Avertir le modérateur

04/01/2009

GAZA : UNE GUERRE A HAUTS RISQUES...





...MAIS ISRAEL AVAIT-IL DAUTRES CHOIX ?
Par Daniel RIOT

Les risques sont évidents et graves : de nombreux civils tués ou blessés, des pertes israéliennes plus lourdes que prévu, un enlisement de Tsahal face à des combattants de l'ombre, l'ouverture d'un front à la frontière libano-israélienne par le Hezbollah, une nouvelle Intifada, une déstabilisation de tout le Proche-Orient par des débordement « de la rue » qui ont commencé, reprise d'actions terroristes en Europe et ailleurs. Voire davantage...c'est-à-dire pire. L'agence russe Ria Novosti publie une « Tribune » au titre qui donne le frisson : « Le début de la troisième guerre mondiale ?» Le point d'interrogation n'enlève rien à la pertinence de la question...


06/09/2008

SARKOZY "primé": Elie Wiesel s'explique sur relatio-europe

POLÉMIQUE BIEN FRANÇAISE SUR UN PRIX AMÉRICAIN

La Fondation Elie Wiesel pour l'Humanité va récompenser Nicolas Sarkozy avec le "The Humanitarian Award". Il s'agit d'un prix spécial décerné en reconnaissance d' actions humanitaires dans divers domaines, particulièrement dans les conflits internationaux. Ce prix lui sera remis le 22 septembre prochain à New -York au cours d'un dîner de charité, comme les Américains en organisent souvent pour récolter des fonds qui vont à des œuvres.
Ce prix a provoqué en France, notamment sur le Net, Une polémique lancée par une information du Canard enchaîné.
Nous avons évidemment interrogé Elie Wiesel lors du dialogue public organisé jeudi dernier à Strasbourg.
"C'est un prix spécial qui récompense la France. Et Nicolas Sarkozy a été élu président de la République française",a expliqué en substance Elie Wiesel en soulignant son attachement personnel à la France ("qui m'a recueilli"), à la langue française ("celle dans laquelle j'écris presque tous mes livres"),aux idéaux de liberté,de dignité, d'égalité, de fraternité de la république française, des actions et des interventions humanitaires que la France et les Français multiplient dans le monde.
Au passage, Elie Wiesel a d'ailleurs approuvé le voyage effectué cette à Damas par Sarkozy.
Dans la mini-ITW enregistrée pour relatio-europe et strasTv.com en marge de sa réception à l'Hotel de Ville de Strasbourg, il résume les raisons de son choix, 20 ans après la création de sa Fondation qu'il a crée avec la dote de son prix Nobel pour faire et promouvoir des actions de paix et d'aides aux victimes des conflits nés de ces déchaînements de haine qui font tant de ravages VOIR LA VIDEO

 

Un prix, encore? L'hyperactif président ne se hérisse pas , mais peut se pavaner (Dessin Christian Antonelli pour Relatio-Europe) C'est d'auatnt plus vrai qu'au prix de la fondation Wiesel s'ajoute une autre distinction américaine, celle "d'Homme d'Etat de l'année" décernée par une autre Fondation américaine (Appel de la conscience) Tout cela a étté décidé avant le cessez-le-feu (non encore totalement appliqué) en Géorgie. Restons positifs: il est des prix de couronnement et des prix d'encouragement

01/09/2008

Europe-Russie: L'Union reste...unie

Sarkozy a rempli son contrat moral: Fermeté et ouverture


>>>>SARKOZY, BAROSSO ET SOLANNA REFERONT DES VOYAGES A MOSCOU ET TBILISSI

>>>> REPORT DES NÉGOCIATIONS JUSQU'AU RETRAIT DES TROUPES RUSSES DE GÉORGIE

 

 

DÉCRYPTAGE RELATIO-EUROPE PAR DANIEL RIOT

L'essentiel, c'était l'unité. Ou plutôt l'unanimité. Contrat rempli. La déclaration proposée par la France a été discutée : c'est logique. Mais les 27 l'ont approuvée. Les plus réalistes, comme les plus durs à l'égard de Moscou.

Le principal, c'était de marier fermeté dans la réaffirmation de quelques principes et esprit d'ouverture. Objectif atteint. L'UE va être "vigilante" dans ses relations avec la Russie et pourrait prendre des décisions "concernant l'avenir" de ces relations en fonction de l'évolution de la situation en Géorgie. Prochain test : la prochaine réunion UE-Russie du 14 novembre à Nice.

D'ici là, les négociations prévues (notamment le 15 septembre) sont  ajournées tant que « toutes les troupes russes n'ont pas évacué  la Géorgie ». Mais MM. Barroso et Sarkozy, accompagnés du diplomate en chef de l'UE, Javier Solana, se rendront  le 8 septembre à Moscou et Tbilissi, pour tenter de progresser vers un règlement du conflit, et tenter notamment d'obtenir un retrait des troupes russes.


12/08/2008

LA GUERRE RUSSO-GEORGIENNE sur Relatio-Europe

Sarkozy à Moscou et en Géorgie

L'éditorial Relatio-Europe de Daniel RIOT

C'est une partie extrêmement serrée que va jouer aujourd'hui Nicolas Sarkozy lors de ses déplacements (confirmés) à Moscou et à Tbilissi. Non seulement, il se heurte au mur russe, mais il doit tenir compte des pressions américaines et des dissensions au sein des 27 alors qu'il agit au nom de l'Union européenne

Lire la suite

Jusqu'où Poutine (puisque c'est lui qui visiblement mène le bal) veut-il aller ? Quel est son but secret ? A quelles conditions acceptera-t-il de cesser les combats ? Ces trois questions parmi d'autres obsèdent les diplomates européens, notamment ceux qui entourent Sarkozy et Kouchner dans leur « mission impossible » de trouver une « sortie de crise » qui ne soit pas qu'une pause bien courte dans cette « guerre des mots et des mortiers », comme dit Kouchner... en oubliant les avions, les bateaux et les missiles (en réserve, pour l'instant heureusement).

C'est une partie extrêmement serrée que va jouer aujourd'hui Nicolas Sarkozy lors de ses déplacements (confirmés) à Moscou et à Tbilissi. Non seulement, il se heurte au mur russe, mais il doit tenir compte des pressions américaines et des dissensions au sein des 27 alors qu'il agit au nom de l'Union européenne

Lire la suite

Sarkozy à Moscou et en Géorgie

Que veut vraiment le Kremlin ?

L'éditorial Relatio-Europe de Daniel RIOT

Jusqu'où Poutine (puisque c'est lui qui visiblement mène le bal) veut-il aller ? Quel est son but secret ? A quelles conditions acceptera-t-il de cesser les combats ? Ces trois questions parmi d'autres obsèdent les diplomates européens, notamment ceux qui entourent Sarkozy et Kouchner dans leur « mission impossible » de trouver une « sortie de crise » qui ne soit pas qu'une pause bien courte dans cette « guerre des mots et des mortiers », comme dit Kouchner... en oubliant les avions, les bateaux et les missiles (en réserve, pour l'instant heureusement).

C'est une partie extrêmement serrée que va jouer aujourd'hui Nicolas Sarkozy lors de ses déplacements (confirmés) à Moscou et à Tbilissi. Non seulement, il se heurte au mur russe, mais il doit tenir compte des pressions américaines et des dissensions au sein des 27 alors qu'il agit au nom de l'Union européenne

Lire la suite

-----------------------

CAUCASE: Une épreuve de vérité...pour l'Union européenne

Par Daniel RIOT

« Libération » cogne : Le « coup de force ». Moscou 2008 en Géorgie c'est Moscou d'avant la chute du Mur. « La force brutale »...Le « retour aux pratiques de l'Union soviétique envers ses satellites »...La pauvre petite Géorgie « envahie » par le grand méchant Ours ! Citation de l'historien américain George Kennan à l'appui de la démonstration : «Moscou ne voit à ses frontières que des vassaux ou des ennemis». Et leçon tirée sans appel :« L'avertissement est clair aux Ukrainiens, Baltes ou même Polonais : les ennemis n'ont qu'à bien se tenir. La Russie a montré qu'elle était prête à user de sa supériorité militaire pour imposer son hégémonie ». Peut-être. Allez savoir qu'elles sont les vrais desseins de Poutine ! Mais, Kouchner, l'admet, les Américains sont tout de même « de la part ».

Et le même « Libération » est tout de même obligé de souligner « l'aventurisme » du leader géorgien. Attendons un peu avant de juger. Il est déjà tellement difficile de jauger. L'urgence n'est pas de porter des jugements à l'emporte pièce, mais de voir si l'Union européenne peut effectivement jouer les médiateurs dans un conflit annoncé mais pas assez sérieusement envisagé.

Des diplomates américains en conviennent, en privé : « Il a déconné » Pire « Les Russes le poussaient à la faute à ne pas faire. Il leur a offert sur un plateau pour perdre toutes ses chances d'intégrer rapidement l'Otan. Son échec sera aussi le notre»... « Il », c'est Mikhaïl Saakachvili, l'homme en qui Européens démocrates et Américains avaient placé beaucoup d'espoirs. Trop peut-être. Comme l'ukrainienne, mais en plus grave, la « révolution orange » (ou des « roses ») géorgienne a été contrariée par des adversaires intérieurs et extérieurs et par l'ampleur des défis à relever.

Lire la suite

31/07/2007

Le "grand Moyen-Orient": un arsenal explosif

Proche-Orient: Les jeux dangereux de Bush, vendeur d'armes

29389666e13da3e814728605f9919280.jpgDECRYPTAGE RELATIO PAR DANIEL RIOT:Alors que Condoleeza Rice entame une tournée au Moyen-Orient pour défendre la politique américaine dans la région, le contrat de coopération militaire avec l'Arabie Saoudite passe mal parmi les représentants démocrates mais aussi républicains, qui reprochent à l'administration Bush de pactiser ainsi avec un Etat soutenant le terrorisme. Ces inquiétudes américaines recoupent bien des craintes européennes, en dépit des sourires chaleureux et des promesses "de coopération renforcée" entre Londres et Washington distillés pat gordon Brown à camp Davis.Pour Bush, les ennemis de nos ennemis sont nos amis. Mais ils peuvent être aussi des faux amis.. LIRE L'ANALYSE DE Daniel RIOT pour RELATIO: Les Jeux dangereux de Bush... CLIQUER ICI Les armes de Bush.doc

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu