Avertir le modérateur

13/09/2008

LAÏCITE: NICOLAS SARKOZY, "SOLDAT DU PAPE"?



Imprimer Email
>>>Le concept bien négatif de laïcité "positive":une dérive de la "religion civile" à l'américaine
>>> La formule sarkozyenne serait de de Mgr Ratzinger
>>>Sarkozy a le devoir de ne pas confondre ses états d'âme et l'âme de l'Etat
>>> Le Vatican mène une offensive dans toute l'Europe

PAR DANIEL RIOT
« Laïcité positive »...Le président Sarkozy persiste et signe. Récidive. C'est cela plus que l'éclat donné à la visite du pape qui suscite des polémiques (pas toujours saines) et des inquiétudes (justifiées). Cette « laïcité positive » implique une « laïcité négative ».Or, qui qu'est-ce qu'une laïcité négative ? Un « laïcisme » qui serait à la laïcité ce que l'intégrisme et le fondamentalisme sont aux religions... La laïcité cesse d'être...laïque quand elle devient elle-même un objet de culte, avec ses bigots et ses « fous du non-dieu ». Mais où sévit-il, ce laïcisme ? Où est-il ? Qui le prône ? Quelle menace fait-il peser sur cette « laïcité à la française » qui comme tout en ce bas monde est perfectible mais qui s'est imposée en Europe, malgré des incompréhensions, des craintes et des arrière-pensées ? Le veilleur se demande « où en est la nuit ? ». D'autre menaces pointent, mais pas celle-là....
Pourquoi cette obstination présidentielle qui choque même nombre de catholiques sympathisants de l'UMP ?
On peut difficilement se réclamer du gaullisme et de l'esprit républicain et ne pas être fier que la « Fille aînée de l'Église » ne soit pas devenue, comme l'Amérique des néo-conservateurs, un foyer où Dieu est mis à toutes les sauces, y compris les moins dignes des saintes écritures... La plupart des démocrates-chrétiens eux-mêmes, dans toute l'Europe, savent faire la distinction entre les cités « célestes » et « terrestres ».Heureusement.


07/07/2007

Europe: L'Eglise catholique retrouve son matin

Le pape Benoît XVI a rétabli la messe en latin

9f1ec2872c65d9381d87cf9f5621fb06.jpgECLAIRAGE RELATIO : Un cadeau aux ultraconservateurs? Ou la fin d'une anomalie?Ou le signe d'une post-modernité qui ne veut pas être une démodernisation", selon le mot d'Alain Touraine? "Ce qui était sacré pour les générations précédentes reste grand et sacré pour nous", explique le Pape  pour justifier son appel au recours au latin...

Question: et si on remettait ausii le latin et le grec, bref les lettres classiques et la philosophie au programme des écoles et des universités? Quand on voit le prix payé par des réformes dites pédagogiques qui ont eu des effets descructuteurs (plus de calcul mental, lecture globale, moins de récitations, moins d'anlyses de textes etc...) on sedoit de réflechir à ce que recouvre les mots "progrès" et "modernité"....

 Chez les catholiques, l'abandon du latin a eu un effet négatif sur l'effet magique de la messe. les textes en latin, non compris, semblaient plus riches que leur version française, souventbien pauvre. ce n'est là qu'une appréciation subjective, bien sûr....A quand le retour aux soutanes chez les prêtres eet aux blouses grises dans les lycées? On ouvre un débat? ....

Plus sérieusement, cette mesure du Vatican (qui s'inscrit dans d'autres) ne va pas forcément faciliter le dialogue si indispensable entre les religions. DR

LES FAITS: Le pape Benoît XVI a publié ce samedi 7 juillet un texte autorisant un plus large recours à la messe traditionnelle en latin, tout en assurant qu'il ne s'agissait pas d'une remise en cause des réformes du concile de Vatican II.
Dans sa lettre apostolique en forme de motu proprio sur "l'usage de la liturgie romaine antérieure à la réforme de 1970", Benoît XVI autorise le curé à célébrer la messe de rite tridentin dans les paroisses où "il existe un groupe stable de fidèles attachés à la tradition liturgique antérieure" qui le demandent. Jusqu'à présent, l'évêque devait approuver de telles requêtes. Cette mesure vise notamment à ramener dans l'Eglise le mouvement catholique ultraconservateur fondé par l'évêque français excommunié Marcel Lefebvre.

Le pape Benoît XVI

Le pape Benoît XVI

(c) AFP

 

Mais dans une lettre aux évêques qui accompagne la lettre apostolique, Benoît XVI tente d'apaiser les craintes exprimées par certains prélats. Il note ainsi que "ce qui était sacré pour les générations précédentes reste grand et sacré pour nous, et ne peut à l'improviste se retrouver totalement interdit, voire considéré comme néfaste". Il ajoute que rien n'est "retiré à l'autorité de l'évêque dont le rôle demeurera de toute façon de veiller à ce que tout se passe dans la paix et la sérénité".

Les catholique intégristes "se réjouissent"

Le rétablissement de la messe en latin réjouit les catholiques intégristes français adeptes de Mgr Lefebvre, qui affirment toutefois que "des difficultés subsistent encore" avec le Vatican, dans un communiqué de leur supérieur, Mgr Bernard Fellay.
"Le pape Benoît XVI a rétabli dans ses droits la messe tridentine, affirmant avec clarté que le missel romain promulgué par Saint Pie V n'a jamais été abrogé. La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X se réjouit de voir l'Eglise retrouver ainsi sa tradition liturgique", indique le communiqué mis en ligne sur le site internet de cette communauté schismatique, créée par l'évêque français Marcel Lefebvre .
"Pour ce grand bienfait spirituel, la Fraternité Saint-Pie X exprime au Souverain Pontife sa vive gratitude", poursuit le communiqué.
"La Fraternité Saint-Pie X forme le souhait que le climat favorable instauré par les nouvelles dispositions du Saint-Siège permette - après le retrait du décret d'excommunication qui frappe toujours ses évêques - d'aborder plus sereinement les points doctrinaux en litige", conclut Mgr Fellay.

386ccd0abdc016b8167a5d2ef36b02b5.pngRetour de la prière pour la "conversion" des juifs

Le centre Simon Wiesenthal s'inquiète de la présence d'une prière "pour la conversion des juifs" dans la messe en latin du vendredi saint libéralisée par le pape. Dans un communiqué, l'organisation juive "demande instamment à Benoît XVI de déclarer ce texte contraire à l'enseignement actuel de l'Eglise", conformément au concile Vatican II.
Dans les célébrations du vendredi saint antérieures à 1962, commémorant la mort du Christ, les catholiques priaient pour la conversion des "juifs perfides". Cette expression avait été supprimée en 1962, les fidèles priant ensuite "pour la conversion des juifs". En 1970, cette prière a été profondément transformée et les catholiques prient aujourd'hui "pour le peuple juif, le premier à avoir entendu la parole de Dieu".
Une note technique du Vatican publiée samedi précise que la prière du missel en latin sur les juifs est celle de 1962, qui comporte la prière pour leur conversion. En revanche "l'usage de la liturgie de la Semaine Sainte antérieure à l'édition de 1962 n'est pas licite", indique-t-elle, excluant donc la référence aux "juifs perfides".

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu