreurs de biceps », de gonfleurs de pectoraux . La diplomatie n'est pas du body building.

06/08/2008

Relatio-Europe relance l'idée d'un livret d'épargne européen





Un projet trop vite oublié qui reste une impérative nécessité pour l'Euroland, pour l'Union européenne et...pour les citoyens

L'Europe concrète ? Il est temps de la compléter, de la consolider et, dans certains secteurs essentiels, comme celui de l'énergie notamment, de la faire... Ce n'est cette Europe des réalisations que les citoyens rejettent.

Encore faudrait- il que l'esprit d'initiative, d'entreprise, de créativité et le simple bon sens ne soient pas étouffés par des réflexes d'une autre époque ...Un exemple précis : l'idée du Livret d'épargne européen. Une idée lancée dès 2002 par l'Académie européenne crée par Jean-Luc Schaffhauser  et relancée depuis avec de sérieux arguments de gens sérieux, Etienne Pflimlin, le Président de la fédération du Crédit Mutuel, en tête.

Victime de réflexes nationalistes et de visions à trop court terme, cette belle (et féconde) idée  devrait déjà être réalité depuis longtemps...

Malheureusement, ce type de réflexes « je freine, donc je suis », « j'empêche donc j'ai du pouvoir », « j'enterre des idées qui ne sont pas les miennes, donc j'existe » sévit  au plus haut niveau des Etats et des institution européennes. Là où il faut chercher des explications à cette panne (pas seulement institutionnelle) que connaît l'Union européenne.

Relatio-Europe relance ici cette idée qui s'inscrit dans la logique de l'euro et trouve dans le contexte financier et économique mondial  actuel de nouvelles raisons d'être.

A cette fin, il reprend ici des textes publiés en 2007 dans la revue « Sentinelle »,  ceux de Jean-Luc Schaffhauser (notre photo), d'Etienne Pflimlin, de Jean-Pierre Ménanteau et de Jean-Jacques Bonnaud.


22/07/2008

L'Alsace, l'espace rhénan et la France en Europe: c'est sur Relatio-Europe!

 Relatio-Europe, le site à mettre dans vos favoris

La Constitution française réformée à deux voix près, avec une voix de majorité PDF Imprimer Email
Lundi, 21 Juillet 2008 23:14

Positivons...

L'éditorial de RELATIO-EUROPE par Daniel RIOT

A deux voix près. A une voix de majorité...C'est peu.  Même si l'on se souvient  que la République a été proclamée à une voix près le 21 janvier 1875 par l'adoption de l'amendement Wallon...Quand on pense à l'unanimité ou presque  avec laquelle les élus de tous les bords demandait une réforme en profondeur de la Constitution de la V ième République déjà modifiée 23 fois  en un demi siècle, on doit bien, constater que Sarkozy tout en ayant atteint l'un de ses objectifs prioritaires n'a pas remporté la grande et belle victoire politique qu'il espérait... Politiquement, la droite n'en sort pas grandie, la gauche ne s'en trouve pas renforcée.et le Centre est  dans un "ailleurs" qui ressemble à "nulle part". Mais la réforme est dans le marbre. Pour un temps. « Positivons » , comme pourraient dire  Jack Lang et...Bernard Debré.

 
Réflexions sur l'advenir européen PDF Imprimer Email
Mardi, 22 Juillet 2008 00:44

Différenciation & intégration

par Thierry Chopin et Jean-François Jamet


Une SELECTION RELATIO-EUROPE sur le site de la FONDATION SCHUMANN

 
Nous reprenons ici, comme cela nous arrive régulièrement de reprendre une excellente étude de la Fondation Schuman (Présidée par  Jean-Dominique GIUIIANI, qui est aussi parrain de RELATIO, et  dirigée par PASCALE  JOANNIN )Quelques semaines après le "non" irlandais au traité de Lisbonne, cette analyse explore des voies possibles permettant de surmonter les blocages inévitables liés à la diversité et, potentiellement, à l'hétérogénéité des préférences collectives des Etats membres de l'Union européenne, notamment la voie de la différenciation.'(VERSION pdf)

 
Peintres et sculpteurs au Musée Frieder Burda de Baden-Baden PDF Imprimer Email
Dimanche, 20 Juillet 2008 22:51

Coup de cœur RELATIO-EUROPE

 

Par DanSolal

Amateurs d'art, voici une escale européenne à ne pas manquer cet été : Baden-Baden ! Merci Monsieur Burda... Peinture et sculpture : un mariage d'amour et de raison... Il est des toiles qui ont du relief, avec des perspectives qui nous les font voir en 2D et des mouvements qui virtuellement les animent. Combien de natures mortes sont vivantes ! Il est des sculptures qui ont des couleurs, jouent avec les ombres et les lumières ou semblent plantées dans l'immobilité d'un trait. Mais qui, en dehors de Michel-Ange, a osé durant des siècles se dire et se montrer à la fois peintres te sculpteurs ? Au XX ième siècle, en Europe, l'audace a primé. Et la créativité s'est exprimée. Leçon de (belles) choses..

 

.

Peinture te sculpture : Les deux disciplines exigent la même imagination créatrice et des talents si semblables du moins complémentaires. Mais les techniques de ces deux arts sont bien différentes. Maîtrise de l'espace, des volumes. Et des matériaux, des outils. Avec des doigtés bien particuliers, pour l'un et pour l'autre. La toile, plage ouverte, n'est pas le bloc qui ne supporte aucun faux mouvement, aucune inattention, aucune négligence. Liberté du peintre. Contraintes du sculpteur.

Est-ce parce que la toile s'est enrichie de matériaux divers réservés aux sculpteurs que les deux arts et les artistes qui les servent ont renoué un dialogue intérieur à la Michel-Ange ?

 
Réforme de la constitution française : Une occasion manquée de démocratiser un régime monocratique et oligarchique. PDF Imprimer Email
Samedi, 19 Juillet 2008 17:27

Par Daniel RIOT

Question d'un Européen un peu las de voir dénoncer un déficit démocratique dans le fonctionnellement de l'Union européenne qui n'existe dans les yeux de « réalistes » qui perçoivent... mal la réalité : Quel serait le résultat du référendum qui aurait pu être organisé pour ratifier les modifications de la Constitution proposées aux Parlementaires réunis ce lundi en Congrès par Sarkozy ?  

Le Congrès lui-même n'est pas joué d'avance : « 50-50 »... « A quelques voix près »...dit-on à droite et à gauche. C'est qu'il faut franchir la barre des 3/5ièmes ! Pas simple... Et les motivations des votes annoncés tiennent visiblement plus au contexte qu'au texte. Comme dans le référendum pour le projet assassiné de Constitution pour l'Union.  

RESUME : A gauche, le Congrès ... de Reims fausse celui de Versailles. On comprend les embarras de Jack Lang. A droite, on ne veut pas (comme dit Bernard Debré « affaiblir la position de Sarkozy à l'intérieur mais aussi en Europe et dans le monde » ou au contraire « on » veut se démarquer de l'impopularité actuelle d'un président qui veut présidentialiser encore plus un régime qui n'a de parlementaire que quelques us et coutumes. Et les « centres » sont divisés... Entre opportunistes (radicaux), alimentaires (Nouveau Centre) et idéalistes (au Modem).

 

 
L'Europe gourmande: Les trois Reines de Kaysersberg PDF Imprimer Email
Dimanche, 20 Juillet 2008 14:07

Colette, Catherine et Laurence ou le culte de l'excellence

 


 

Par Jacques Déhaire

Souvenirs...Voilà bien longtemps déjà, avec l'ami Jacques Granier, j'avais fait une longue ITW pour les DNA de Colette Faller. Théo venait de mourir. Colette avait décidé d'assumer seule l'héritage : un domaine chargé d'Histoire avec une terre et un ciel qui, avec le talent des artistes de la vigne, produisait l'un des meilleurs vins que l'on puisse imaginer.  Surtout ces vendanges tardives, qui, à l'époque ne faisaient une percée que dans les palais les plus curieux et les plus fins. Depuis les Vendanges tardives ont été complétées par les Grains nobles et les Quintessences. Et d'autres cuvées exceptionnelles.

Petit pèlerinage sur la tombe de Théo, au milieu des vignes. Visites. Dégustations. Soirée au munster. Et longue conversation. Philosophique ou presque. Sur l'art du boire et du manger. Sur les mets et les vins. Sur les bienfaits des traditions mariées aux techniques modernes. Sur ce culte de l'excellence qui doit à la vie  richesse, intensité, bonheur...m^me quand le destin frappe dans le dos, sème de vrais malheurs.    

La veuve Faller est bien vite devenue Colette Faller. Colette. La reine du vignoble. Et elle a gagné son pari. Qualité extrême. Exigence en tout et pour tout. Intelligence commerciale. Et générosité. Non seulement « les Capucines », à Kaysersberg sont restées l'un des bijoux des vignobles rhénans, mais le domaine WEINBACH  a su conforter sa réputation, accroître son rayonnement. Etre synonyme de vins d'exception. Extra-ordinaires ! Que l'on trouve sur les meilleures tables dans le monde entier.

 

20/07/2008

Le Congrès de Versaille vu par Relatio-Europe

 Une occasion manquée de démocratiser un régime monocratique et oligarchique. PDF Imprimer Email
Samedi, 19 Juillet 2008 17:27

Par Daniel RIOT

Question d'un Européen un peu las de voir dénoncer un déficit démocratique dans le fonctionnellement de l'Union européenne qui n'existe dans les yeux de « réalistes » qui perçoivent... mal la réalité : Quel serait le résultat du référendum qui aurait pu être organisé pour ratifier les modifications de la Constitution proposées aux Parlementaires réunis ce lundi en Congrès par Sarkozy ?  

Le Congrès lui-même n'est pas joué d'avance : « 50-50 »... « A quelques voix près »...dit-on à droite et à gauche. C'est qu'il faut franchir la barre des 3/5ièmes ! Pas simple... Et les motivations des votes annoncés tiennent visiblement plus au contexte qu'au texte. Comme dans le référendum pour le projet assassiné de Constitution pour l'Union.  

RESUME : A gauche, le Congrès ... de Reims fausse celui de Versailles. On comprend les embarras de Jack Lang. A droite, on ne veut pas (comme dit Bernard Debré « affaiblir la position de Sarkozy à l'intérieur mais aussi en Europe et dans le monde » ou au contraire « on » veut se démarquer de l'impopularité actuelle d'un président qui veut présidentialiser encore plus un régime qui n'a de parlementaire que quelques us et coutumes. Et les « centres » sont divisés... Entre opportunistes (radicaux), alimentaires (Nouveau Centre) et idéalistes (au Modem).

 

 

16/07/2008

Les psys entre inquiétudes et colère: Leur pétition sur Relatio-Europe

Les psys dénoncent l'instauration d'une « psychothérapie d'Etat » PDF Imprimer Email
Mercredi, 16 Juillet 2008 12:45

« Arrêtez l'arrêté ! », par Caroll de Maistre

La lutte contre le charlatanisme, oui. Il se niche dans toutes les professions... La dénaturation de la psychanalyse, non ! Les politiques, en France, tentent de règlementer , à leur manière, les métiers de liés aux psychothérapies. Pourquoi pas ?Mais pas n'importe comment, pas en détruisant ce que la psychanalyse peut et doit apporter dans cette société en mal de deshumanisation. La psychanalyse, discipline bien particulière, ne veut pas et ne doit pas se laisser « enchainée ». Elle est clinique de la subjectivité, écoute de l'individu , le Sujet, respecté dans sa spécificité, dans son humanité, dans sa singularité. Elle n'est pas une simple technique. Le techno-psy formaté  que l'on tente d'imposer ne sera pas un psychanalyste formé, ayant lui-même  l'expérience de l'analyse et étant en étude, en formation, en recherche permanentes. Freud le disait déjà: La psychanalyse ne doit pas se laisser engloutir par la psychologie...

Un nouvel arrêté, mis au point par le ministère de la santé et défendu par celui de la recherche et des universités, après de multiples tentatives de « règlementations » faites (en vain) depuis cinq ans (et notamment depuis l'amendement Accoyer de 2004) a relancé une polémique bien française qui est suivie de près en Europe. Freud n'a-t-il pas marqué toute la pensée européenne contemporaine ?Les enjeux ne concernent-ils pas la vision européenne de la psyché, si différente du faux modèle technicien américain? RELATIO-Europe fait le point sur un débat qui concerne la nature même de la société.

 

 

12/07/2008

Rendez-vous sur relatio-europe.eu

Proche-Orient : Sarkozy gagne son pari syrien. PDF Imprimer Email
Samedi, 12 Juillet 2008 19:09

Par Daniel RIOT

Kadhafi ne sera pas là. Tant pis pour lui. Il donne d'ailleurs une leçon à la diplomatie de Sarkozy : les sourires de circonstance peuvent être trompeurs et il faut jamais  couvrir d'excès d'honneur ceux qui ne le méritent pas. Vieille illustration du proverbe trop souvent oublié : « si tu manges avec le diable, prend soin d'avoir une cuillère plus grande que la sienne »...

Une question  s'impose: La même diplomatie ne commet-elle pas la même imprudence en accueillant sinon en  grande pompe du moins avec tous les honneurs protocolaires, Bachar al-Assad, bon héritier de son père « intraitable » ? Le président syrien effectue  aujourd'hui à Paris  une visite historique qui lui permet  de participer au  lancement de l'Union pour la Méditerranée (UPM) chère au président français. Et de participer au défilé du 14 juillet.

Comme si l'on passait l'éponge sur tous les crimes de guerres commis au Liban par la Syrie, y compris contre des forces françaises et des diplomates français ? Comme si l'on oubliait toutes les atteintes aux droits de l'Homme dont sont victimes les Syriens. et surtout ceux qui croupissent dans les prisons du régime. Comme si l'on ne voulait pas du tout se souvenir des actions terroristes des services syriens. Comme si l'on gommait un fait qui reste majeur : la paix israelo-arabe se heurte d'abord au veto souvent belliciste de Damas. Les disputes autour du Golan ne sont qu'un prétexte. Le régime syrien ne semble depuis 1967 ne survivre que par l'état de guerre, vis-à-vis de l'extérieur et à l'intérieur. Cela est resté vrai en dépit des changements qui auraient du et pu intervenir depuis l'implosion de l'URSS qui fut longtemps tuteur et inspirateur des maîtres de Damas...

 

 

Notre réponse est Non pour une raison simple. La paix ne s'obtient que par deux chemins. Celui où l'un des camps écrase l'autre. Vaincre et soumettre. Celui où les ennemis s'arrêtent pour se rencontrer, discuter, négocier. Et tenter de repartir sur des nouvelles bases. Concilier avant de se réconcilier.C'est ce qu' a bien vu Sarkozy. C'est ce qui motive son pari syrien. Un pari gagné...pour l'instant.

Dans cet « Orient compliqué », la paix, ou plutôt les paix puisque plusieurs conflits se superposent et s'enchevêtrent, ne peut (ne peuvent) naître que de médiations, de dialogues, de compromis, d'entente. En ce sens le sommet de Paris est riche de promesses même si aucune illusion ne doit être entretenue. Sarkozy a raison sur un point clef : il faut tout essayer, tout tenter. Ce qui est vrai pour la paix l'est aussi pour la démocratisation des régimes moralement et politiquement condamnables. La démocratie ne se décrète pas. Elle ne peut être favorisée que par un lent et patient travail, sur plusieurs terrains et à plusieurs niveaux. C'est particulièrement vrai au Proche-Orient où les processus de pacification et de démocratisation seront intimement liés ou ne seront pas. 

 
Eloge du Banquet PDF Imprimer Email
Samedi, 12 Juillet 2008 10:07
 
Par Bernard ANCORI
Vice -Président de « Sciences et société » à l'université Louis Pasteur en juin 2007 -  un département universitaire unique en France - , Bernard ANCORI a ouvert le colloque organisé par le Festival des cultures et des saveurs d'Europe de Strasbourg au Conseil de l'Europe.  Nous publions ici son "eloge du banquet". Avec, en guise de mise en bouche,  ce célèbre tableau de Rubens Pierre Paul, "le banquet de Terée (Musée du Prado)
 
 
La libération d'Ingrid Betancourt: Au-delà de la belle histoire du dénouement.... PDF Imprimer Email
Vendredi, 11 Juillet 2008 17:46
par Jacques PILET

Le tumulte autour de la libération des otages des FARC n'aide pas vraiment à comprendre ce qui se passe en Colombie. Les retransmissions en direct des embrassades de l'icône Ingrid avec ses proches et un président français ravi de l'aubaine, les vidéos bizarres sur le raid de l'armée, tout cela montre les limites de l'information télévisée.

Quant aux révélations sur les dessous de l'affaire, quant à la petite polémique entre Bogota et Berne, ce ne sont que péripéties. L'essentiel, c'est la liberté retrouvée des prisonniers de la jungle, c'est la joie du peuple colombien qui n'en peut plus des exactions de ces pseudo-révolutionnaires. C'est aussi la réussite d'une opération qui n'a pas fait couler une goutte de sang. Jusqu'à Chavez et Castro, tous ont félicité le président Uribe! Comme dit son homologue équatorien Correa, «même Che Guevara, s'il avait connu les mœurs de cette guérilla-là, en aurait eu honte».
 
Srebrenica: Treize ans après, le deuil (encore), la colère (toujours) et la honte (permanente) PDF Imprimer Email
Vendredi, 11 Juillet 2008 17:32
Le Conseil de l'Europe dénonce: "Les premiers responsables de ce génocide sont toujours en liberté"

"Ce massacre prémédité de milliers de garçons et d'hommes de tous âges restera à jamais gravé dans la mémoire collective de l'Europe. Ce jour est l'occasion de nous souvenir des victimes et de renouveler notre sympathie à leurs familles, mais c'est aussi l'occasion d'exprimer notre colère. Deux criminels de guerre, accusés d'être les premiers responsables de ce génocide, sont toujours en liberté" a déclaré le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe Terry Davis à l'occasion de l'anniversaire du massacre de Srebrenica: "C'est une insulte à la mémoire des victimes, un obstacle à la réconciliation et une honte pour ceux qui n'ont pas fait ce qu'ils auraient pu et dû faire : livrer Ratko Mladic et Radovan Karadzic à la justice. "
 
Nicolas Sarkozy au PE : "L'Europe n'est pas condamnée à l'inaction" PDF Imprimer Email
Jeudi, 10 Juillet 2008 22:07

Pouvait-il tenir d'autres propos sur un autre ton? Certainement pas. Sarkozy a même, de l'avis de la très grande majorité des euro-députés, fait une prestation sans faute ni sur le fond ni dans la forme. D'ailleurs, le soin pris par la présidence française , représentée en permanence dans l'hémicycle depuis l'ouverture de la session jusqu'à sa clôture, a été fort appréciée, y compris par des élus qui ne partagent pas les orientations du chef de l'Etat.


Sortir l'Europe de la crise, rassurer les citoyens en montrant que l'Europe agit pour tous, pas de nouvel élargissement de l'Union sans Traité de Lisbonne: tel a été le message délivré par le Président français et Président du Conseil européen, Nicolas Sarkozy devant le Parlement européen ce jeudi. La plupart des députés ont soutenu les priorités de la présidence française,  mais, logiquement,  nombre d'entre eux ont critiqué son manque d'ambition sur le plan social et son attitude à l'égard de la Chine.une attitude qui a fait piquer un coup de colère à Dany Cohn-Bendit.
 
Le clin d'oeil de Christian Antonelli PDF Imprimer Email
Jeudi, 10 Juillet 2008 01:29
 
L'Europe des tricheurs... PDF Imprimer Email
Mardi, 08 Juillet 2008 13:59

Par DANSOLAL

 


 

Effets de la médiatisation des réussites artificielles, des mirages de l'argent "facile" et du factice, de l'artificiel, de la "frime-fric" ? Conséquences de la crise de confiance dans les personnels et les structures politiques, de l'affaiblissement de l'esprit "service public", des insuffisances de l'éducation civique, de ce que Castoriadis appelait "la montée de l'insignifiance? Ravages de l"'individualisme de masse" triomphant? Le système D n'est pas en crise. Et l'Europe de la triche et des tricheurs se porte bien...

 

Les Tricheurs... Par Georges de La Tour, 1625, (en haut) et par Caravage, 1593.

 

 
Vers une nouvelle culture de mobilité urbaine PDF Imprimer Email
Jeudi, 10 Juillet 2008 00:32
Un rapport d'initiative  du parlement européen

Des concepts novateurs sur la mobilité des villes s'imposent pour aborder les effets négatifs du transport urbain sur l'environnement et sur le changement climatique. Tel est le message d'un rapport d'initiative qui plaide pour une définition précise du rôle de l'UE en matière de politique de mobilité urbaine. Le principe de subsidiarité devrait être respecté de manière à prendre des mesures au niveau de l'UE uniquement si elles apportent une réelle valeur ajoutée, soulignent les députés.

 
La pieuvre nucléaire PDF Imprimer Email
Mardi, 08 Juillet 2008 22:10

Par Corinne Lepage

La décision annoncée par le Président de la république de construire un deuxième EPR révèle s'il en était besoin, la gravité de la situation française au regard du fait nucléaire. Notre prisme de plus en plus déformé à l'égard de l'industrie nucléaire est en passe de nous plomber sur le plan intérieur comme sur le plan international.
Entendons nous bien. Il ne s'agit pas de sortir du nucléaire ou de contester le nucléaire a priori même si nos élites ont la fâcheuse habitude de nier tout inconvénient. Il s'agit de mesurer les ravages que le choix aujourd'hui de l'EPR va provoquer dans le domaine de l'économie, de la recherche, de la gouvernance,et de la politique étrangère.

 

27/04/2008

LIVRES: Europe et journalisme...

"L'Europe, cette emmerdeuse": En attendant le 9 mai...

En attendant la publication, le "jour de l"Europe", de "L'Europe, cette emmerdeuse" , Sandrine Kauffer,  explique comment et pourquoi ce livre a été écrit à quatre mains. Histoire d'une rencontre et d'un constat commun: L'Europe "souffre d'un déficit de pédagogie". RAPPEL: ce livre sera présenté le 9 mai à 19 heures à  la Librairie KLEBER, à Strasbourg.
 
0b942d9bc02dbdfbc05e63b84b5450ae.png
 

Sandrine Kauffer :« L’Europe est d’abord en panne de pédagogie »

 

- Comment est né ce projet ?

 
-La vie professionnelle est faite de rencontres, et ce projet est le fruit d’un concours de circonstance. Le hasard fait parfois bien les choses.

Lors de la campagne sur le référendum européen, à Strasbourg, la communication a pris l’ascendant sur l’information. L’explication de la Constitution devenait inaudible. Avec Daniel, nous en avions discuté. Notre diagnostic était formel, le malaise bien réel. L’Europe est en panne de pédagogie. « Elle souffre plus d’un déficit pédagogique que démocratique » se plait à dire Daniel. L’Europe ne fait pas rêver. Et c’est dommage !

Nous avons eu des conversations passionnantes servies par une disponibilité circonstancielle. Et une idée est devenue projet. Un projet qui s’est vite s’emballé. Naturellement. Et puis, j’ai découvert Daniel Riot, sous un autre jour. Derrière ses coups de gueule, ses crises d’impatience, son allergie à ce qu’il appelle l’eurokonnerie » ou ses éditos vifs et pertinents sur le fond mais souvent impertinents dans la forme, il est pudique, réfléchi et réservé. Mais qui connaît vraiment Daniel Riot ?

 

- Justement qui est-il, Daniel Riot?

-Comme chacun d’entre nous, il a son jardin secret, mais si vous voulez savoir ce qui le touche vraiment, où se situe sa corde sensible, lisez… le livre. Il se dévoile enfin.

« L’Europe cette Emmerdeuse » est une sélection des meilleurs moments, personnels, professionnels, journalistiques, philosophiques de sa vie. C’est comme de feuilleter un album photos. Y mettre des noms, des mots, parfois des maux. Lire ce livre, c’est aussi picorer dans une bibliothèque, la sienne : Daniel est un grand lecteur. Il est imprégné de Paul Valéry, de Victor Hugo et de bien d’autres. S’y arrêter pour réfléchir à quelques citations toujours faites avec pertinence. Ou pour plonger dans d’autres lectures. Enfin et surtout peut-être cet ouvrage est un outil pour voir ce qu’il y a au-delà des apparences.

. -Un journaliste  parmi  d'autres, non?

 Daniel RIOT est entré en journalisme comme d’autres entrent en religion. Cela n’a rien d’un cliché. Mais avec le culte de l’indépendance et de la liberté. Et avec un respect des gens et des faits qui n’est pas très courant…Et il aime l’Europe comme il aime la vie. Son message européen n’a rien de technique, de théorique. Il aime l’Europe avec le cœur et la raison. Parce qu’il pense à ce que l’on oublie trop : la paix n’est jamais définitivement acquise. Parce que l’Europe, pour lui, est d’abord un bouclier des droits de l’Homme et un levier de l’’approfondissement de la démocratie. Il n’est pas un euro-lâtre, un euro-béat. Il est critique envers la construction européenne telle qu’elle se fait et surtout telle qu’elle ne se fait pas…Et il la considère d’abord comme une aventure culturelle. Ce qu’elle n’est pas assez.

Ce qui m’a le plus surpris chez lui, c’est certainement son indiscutable capacité de travail. Qualité, quantité, réactivité, productivité, rapidité. Il n’y a pas de limite. A tout heure du jour et de la nuit. C’est impressionnant.

 

c47c7a50d686a4feb17cb1ba04b70a2b.jpg

 

Comment s’est passé l’interview ? Et dans quelle ambiance de travail ?

 

Il ne s’agit pas d’une interview, mais d’une conversation. D’une série de conversations. Je participe à raviver la mémoire des pages oubliées, ramener à la conscience des émotions égarées, des sentiments perdus. Quelle satisfaction d’observer des instants de silence et de concentration parce qu’il vient d’avoir un flash-back. Des moments privilégiés. Des heures d’entretien, puis inévitablement la garde se baisse et la parole se libère, elle ne cherche plus à retenir ses souvenirs, à cacher ses pudeurs…

Daniel Riot n’avait évidemment besoin de personne pour mener à bien un livre document. Il est aussi un grand technicien des entretiens. Combien en a-t-il mené ? Il est incapable de le dire et il a eu tort de ne pas tout archiver… En fait, il a passé sa vie à « interviewer », non en « poseur de micro », non en voyeur, mais en écouteur, j’allais dire en confesseur… en vrai « dialogueur ». Cette fois, c’était moi l’oreille. Et mes remarques, mes interrogations ont contribué à faire rejaillir à la surface des souvenirs enfouis, des troubles refoulés, des réflexions oubliées.

Je lui ai proposé cette formule de livre entretien, parce que je sentais qu’il avait, en dépit des apparences, une humilité, une pudeur qu’il ne devrait pas avoir face à sa vie, ses expériences, ses réflexions…Il a accepté parce que, sur l’Europe plus que sur tout autre sujet, il faut sortir des sentiers battus, des discours et des démonstrations préconçus. Le dialogue insuffle un rythme, une légèreté à la narration, une dimension humaine et sensible au message européen de Daniel. La complicité d’une collaboration a l’avantage de permettre un recul, une distance face à soi-même et aux choses. Un « limage de cervelles », comme il se plait à dire en citant Montaigne a des avantages évidents. Y compris pour le lecteur, j’espère.

 

- Comment pensez-vous que les femmes vont réagir à la découverte du titre, de la couverture et à sa lecture ?

 

123170d0dbd616abfd3554f0648fe727.jpg

Mais, parfaitement bien. Pourquoi, cette question ?

 

Il s’agit en quelque sorte, d’une histoire d’amour entre l’Europe personnalisée - et personnaliste- et un journaliste passionné, mais frustré. Frustré parce qu’Il voudrait la voir s’épanouir, la faire grandir. C’est sa quête. Y est-il parvenu ? Qu’importe, il continue.

« L’Europe est une femme. Mystérieuse. Enigmatique. Érotique, mais pas spécialement sympathique. Attirante, mais distante…Imposant la distance. Nue, mais habillée de pudeur. », dit-il. Elle aurait tout pour plaire, elle semble parfaite et pourtant …D’où  La Magie Noire de Magritte en couverture..

 

L’Europe est une femme dont le point G est à Strasbourg, dit-il aussi. Inutile de chercher à nier son envie constante de provoquer. « Il est comme moi un sabreur de mouches », a dit de lui Tomi Ungerer. Mais ses coups de griffes, son ironie acide, ses « rioteries » poivrées sont des moyens d’interpeller, de capter le lecteur, l’auditeur ou le spectateur. Ce livre est surtout un outil, un support, un stimulateur de réflexions. Une volonté de faire réagir de manière constructive.

 

f72414f17d8cf3110b1d65e950fb86f5.jpg

 

Et maintenant quels sont vos projets?

 

Ma collaboration avec Daniel se prolonge. Ce livre est une étincelle, la vitrine d’un projet européen plus engagé dans la durée. Cet ouvrage est aussi une force de propositions. Daniel Riot se donne les moyens de porter ses projets d’action. Il crée à Strasbourg une SARL de presse, d’éditions et de productions, qui nous permet de transformer son euroblog en vrai journal en ligne. D’ailleurs, la lecture du livre se prolonge sur RELATIO, le cyberjournal européen (www.relatio-europe.eu)

 
Ce livre est indirectement comme une introduction à de nouveaux débats, à de nouvelles manières de traiter les « affaires européennes »… Il est une invitation à rejoindre LE CERCLE  RELATIO. Une association dont la mission est de
contribuer au renforcement de l’Europe DE et A Strasbourg, donc des valeurs, de l’humanisme, du respect du principe d’Humanité. Les débats engagés par ce livre ont déjà commencé et vont se poursuivre sur RELATIO : l’Europe citoyenne dépend d’abord des …citoyens.

Sur un plan personnel, j’ai accepté d’animer avec lui la rédaction de RELATIO. C’est une aventure très prenante, passionnante, et intellectuellement enrichissante. Avec une forme de journalisme qui est, en fait, à ré-inventer. Vous avez vu, dans « l’Emmerdeuse », la place consacrée au journalisme, à la presse, aux médias… Ce livre ne porte pas que sur l’Europe : il est aussi un essai sur les crises de nos sociétés déboussolées par des évolutions mal maîtrisées. Comme RELATIO est un eurojournal en ligne préoccupé par tout ce qui concerne la citoyenneté.

Ce faisant, je maintiens mon activité de consultante en communication politique, en ayant toujours un ou deux livres sous le coude. Avec et sans Daniel »

(Entretien City presse)

 

25/04/2008

Sarkozy à la télé: Pas de quoi surmonter la crise de défiance

LE COMMENTAIRE DE DANIEL RIOT 

8498d7594992730f426890540303db73.jpgLa crise ? Quelle crise ? Sarkozy a souligné ses dimensions différentes, en trouvant parfois quelques accents dignes de ses fonctions. Mais « En direct de l’Elysée » n’avait rien d’une « heure de vérité » pour reprendre la comparaison bien prétentieuse de Pujadas. « On » a bavardé pendant quatre-vingt minutes, devant micros et caméras, chacun jouant un rôle prédéfini. Sans être dupe des limites de l’exercice…

Lire la suite

11/04/2008

Albert Frere/Suez: Kuhn dépose une nouvelle plainte

d53ba15adf9c52eccd96ac7be2ec4ac2.jpgAprès avoir gagné le procès en appel que le milliardaire belge lui avait intenté,eb444f9367f9cad5c9ac4dd548e38f09.png Jean-Marie Kuhn dépose plainte en se portant partie civile contre Albert Frère et contre X. Le "dossier Kuhn" et "les dessous cachés du mariage Suez-Gdf" entrent donc dans une phase nouvelle. Avec des conséquences qui peuvent être lourdes...

Lire la suite

10/04/2008

L'Europe cette emmerdeue: Lettre ouverte au Président Sarkozy

 "L'Europe cette Emmerdeuse", le livre de Daniel RIOT et de Sandrine KAUFFER qui va être publié en mai chez City Editions et distribué par Hachette Livres, commence par une "Lettre ouverte" à Nicolas Sarkozy. A la veiller de la Présidence française, le Président est encouragé à réaliser cete indispensable synthèse entre les idées de jean monnet et celles du général de Gaulle. Nous en publions ici, en avant-première, un extrait.

f0a10ba833170388a39e3d53d8d6eab9.jpg

 

Lire la suite

09/04/2008

Sur RELATIO, le webjournal de l'Europe qui bouge

Le Tibet,les JO,la Chine et les manifs....Les moutons de Panurge et la flamme olympique.

EDITORIAL de Daniel RIOT pour RELATIOf878af6457cc39f4c2252dfa4182c157.jpg

73f2512b05670b6503eaf7df35d45bd9.jpgUn mythe peut en cache un autre…Derrière le symbolique et l'imaginaire:le réel! Derrière le dalaï lama et l'esprit de Pierre de Coubertin: Soif d'idéal, déficit de spiritualité et compensation d'un terrible sentiment d'impuissance...

 

 

Lire la suite



BELGIQUE :Quand la Flandre joue avec le feu... ou les dangers des micronationalismes

a5b66ec5b637fc3a9d4e38fb6728cae1.pngSELECTION RELATIO SUR LE MONDE: Un petit article, mais qui en dit long... Le divorce belge? Plus qu'une séparation de corps. "Méfiez-vous de la mégalomanie des petits pays" souliganient les pères de l'Europe. Le régionalisme érigé en nationalisme est d'abord un  nationalisme. Qu'il soit micro plus que macro ne change rien à, l'affaire. Et aux risques que cela engendre. La subsidiarité ainsi interprétée est détournée de son sens. L'idée européenne aussi. Jugez-vous même. Et n'hésitez pas à poser vos commentaires.

Lire la suite


FRANCE: La Police trop mal policée...

4568159a683790d55bb99745cd0d42be.jpgLes cris d’alarmes et les constats d’organisme spécialisés (dont le Conseil de l’Europe) ne semblent guère suivis d’effets positifs. La police française n’est pas un modèle de police respectueuse des droits de l’’Homme et des règles de la démocratie. Au lendemain du spectacle bien peu digne « offert » dans les rues de Paris par des policiers bien mal inspirés (donc dirigés)  dans la « protection » d’une flamme olympique éteinte cinq fois, la commission nationale de déontologie est plus dans la critique que dans l’éloge. Hélas…   

Lire la suite


Livres; l'Europe de la sécurité intérieure

Ces dernières années, l'Union européenne a multiplié les initiatives en matière de sécurité intérieure. Pourtant, « le nationalisme judiciaire » subsiste.Entre une Europe « en panne » et une Europe « sécuritarisée », où en est l’Europe de la sécurité intérieure ? Les articles réunis dans ce dossier montrent comment s’est organisée la coopération dans cet espace en tension.

Lire la suite


 

 

Boycott des J.O en Chine : un problème faussement complexe

db78ac52e44e423c9648f6ce32c4ad45.jpgPar Pascal Heisserer  
Il est toujours possible d'examiner la question de la participation de la France (et des démocraties occidentales) aux J.O en Chine à partir de considérations telles que toute prise de position claire, nette et tranchée passe pour inutile et vaine.

En effet, si on commence par mettre en balance la participation aux J.O et l'amélioration effective des droits de l'homme en Chine, on peut disserter longuement sur l'opportunité de boycotter ou de participer et se demander à l'infini si c'est la stratégie d'ouverture ou de fermeture qui est la plus à même de produire des résultats positifs.

Lire la suite


Aide au développement :l'Allemagne devance la France

Tout de suite après les États-Unis, l'Allemagne est entre-temps le deuxième donateur de la coopération au développement. Étape intermédiaire positive, juge la ministre fédérale de la Coopération économique et du Développement Heidemarie Wieczoreck-Zeul, mais il reste encore beaucoup à faire afin d'atteindre les objectifs que l'Allemagne s'est fixés.

Lire la suite


FMI: Le cap des 1000 milliards perdus...et un constat d'impuisance

a66e44969073686d54ff12c7350568fa.jpgLE BULLETIN DE WILLIAM PETITJEAN

Dominique Strauss-Kahn monte en première ligne. Avec des constats qui ne surprennent pas , mais confirment l’ampleur d’une crise qui ne fait peut-être que commencer. Avec un réquisitoire contre la surdité et les aveuglements des responsables (irresponsables ?) d’un système qui profite à une minorité. Et en avançant des remèdes…qui ne sont ni simples à appliquer ni sans doute suffisants. DSK voit sans doute là les limites de ses capacités d’action

Lire la suite


Les ravages du lobbying

par Corinne Lepage

La question du lobbying entre, avec fracas, dans le débat politique en France. Les passes d’armes entre le sénateur Legrand dont le courage et l’honnêteté intellectuelle doivent être salués et le président Accoyer, dont la brutalité des propos, lors de l’avis émis par le comité Legrand a interloqué, car elle n’était justifiée par rien, sont un véritable fait politique, et, ce , d’autant plus qu’elles opposent deux parlementaires de l’UMP.

Lire la suite


Financement du terrorisme: Berne dans le collimateur

Campagne en Europe et aux Etats-Unis contre les liens entre la Suisse et l'Iran

Lire la suite

Consommation: Mangez des fraises "hors saisons"...

SELECTION RELATIO sur POLITIS : Un article de Claude-Marie Vadrot          

D'ici à la mi-juin, la France aura importé d'Espagne plus de 83 000 tonnes de fraises. Enfin, si on peut appeler «fraises» ces gros trucs rouges, encore verts près de la queue car cueillis avant d'être mûrs, et ressemblant à des tomates. Avec d'ailleurs à peu près le goût des tomates...

Lire la suite

Journée internatiionale des Roms

"Plus de droits, plus d'égalité, plus de respect"

Lire la suite

France-Estonie: bilan d’une rencontre

Nicolas Sarkozy a reçu à l’Elysée le président estonien, Toomas Hendrik Ilves. Retour sur le sommet de l’OTAN et perspective d’un partenariat dans le domaine de l'énergie nucléaire.

Lire la suite

Poubelles des mers: Emotion passée, résolutions oubliées...

6f82eec0b5869e1eca98288990ad81f7.jpg

DECRYPTAGE RELATIO par William PETITJEAN-Signe de ce temps :les politiques multiplient les déclarations et les promesses « à chaud », en réaction à des événements qui provoquent des émotions collectives. L’info-émotion entraîne même dans certains pays, en France notamment, une inflation législative pas toujours bien inspirée…Mais quand les soufflés médiatiques sont retombés, les intérêts (plus particuliers que généraux) reprennent le dessus. Et les mesures évidentes à prendre sous les effets des chocs des images sont reportées à plus tard ou vidées de leur substance. Jusqu'à la prochaine catastrophe?....

Lire la suite

10:27 Publié dans europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, politique, web, inertent, JO, chine, riot

02/04/2008

LIVRES: Bientôt en librairie, "l'Europe cette emmerdeuse"

L'Europe, cette emmerdeuse: L'Europe, le journalisme et moi

e215cc00086f1f1d55b73aa6df754810.jpg

En mémoire de demain…
 

"L’Europe est une emmerdeuse !"… C’est l’un des cris de Daniel Riot  qui a consacré (et consacre) l’essentiel de son activité personnelle et professionnelle à la "construction européenne" qu’il suit de près depuis 1969. 

C’est parce que l’Europe est une "emmerdeuse" qu’elle est si mal traitée et autant méprisée dans notre paysage médiatique malade de "l’info-spectacle" déjà dénoncée par Guy Debord[1], de la "montée de l’insignifiance" si bien décryptée par Castoriadis[2] et de cet "escargotisme" que Tomi Ungerer voyait en Alsace mais qui est une spécialité bien française… 

L’Europe est une "emmerdeuse" parce qu’elle cristallise tous les maux visibles et souterrains qui frappent nos sociétés éclatées et déboussolées après six décennies de paix, ou du moins de "non guerre", et une "Histoire qui  va trop vite"[3] 

"Qu’est-ce que l’on fait quand on ne fait pas la guerre ?" La question du polémologue Gaston Bouthoul dans les années 50 reste l’interrogation centrale de ce début de XXI ième siècle marqué par un grand trouble existentiel, une "défaite de la pensée" et une montée des périls d’un nouveau type à l’intérieur et à l’extérieur…. Itinéraire et confidences d’un "instituteur des temps modernes" entré en journalisme comme d’autres en religion. "Profession : Passeur d’idées et de témoins". 

 

Doctorante en Sciences Po, spécialisée en communication politique, rédactrice en chef de RELATIO, Sandrine Kauffer appartient à une génération frappée par la difficulté de donner à cette Europe toujours en miettes l’image et l’existence, la forme et la consistance, l’unité et l’influence susceptibles de générer l’adhésion citoyenne qui lui fait tellement défaut. 

"On ne tombe pas amoureux d’un marché", disait Delors. Sandrine et la première "Génération Europe", n’ont pas, face aux lenteurs de l’unification européenne, la patience résignée de leurs aînés… "Désirs d’actions dans une nouvelle dimension"

L’une interroge, l’autre répond : L’Emmerdeuse est  un livre à deux voix et à quatre mains, écrit par des "Européens d’origine française" différents par le sexe, l’âge, la formation. Par des  "êtres de chair, d’os et d’esprit" qui "parlent d’Europe" sans la langue des querelles institutionnelles, sans le brouillage de l’eurojargon bureaucratique, l’opacité des controverses eurocratiques, le brouillard des faux procès idéologiques ou la pollution des réflexes passéistes. "L’Europe est une femme", lance Daniel Riot. "Une femme dont le point G est à Strasbourg".

 

Au moment où la France va assumer la Présidence de l’Union européenne, où un traité dit "simplifié" mais très compliqué va être ratifié, où le président Sarkozy lance une "Union méditerranéenne" et une réflexion de "Sages" sur le "futur européen" dans un contexte mondial qui suscite plus de peurs que d’espérance, cet ouvrage de témoignages, de réflexions et d’explications est d’abord un cri d’alarme :"Ce que l’Histoire a fait, l’histoire peut le défaire. L’Union est menacée d’implosion. L’intégration européenne risque la désintégration".

 

Mais ce livre est aussi un guide, vitaminé, à l’usage des citoyens (et des décideurs) qui savent que l’inachèvement actuel de cette « construction » laborieuse doit être replacé dans une perspective historique pour être compris et mis  en prospective  si l’on veut que "le futur ait un avenir"

"L’Europe n’est pas un Objet politiquement non identifiée (OPNI), selon la formule pourtant très pertinente de Jacques Delors : elle est un OPI, un objet politique inédit". C’est sa faiblesse : les citoyens manquent de repères. Ce doit être sa force  si l’on sait, selon la boutade de Tomi Ungerer, "donner une destination au destin"…

"Emmerdeuse", l’Europe est, aussi, vertueuse… Elle peut et doit nous aider à surmonter d’autres crises : celles du politique,  de la démocratie, des troubles identitaires, du "Vivre ensemble", de la poussée de "l’individualisme de masse", des conflits de civilisation, de la foi dans le progrès, du totalitarisme technologique, du chocs des inégalités, de "l’hyperterrorisme", et de ce fascisme rampant qui reste prégnant sous des formes diverses, ne serait-ce que parce que Hitler, selon le constat de Pierre Legendre[4], "a été vaincu par les armes et non par les arguments"

L’Europe ? "Un levier d’Archimède", comme disait de Gaulle, pour nous aider à relever les défis de ce siècle dont le début n’a rien d’une "Belle époque"… Et pour sauver la Personne humaine plus menacée que jamais peut-être par les poussées d’inhumanité et les tentations nihilistes.

 



[1] La Société du spectacle (Buchet-chastel,1967 ; Champ libre, 1971 ; Gallimard, 1992)

[2] La Montée de l'insignifiance (Les carrefours du labyrinthe IV) – Seuil 1996 (Points Poche, 2007)

[3] Mitterrand après la Chute du mur de Berlin.

[4] La fabrique de l'homme occidental, Mille et une nuits, 1996.

PUBLICATION MI-MAI (City editions, diffusion Hachette Livres)

28/03/2008

Le phénomène Berlusconi, vu par Sandrine Kauffer

ITALIE :  “ FORZA… ALITALIA”


29128e9e7f4889353f538e7c133101da.jpg Pour la cinquième fois en quatorze ans de carrière politique, Silvio Berlusconi part à la conquête de la présidence du Conseil. deux victoires et deux échecs, il cherche la « belle » ! Il est inquiété par le prétendant VELTRONI, mais les sondages le créditent d’une solide avance. Et l’affaire politico-financière ALITALIA donne un coup de fouet à sa campagne électorale. Son  traitement médiatique et ses rebondissements sont à l’image de  la personnalité d’ El Cavalieri et de la stratégie berlusconienne dans toute sa splendeur.

 

Lire la suite

STRASBOURG:Les jeunes du Modem tentent de se faire entendre

C’est bien volontiers que j’ouvre mon  «  blog-notes » aux réflexions de Nelly Margotton, une de ces jeunes citoyennes riches de qualités qui ont cru en l’avènement d’un  vrai parti démocrate, donc d’un parti vraiment démocrate…Et qui veulent encore y croire. Non par foi ou optimisme, mais par conviction, détermination. Avec le courage de bousculer quelques tabous, la lucidité de ceux qui savent que la crise du politique actuelle est dangereuse pour la démocratie et l’énergie donnée non par des ambitions d’être mais de faire.

Comment reconstruire…ce qui n‘est pas construit ?

Par Nelly Margotton

 A l'heure où au MoDem strasbourgeois, suite aux différentes déceptions provoquées par les élections municipales et cantonales, on parle déjà de bilan et de reconstruction, il semble que l'organisation elle-même soit complètement mise de côté... Comment reconstruire quelque chose qui n'est pas construit?

Lire la suite

23/03/2008

Strasbourg: Leçons d'une élection

cc5f9543533f40d7ade209b37d39933c.jpgpar Alexis LEHMANN

Benoît Hopquin  titre dans le Monde du 18 avril que Strasbourg a, une fois encore,  sanctionné le Maire sortant.

Les raisons évoquées sont : la similitude des programmes, le mécontentement général ou encore le caractère autocratique du « tandem ».

Il y a certainement du vrai ,mais il manque à mes yeux une raison majeure.

Lire la suite

Strasboug et l'Europe: Ries aux commandes

Strasbourg et l'Europe:le devoir de ne pas décevoir

L’éditorial RELATIO par Daniel RIOT

C’est fait Roland Ries est maire de la « capitale démocratique de l’Europe ». Et c’est Catherine Trautmann, qui demeure euro-députée, qui a proposé sa candidature à la Magistrature suprême de la Ville.

73cbb071af6bb0e8750c307f1504df77.jpg

C’est Mme Nawel Rafik-Elmrini qui a été nommée  aux  «  relations internationales » Cette  avocate d'affaires, âgée de 38 ans, fait ses débuts en politique. Elle aura un rôle déterminant dans le renforcement de la dimension européenne de Strasbourg.

Lire la suite


STRASBOURG:Le "Schwörtag" recouvre son actualité

La "capitale démocratique de l'Europe" renoue avec une tradition médiévale. Qui a fait longtemps la célébrité européenne de la ville.Les engagements solennels des responsables de la Cité. Roland Ries renoue avec ce Serment. SELECTION RELATIO sur les DNA. Un article de Guy Tendel.

Lire la suite

22/03/2008

Le Terrible: Sarkozy Re-Présidentialisé?

FRANCE:Quand sarkozy veut "faire Président"...

L’éditorial de Daniel RIOT pour RELATIO

« Suivre sa pente, mais en remontant », exhortait GIDE. Reste à savoir quelle est sa vraie pente. Vieille question de philosophie : « Est-on  qui on devient ou devient-on qui on est ? ». SOS Sartre, Kant, et quelques autres… Sarkozy va-t-il devoir ou pouvoir redire : « J’ai changé » ?  Au moins, peut-il dire, en cette fin de semaine : « Je fais des efforts  pour changer ». Pour « faire Président », comme il l’aurait dit lui-même.

Lire la suite


Le Terrible : le nouveau sous-marin nucléaire français

Le Terrible. C'est le nouveau sous-marin nucléaire français, quatrième du genre, inauguré hier par Nicolas Sarkozy. Le président en a profité pour revenir sur la doctrine nucléaire de la France. Il a proposé hier aux partenaires européens un dialogue sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans le cadre de la sécurité européenne.
 

Lire la suite

20/03/2008

Elysée:le buzzeur abuzzé?,par Sandrine Kauffer pour Relatio

 La sentinelle Nicolas Princen

La chronique de Sandrine  KAUFFER

Quel est le mystère qui entoure le phénomène Princen ?  D’ailleurs peut-on vraisemblablement parler de phénomène ?
La nomination de Nicolas Princen, jeune politicien de 24 ans, normalien, diplômé de Siences po, et d’HEC, vient d’être chargé par l’Elysée de "surveille
r" le cyber-space, pour repérer toutes les rumeurs ou les "buzz", qui circulent sur Nicolas Sarkozy.

Lire la suite

17/03/2008

L'Europe à Strasbourg: Roland Ries en première ligne

Strasbourg l'européenne : Une vraie chance à saisir

L'éditorial de Daniel RIOT pour RELATIO

c973fa6ad7215a1ba619c12e34fd55bf.jpg

 

La victoire de Roland Ries n’est ni une surprise ni une mauvaise nouvelle pour celles et ceux qui veulent que Strasbourg soit digne de sa vocation européenne forgée par son histoire, par sa géographie et par l’empreinte de l’humanisme rhénan. Et de sa mission de « capitale démocratique » de l’Europe définie par le traite de Londres en 1949 instituant le Conseil de l’Europe et confirmée à plusieurs reprises par les traités de l’Union européenne

Lire la suite

16/03/2008

Ries, une chance pour l'Europe à Strasbourg

Strasbourg: le triomphe (logique) de Roland Ries

4abbfdd40726b92ffcc1547edb4fe491.jpgPas de détails… C’est plus qu’une défaite : c’est une Bérézina. Et le Tandem n’est pas ménagé par ses « mais » politiques » : Yves Bur n’a retrouvé sa sincérité que pour cogner sur les deux têtes d’un tandem qui a pédalé dans la choucroute pour ne pas avoir su gérer sa victoire…voilà sept ans. « Un immense  gâchis », a dit le « patron » de l’UMP du Bas-rhin. « Ce n’est ni en solo, ni en tandem qu’on dirige une ville, mais en équipe ».Et en respectant celles et ceux qui ne sont pas forcément de votre avis sur tout et en tout. Fabienne saura en tirer les leçons, sans doute. Il est des défaites qui peuvent être bénéfiques. Surtout si l'on prend conscience qu'elles sont méritées.

Lire la suite

Quelles leçons Sarkozy va-t-il tirer de la "fessée" des municipales?

Les municipales en france: remettre des "Rolex" à l'heure...

Le second tour n’a pas compensé le premier. Bien au contraire. La fessé donnée ce dimanche est encore plus forte que dimanche dernier.
Et les responsables du gouvernement et de l’UMP ont bien tort de pratiquer une détestable langue de bois en mettant en relief l’abstention (trop forte, il est vrai), les « enjeux locaux » (bien réels heureusement) et les mécanismes « classiques » de « rééquilibrage ».
Sarkozy a d’ailleurs été le premier à souligner les « enjeux politiques » des municipales avant d’accepter de se faire discret : le « handicap Sarko » se chiffre entre 10 et 15 % dans les villes grandes et moyennes. Ce « handicap Sarkozy » a même été lourd dans les villes sauvées (de justesse) comme Marseille Ce « handicap Sarko » a même été net dans les cantonales, bien trop sous-estimées dans les média et par les analystes politiques. Le PS s’en trouve renforcé, entre 53 et 54 % (sous réserve de confirmation).

Lire la suite

14/03/2008

Sarkozy-Albert Frere: L'affaire révélée par Relatio dans Libération

Une brèche dans le "pacte de silence"politico-médiatique

246c2c704e2f108e3d260cec11605539.jpgUne brèche dans le  "Pacte de silence" politique et médiatique qui semblait tel un couvercle vouloir étouffer la troublante affaire Kuhn-Sarkozy révélée par Relatio: LIBERATION de ce matin consacre  un artcicle  à  l'accusation de corruption classée sans suite en trois jours, par la Justice alors que plainte avait été déposée par Jean-Marie Kuhn à la demande de Berçy.
Nous l'écrivions ici même:la vérité finit toujours par s'imposer...Même si parfois elle prend plus de temps qu'il n'en faudrait. RELATIO n'est (évidemment) pas cité dans l'article de Libé. J'écris "evidemment", car le journalisme à la française connaït mal le mot "source".
Précision sera sans doute apportée puisqu'en toute confraternité j'ai transmis à Libération les liens qui s'imposent. Liens qui d'ailleurs étaient connus de la rédaction de Libération depuis longtemps. http://www.relatio.fr/affaire_kuhn_suez_frere/ 
Reste maintenant à obtenir quelques réponses aux questions posées par cette affaire. les demandes d'ITW faites à l'Elysée notamment resteront-elles encore sans réponses?
L'omerta n'est pas un mode de gouvernement acceptable en démocratie.Les liaisons dangereuses entre le pouvoir politique et les pouvoirs financiers ne sont pas sains. Et les silences des autres organes d'informations constituent à eux seuls l'une des explications à ce que l'on appelle "la crise de la presse". Une crise liée à celle Du politique. Paresse et manque de courage.
Un rappel: cette petite "affaire" ne concerne que 1, 25 milliard d'euro d'argent ...public. Un autre rappel: un salarié adminsitrateur de Gdf a demandé dans un ITW à relatio.fr une commission d'une enquête parlementaire.  
Daniel RIOT 
(photo Libération) 

Lire la suite

10/03/2008

Strasbourg et les municipales: Rien n'est joué, mais...

Tout est joué à Strasbourg ? Mais non. Robert Grossmann a raison d’y croire encore. Et Roland Ries fait bien de rester prudent.  Le problème pour le Tandem, c’est son réservoir de voix. Il est bien faible… Ne serait-ce que parce que l’UMP a déjà mangé les centristes qui penchent à droite et que l’électorat de l’extrême-droite n’a aucun intérêt à voter pour une droite sarkozienne qui l’a déjà trompé. Certes, les abstentionnistes du premier tour peuvent changer la donne, mais rien ne dit qu’ils se déplaceront pour un camp ou pour un autre. Et la campagne du deuxième tour ne s’annonce pas forcément favorable au tandem, surtout si celui-çi persiste à mettre son bilan en avant son « bilan »

Lire la suite

05/03/2008

SUEZ-GdF: LA FACE CACHEE DE LA FUSION ANNONCEE

EXCLUSIF RELATIO

af7b954e0062f3b82b7f9d463587b019.jpgDOCUMENT: UNE CHRONOLOGIE DE FAITS QUI PEUVENT REMETTRE EN CAUSE LA FUSION SUEZ-GdF

Jean-Marie KUHN, dans le cadre d’un important préjudice que lui a fait subir le Groupe FRERE-DESMARAIS au travers de l’une de ses Sociétés, a découvert un ensemble de faits qui, additionnés, mis en convergence et en perspective, ne manquent pas d’intriguer. Et de soulever bien des questions.

Celles-çi se retrouvent au cœur et dans les coulisses de la fusion SUEZ-GdF.

Elles soulèvent gravement trois problèmes-clefs...


Lire la suite

28/02/2008

Le scandale SUEZ-Albert Frere:Le lourd silence de l'Elyséee

AFFAIRE JEAN-MARIE KUHN/ALBERT FRERE : LETTRE OUVERTE À NICOLAS SARKOZY

Face à l'évidente inertie des plus hautes sphères politiques et médiatiques, Jean-Marie KUHN a rédigé une seconde lettre ouverte au président de la république. Pourquoi une seconde lettre ouverte ?
Force est de constater que c'est le seul mode de communication qui lui garantisse que le président de la République Nicolas SARKOZY est assurément et suffisamment averti et alerté de sa démarche.
C’est le l’ultime recours dont il bénéficie pour transmettre son message de la plus haute importance alors que des filtres gouvernementaux semblent si efficaces et si préjudiciables à la fois à M. SARKOZY. Monsieur KUHN s’exprime en toute transparence. Chacun de ses gestes est transmis aux cabinets ministériels et aux proches de Nicolas SARKOZY (avocats, conseillers et parlementaires) Le président est encerclé de personnes concernées, impliquées. Comment pourrait-il encore se prévaloir d’ignorer qu’il est de la sorte interpellé publiquement ? Comment peut-il accepter ces propos, qui au minimum, exigeraient des commentaires, éclairages ou indignations de sa part. Ce silence irrespectueux qui enveloppe le préjudice de Jean-Marie KUHN, est d'autant plus scandaleux que M. Albert FRERE, à l’instar de M. DESMARAIS, vient d’être gratifié d’une récompense hautement honorifique, en toute discrétion. Pourquoi ?

Lire la suite

23/02/2008

Europe:LA chef d'orchestre du Parlement européen

L’INVITE (E) DE RELATIO.fr : CLAIRE GIBAULT

Musique, politique, droits des femmes, culture et éducation, vie des artistes .... A batons rompus avec Sandrine KAUFFER  et Daniel RIOT

05d5f4dcd304fa74820852969c33c644.jpg
Photo de Philippe Schlienger

 Rencontre avec une eurodéputée qui est devenue en peu de temps une grande figure du Parlement européen : Claire GIBAULT. Seule femme française chef d’orchestre, elle est entrée en politique par la culture. « Pour agir ». Et par une volonté : « ne pas être esclave de mon ego, mais servir les autres dans la mesure de mes moyens ». La musique « reste plus qu’un métier, une passion », mais au Parlement européen elle a trouvé un terrain à la mesure de sa « soif de faire » : « J’espère bien être réélue »… 

 

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu