Avertir le modérateur

11/09/2007

Le commissaire européen Franco Frattini veut censurer internet

Union européenne et le terrorisme : Quand le Commissaire chargé de la sécurité se montre liberticide et imbécile en prônant une censure des mots sur Internet…

Faut-il censurer sur Internet et ailleurs le commissaire européen chargé de la justice et des affaires intérieures (donc d’une Europe malheureusement encore très virtuelle) quand il n’est pas seulement liberticide mais imbécile ?

Ce responsable de Forza Italia qui ferait sans doute fait une carrière encore plus brillante dans un pays où les mots « démocratie » et « liberté » seraient prohibés, est déjà, à son poste,  une provocation incarnée pour tous ceux qui estiment que Europe et Démocratie doivent être synonymes…

La justice, vue par un représentant de la droite extrême avec le masque du centre-droit, peut-elle être « juste » ? La sécurité définie par un responsable  de Forza Italia peut-elle engendrer une vraie « sûreté » ?

91a0a9283e4e37929477fa08b0be04f2.jpg

Mais (c’est la loi de notre système par définition imparfait), ce monsieur   a été proposé à la Commission par un gouvernement italien légitime et accepté par un Parlement européen élu au suffrage universel…Il s’est vu confier ce « portefeuille » dont le nom est déjà un signe : dans son libellé, le mot liberté a été « oublié ».

Ce  berlusconien vient encore de briller en faisant une proposition qui est imbécile (puisque impossible à mettre en œuvre techniquement) et inutile mais qui est  surtout liberticide. La veille de la rencontre, aujourd’hui, entre des représentants du secteur Internet et des responsables de l'Union européenne lors d'un forum européen sur l'innovation et la recherche en matière de sécurité, le commissaire européen Franco Frattini a préconisé le blocage de certaines informations qui circulent sur Internet, concernant notamment la fabrication de bombes.

« J'ai la ferme intention d'entreprendre une étude avec le secteur privé (...) sur les moyens technologiques d'empêcher des gens d'utiliser et de chercher des mots dangereux comme 'bombe', 'tuer', 'génocide' ou 'terrorisme' », a expliqué, sans rire, Franco Frattini à l'agence Reuters. Cacher ces mots que je ne saurais entendre… Et surtout, allonger la liste des mots à proscrire, en fonction des circonstances, pourquoi pas ?

Internet est accusé de tenir aujourd'hui une place essentielle dans le dispositif des groupes clandestins armés, en leur permettant de partager des informations, de faire le lien entre activistes ou de diffuser de la propagande. « Donner des instructions pour fabriquer une bombe n'a rien à voir avec la liberté d'expression et la liberté d'informer les gens, a expliqué M. Frattini. Le bon équilibre, à mon avis, est de donner priorité aux droits absolus et au premier de tous, le droit à la vie. » C’est beau cela.

On fait la même chose pour lutter contre les spéculateurs financiers, contre les mafias, contre les réseaux de l’économie financière ? Les mots « doller », « euro », « taux d’intérêts », « compte » sont chargés de périls…Et sont piégés, comme tous les mots du dictionnaire

Du bon sens tout de même : Ce commissaire européen à la justice et à la sécurité ne prône pas l'interdiction des forums, des analyses, des informations historiques ou des opinions. Nous voilà rassurés.

Précision : fermer un site immédiatement n'est actuellement possible que dans quelques pays membres, dont l'Italie, a précisé M. Frattini. Le sujet fait cependant débat en Allemagne après l'arrestation la semaine dernière de trois hommes soupçonnés de préparer un attentat de grande ampleur. On ferme son site pour cause de crime contre l’image de l’Union ? Plaisanterie, bien sûr. Un espoir que les mesures  visant à lutter contre le terrorisme par l’Union soient conformes aux exhortations du Conseil de l’Europe : concilier sécurité et liberté !

Au fait, de nouvelles mesures anti-terroristes, il en faut encore, en dehors… de la constitution d’une vraie Europe de la Justice, de la sûreté et des libertés, donc d’une Europe politique qui s’impose ?  

On a plutôt l’impression que les politiques professionnels du « sécuritaire » par compassionnel populiste se croient obligés de « célébrer » « l’anniversaire du 11 septembre » par des mesures gadgets dont ils mesurent mal toutes les implications. Le 11 septembre, on devrait, (surtout  quand on est chargé de la sécurité au sein de la Commission européenne), se taire par respect des morts de tous les attentats. Et en signe de défaite. La guerre déclenchée par Ben Laden voilà six ans n’est toujours pas gagnée par les « démocraties » et toutes les mesures liberticides prises au nom du terrorisme…  « font le jeu des terroristes » comme dit justement le secrétaire général du Conseil de l’Europe. J’ose espérer que question orale à M.Frattini sera posée lors de la prochaine session du parlement européen… Même si les propos de Franco Frattini n'ont pas l'effet d'une bombe mais d'un pétard mouillé.

Daniel RIOT

15/07/2007

Société: Les libertés des "people" et celles du peuple...

Atteintes à la vie privée…

Quand Sarkozy fait, sur le perron de l'Elysée,  une déclaration d’amour à Cécilia et à une de ses filles, (« belles les deux », il a raison…), on est dans quoi ? Dans le public ou dans le privé? Dans un moment d'Etat ou dans une confidence publique à caractère privé? Dans le jeu ou dans la sincérité? Dans une fête pour le peuple ou pour le people?« Nous voulons de la vie au théâtre et du théâtre dans la vie », remarquait Jules Renard...

75fc7ad7fcaea6249279b31c3c128315.jpg

 

 Quand la presse s’amuse d’une photo souriante de Sarkozy ravi de dépingler la médaille de l’ordre du mérite sur une poitrine qui ferait triompher le sens tactile sur le bon sens, on est dans  une forme d’irrespect ou d’humour ? Un homme d’Etat conserve son état d’homme. Les femmes aussi d’ailleurs,, heureusement.

a9b4c445c810a6f0bcc75100e8ad58a3.jpg

Quand l’ami Jean Quatremer, sur son euroblog allongé, révèle (ou sous-entend) sur DSK quelques tendances sans lesquelles il aurait moins de charme mais avec lesquelles Anne Sinclair et nos diplomates doivent composer si ce gout pour les jupons est effectif, que fait-il ? Du journalisme d’investigation et de transparence ou des insinuations (diffamatoires?) de « fouille-poubelle » envieux des succès de la presse people? Attirer, c’est plus tirer vers le bas que vers le haut…La presse dite people (pipole) ne le montre que trop…

7ed1932857f3a7ad8335bcea29263e59.jpg

Quand Ségolène Royal, en femme outragée qui se sent harcelée, fait un procès à Match pour une photo de vacances bien innocente et sans intérêt, que fait-elle ?

bf61aff5c5d07845da5a831bcc3b1523.jpgUn geste d’autodéfense bien légitime (après d'autres "atteintes") même si cette « femme fatale » qui avait convoqué les caméras pour un accouchement a fait une partie de son chemin public en jouant (plus ou moins bien) sur le piano d’un marketing politico-médiatique qui implique une bonne dose de narcissisme pas toujours pudique ? Ou…de la pub (involontaire) pour l’hebdomadaire (en l’occurrence en panne d’inspiration) ? Ou de l’autopromotion par posture victimaire et imposture primaire ?

La « femme fatale » finit par rendre bien banal le recours aux avocats pour des causes qui font causer sans grande conséquence

Vie privée/vie publique…Malgré son tact et son sourire pudique,e8d706eebb830233e01048d1b6c38cc1.jpg Mireille Dumas reflète, à sa manière, cet   exhibitionnisme ambiant et galopant  qui nous transforme tous (ou presque) en des pornographes de l’âme que  Restif de la Bretonne ne pouvait imaginer… 

« Si j’avais un secret pour concilier vie privée et vie publique, je le vendrais », ironisait Sean Connery… Cela n’est pas vrai que dans le spectacle, le cinéma, les média et la politique. Rassurons-nous. Avec Pierre Assouline : « Dès lors qu’on a une vie intérieure,on mène déjà une double vie ». Et avec Alphonse Allais : « la vie est comme on la fait ». Ou la défait.

Pendant que notre « peoplecratie » qui est aussi une « médiacratie » se chatouille l’épiderme avec ce type de faux événements, l’information essentielle de la semaine en matière de protection de la vie privée, donc de droits de l’homme et de Liberté n’a guère été commentée, sauf dans des cercles spécialisés où l’on sait ce que prêcher dans le désert veut dire.

3323c8b1847fab2e2baa64878c632c56.jpgLa Commission nationale informatique et liberté a publié un rapport plus qu’accablant et plus qu’inquiétant.  « Si vous croyez que le monde ressemblera un jour à celui de Big Brother, détrompez-vous… Vous êtes en plein dedans ! », lance son président en lançant une "alerte à la société de surveillance" que lance aussi la « Commission de Venise » du Conseil de l’Europe.

On apprend au passage que  la CNIL est la commission de ce type qui en Europe dispose des moyens et des pouvoirs les plus faibles. Souriez, vous êtes filmés. L'oeil invisible nous regarde; Prenez garde, vous êtes fichés (avec des risques d'erreurs considérables) . Les disques durs nous emprisonnent.

Sachez-le: vous n’avez plus de vie privée. Réflexes sécuritaires et progrès technologiques : danse35442258d5bf71be9f03e6314c38dd9.jpg cette société liberticide à tendances totalitaires "soft", il y a vraiment plus grave qu’une photo anodine dans l’eau bleue d’une plage corse.

Au fait, on a peu entendu  et Royal et les autres dirigeants socialistes sur ces atteintes constantes et générales à la vie privée. Il est vrai que notre  « traçabilité » (comme on dit pour les bêtes d’élevage) est telle que notre portable nous localise, que notre ordi nous trahit, que nos cartes de paiement ou de crédit sont prêtes à nous discréditer, et que même en vélo dans les rues de Paris, une puce nous accompagne...

b0aaf47f6ce97a410abdb84711800d15.jpgMais, comme dit Sarkozy, il faut des règles pour jouir des plaisirs de la transgression…Michel Polnareff a raison de ne plus fuir le fisc aux USA et de ne plus afficher ses fesses sur les murs de Paris Il joue jouer gagnant en misant sur les  gagneurs:"je vous dit merde, monsieur le Préséident, et on ira tous au paradis".

Un monde sans espionnage, le "paradis"? Chut! Dieu nous espionne tous depuis longtemps: on me l'a  appris au cathéchisme...D'ailleurs, Adam n'a pas pu croquer la pomme d'Eve en cachette. Tout finit toujours par se savoir!

Daniel RIOT

12/07/2007

Sécurité et liberté: Mise en garde du Conseil de l'Europe

Surveillance vidéo: Sarkozy veut multiplier des caméras que  la "Commision de Venise" (comme le CNIL) redoute...

La surveillance vidéo est une menace pour les libertés fondamentales, conclut un rapport de la Commission de Venise,7404c8b234d4458f3dd545dfb28dfdf3.jpg composé de juristes et de sages soucieux des libertés démocratiques,  individuelles et collectives e

La Commission européenne pour la démocratie par le droit du Conseil de l’Europe (« Commission de Venise ») a rendu public un avis sur la compatibilité entre la surveillance vidéo des lieux publics par des opérateurs publics et la protection des libertés fondamentales. Cet avis rejoint celui du rapport 2006,que  la Commission nationale de l'informatique et des libertés vient de publier: il est des progrès technologiques qui pourraient menacer "la protection des données et des libertés".

La Commission de Venise a conclu que cette pratique (que Sarkozy veut développer) constitue une menace pour les droits fondamentaux que sont le respect de la vie privée et la liberté de mouvement, et touche aux questions spécifiques de la protection des données personnelles ainsi recueillies.

6e04143d597889ae942b0609037edf7b.jpgQuand bien même il peut exister des impératifs de sécurité publique, elle invite les Etats membres à prendre des mesures visant à :
>>>signaliser systématiquement les zones filmées ;
>>>mettre en place, au niveau national, un organe indépendant afin de garantir la légalité de telles installations, conformément aux exigences de la Convention européenne des Droits de l’Homme et des textes internationaux relatifs à la collecte et à la protection des données.

Quant à la vidéosurveillance opérée par des opérateurs privés, la Commission de Venise y voit également une menace pour les libertés personnelles et recommande en plus que toute personne sujette d’une telle activité puisse avoir accès aux données ainsi collectées et ête informée de l’utilisation des données. L’equipement de vidéosurveillance devrait etre accessible à des contrôles par les autorités publiques.

Organe consultatif du Conseil de l’Europe composé d’experts indépendants sur les questions constitutionnelles, la Commission de Venise compte actuellement 48 Etats membres (*).

Pour plus d’informations, voir le site de la COMMISSION DE VENISE

745f83713766adda449fc9253936a156.jpg

VOIR LES INFORMATIONS SUR  SES SITES  Sélectionnés par le NOUVELOBS.com

Qu'est-ce que la Cnil ?

La France et la lutte contre le terrorisme, sur le site du ministère des Affaires étrangères

Projet de loi relatif à la lutte contre le terrorisme évoquant la vidéosurveillance

La vidéosurveillance dans les lieux publics

La vidéosurveillance sur le lieu de travail, par la Cnil

Un article de Serge Portelli : "Nicolas Sarkozy, une société sous haute surveillance"

Dossier du "Courrier de l'Unesco" sur la vidéosurveillance

L'association "Souriez vous êtes filmés"

Un dossier de la Ligue des Droits de l'Homme sur la vidéosurveillance

Qu'est-ce que la géolocalisation?

1d693ab8056d03cd47f771cc91e1dbbf.jpg

La liberté menacée...sans que l'on s'en rende compte? L'invisible nous voit...

26/05/2007

Histoire banale à "Sarkoland am Rhein"...

 Les « Sarko attitudes » du « Tandem UMP» de Strasbourg

Où commence et où finit, la censure ? Où commence et où finit la simple politesse, d’ailleurs ? Où commence et ou s’arrête l’intelligence, surtout ? Trois questions parmi d’autres autour d’une anecdote très villageoise à… portée européenne.

medium_DR.JPG
C'est moi avant de devenir un "terroriste bayrouiste" du moDem à "kärcheriser"

Il se trouve que j’anime régulièrement les « Entretiens du Conseil de l'Europe ». Une initiative intéressante : il s’agit de la reprise d’une idée mise en pratique, sur une échelle plus grande, alors que je travaillais aux DNA, une idée que la gauche strasbourgeoise au pouvoir (sous Catherine Trautmann et Roland Riess) avait négligée sottement.

Pour ceux qui ne savent pas : des rencontres régulières sont organisées sous forme de conversations, entre des personnalités qui travaillent pour le Conseil de l’Europe (experts, diplomates, responsables d’ONG ect…) et le public strasbourgeois. Un public qui serait plus nombreux si la communication de la Ville sur cet événement était plus musclée, d'ailleurs...

Je devais animer (gracieusemnt, comme à chaque fois)  la prochaine rencontre, prévue le 30 mai sur un sujet qui me passionne et qui mérite effectivement réflexions et débats : « La diversité religieuse : une richesse et un défi pour l'Europe »

Que croyez-vous qu’il advint ? J'ai été (hier) récusé ! Comme licencié. Evacué. Balayé.Eliminé. Ah! le journalisme en temps de crise! Et la crise du journalime en temps de paix... Pas de panique: rien de tragique, juste un peu d'absurde. Et une rigolade: en journalisme depuis 1969, on ne m'a jamais fait un coup pareil... Ou alors je ne l'ai pas su.

medium_djtalvinz.jpg

Le débat se fera sans moi, ce qui n’a rien de grave ni pour moi ni pour le débat… Mais il se fera sans moi car la Ville a voulu « kärcheriser » ma présence pour des raisons politiques… C'est plus bête que méchant, mais c'est "signifiant" comme disent les fins lettrés.

Serait-ce parce que je suis intervenu, jeudi,  sur le "Phénomène Bayrou" au Club de la presse de Strasbourg? Un confrère le pense, mais je me refuse à ce type de procès d'intentions. Il y a une coïncidence dans le temps: pas forcément un rapport de cause à effet...

En tous cas,  je suis devenu, pour les Maîtres de la Ville, (qui reste aussi et d'abord la ville de tous ses citoyens) un horrible « centriste du Centre central », une "racaille" ou "un voyou" "centriste" (cela me change du temps où l'on me traitait de "gauchiste"!),  presque un dangereux « terroriste du bayrouisme », un ignoble « agent MoDemiste », bref un type infréquentable, un ennemi public.

Un homme à « liquider », à « dessouder », comme dit Sarkozy dans son style naturellement fleuri en parlant de Bayrou.

medium_Cible_7.4.jpg

Merci à celles et à ceux qui m'accordent une importance que je n'ai pas... C'est flatteur, en un sens. 

Je suis d’autant plus « redoutable » pour le Tandem au pouvoir dans la Ville que je ne demande rien, je n’attends rien et je n’ai pas d’ambition politique personnelle.

Bizarre en effet…

Même quand j’anime des débats, j’accepte ou je refuse, mais je ne demande rien et je ne sollicite personne…

Etrange, en effet…

J’ai même renoncé à des projets éditoriaux européens (Relatio) pour ne pas être tributaire de l’arbitraire politique de subventions publiques trop distribuées selon le « fait du prince »(ou de la princesse)  et non selon des critères d’intérêt général.

Un fou, vous dis-je….

Un fou de liberté et d'indépendance, oui !

La Ville m’a-t-elle téléphoné (ne serait-ce que par l’intermédiaire d’une secrétaire) pour me faire comprendre que dans le contexte actuel et vu mon engagement personnel au Modem et aux cotés de Chantal Cutajar, il serait « souhaitable » que je n’apparaisse point à la tribune (dans la salle des mariages de l'hotel de Ville, SVP) dans mon  rôle journalistique d’animateur de débats et d’interviewer professionnel (et bénévole)? Non, bien sûr. Franchise, transparence et courage ne sont pas des vertus très répandues dans certains cercles...

medium_grossmann.jpg
R.Grossmann: le tuteur en paroles de sarkozy devenu "inexortable", selon la formule (ingrate) du Président

Pourtant...Pascal Mangin (qui s’occupe, à la Ville, à la fois  des affaires européennes et du quartier de la Meinau, ce qui exige une belle gymnastique!) est l'un de mes amis depuis longtemps. Depuis un temps où la politique était encore pour lui un idéal (ce l'est peut-être encore, mais cela se voit moins...)

Je connais bien Robert Grossmann, depuis des décennies. Et j’apprécie bien des  facettes de sa personnalité, même si elles  ne suffisent pas à en  masquer  d’autres moins appréciables.(Personne n’est parfait).

medium_keller.jpgFabienne Keller:"Les udf qui sont passés à l'UMP n'étaient pas de vrais udf"(Bayrou)

J’ai des relations courtoises avec Mme Keller pour qui j’éprouve même parfois des sentiments de tendresse (mais oui!) ou  cette compréhension sympathique que peuvent inspirer ceux dont les ambitions paraissent se situer au-dessus de leur seuil de Peter, mais qui font des efforts, beaucoup d'efforts.

"L'erreur de Casting" de Daniel Hoeffel (c'est lui qui le dit), son père en politique, gagne à être connue: j'en suis sûr.Et son sourire (un peu à la Ségolène, en plus timide et plus enfantin) trahit un grand trouble intérieur."Celles et ceux qui ont quitté l'UDF n'étaient pas de vrais udf", disait François Bayrou (dont elle se dit l'amie) voilà plusieurs mois déjà...Elle se présente toujours comme "centriste"malgrè la "droite décomplexée". Mais c'est son affaire.

medium_europe_strasbourg.jpg

Qui plus est (je précise cela pour expliquer le contexte de cette historiette), je ne manque aucune occasion de mettre en relief les initiatives européennes et culturelles de la Ville que je trouve bonnes (il y en a !).

Et je respecte profondément, en général et en particulier, celles et ceux qui sont investis de fonctions importantes et de responsabilités écrasantes  par le suffrage universel."La démocratie est le plus mauvais des sytèmes à l'exception detous les autres",redirait Churchill.

Tout cette énumération devrait créer des liens de sympathie et de cordialité... Même si , par définition, elle implique des divergences, des dissensus et des confrontations d’opinions, la "politique"  a la même racine que  "politesse"…

Eh bien, non !

La Ville, ou plutôt ceux qui croient la dominer en voulant la  diriger, est intervenue auprès de responsables du Conseil de l’Europe pour leur demander de me faire savoir qu’  « en dépit de toutes mes qualités incontestables, reconnues et appréciées », il serait bon que « quelqu’un d’autre, plus spécialisé dans les affaires  religieuses », joue les médiateurs de ce débat.

Ben voyons.

« Passe moi le singe », comme on dit en bon management..."A d'autres les basses besognes!"

« Lâche et fier de l’être », comme on sait l'être souvent en « politichienneries »…(mot inspiré par le mépris qu'affichait à juste titre De Gaulle envers bien des"politichiens") 

« Hypocrisie décomplexée », comme on dit en ces moments de victoire euphorique  à l’UMP …même à Strasbourg où le score de Sarkozy a été si faible ("par réflexe anti-tandem", analyse un politologue local dont je respecte l'anonymat pour le protéger de toute représaille) 

Il est vrai que la Ville, à quelque niveau que ce soit, aurait éprouvé bien des difficultés à me faire avaler de fausses bonnes raisons en guise  de vraies mauvaises raisons pour expliquer leur souhait…Qui est une décision. Et une censure. Une censure d’autant plus stupide que je sais  ne pas mélanger les genres et ne pas mettre de la politicaillerie en tout et pour tout.

C’est fou comme certains esprits projettent chez les autres leurs propres turpitudes. C’est ce qui faisait dire à Paul Valéry : « Nos jugements nous jugent ». Et c’est ce qui incitait Blaise Pascal à parler des « pensées de derrière »(ce qui en bien des circonstances est une expression plus juste qu’arrière-pensée).

medium_conseil_de_l_europe_2.jpg

Il est sûr, d’ailleurs,  que le personnel du Conseil de l’Europe a un tact et un sens de la diplomatie que l’on ne rencontre guère dans les sphères « sarkozyennes » de Strasbourg. Il y a dans  l'impolitesse du tandem l’application d’un principe de précaution. Les "Maîtres"  confirment sur ce détail qu’ils savent faire faire aux autres ce qu’ils ont des difficultés à faire eux-mêmes pas... car ils savent que ce qu'ils ont décidé n'est pas très noble ou digne... 

Ici,à Strasbourg,  où certains voudraient que l’esprit des Hauts-de-Seine  souffle sur les bords du Rhin,  on sait ce qu’est « la méthode Sarkozy », la « Sarko-attitude » (le brio, le talent, et l’intelligence en moins),  « l’efficacité Sarko »(le vrai succès en moins)…Du « sarkozysme » aux  petits pieds, si l’on peut dire. Du « sarkozysme de village ». Du « sarkozysme  de bazar ».

medium_strasbourg_historique.jpg

On sait, ici, dans cette capitale européenne de la démocratie,  ce qu’est (ou n'est pas) le respect de l’opposition ou de celles et ceux qui en n’étant pas à fond POUR  vous sont forcément CONTRE vous.

« Nous sommes tout de même encore en démocratie ! », est obligée de revendiquer une candidate aux Législatives qui aurait dû avoir l’investiture UMP si l’esprit de famille n’était pas aussi fort chez ce « tandem » qui pédale dans l’autosatisfaction…Et déteste celles et ceux qui ont un caractère bien trempé et non lessivé. 

La crédibilité des "collaborateurs", des "alliés", des "gens" pour le « tandem », c’est d’abord la servilité : Pascal Jurdant-Pfeiffer, candidate UDF-MoDem dans la deuxième circonscription , en sait quelque chose.

medium_keller-Grosmannn.jpg
Le tandem de La république de Strasbourg:Un Roi, une Reine et une COUR

Elle avait osé critiquer Sarkozy avant le premier tour des Présidentielles, cette UDF de coeur qui refuse de jouer, par raison,  les sous-marins de l'UMP locale, comme tant d'autres "centreux" qui osent encore utiliser le sigle udf pour combattre les candidats udf-MoDem .A propos les taupes ralliées, il existe un sigle pour vous (provisoire, il est vrai): le PSLE! Usez-le. Pardon pour cette parenthèse et pour celle qui suivront. La liberté d'expression existe encore sur internet...

Robert Grossmann (qui a lancé le petit Nicolas dans la Cour des grands où lui-même n’a jamais été admis), a pris l’attaque de Jurdant-Pfeiffer pour lui (joli phénomène d’indentification !).Et il a aussitôt, sans prévenir l'intressée, bien sûr, transformé son blog personnel en espace de lapidation publique. Grossmann en évêque Cochon, comme si Pascale Jurdant -Pfeiffer était "Jeanne l'impure"... Encore un peu, et tout allait chauffer rue Brûlée... 

medium_jurdant.jpg
Pascale Jurdant-Pfeiffer: Lapidée sur le blog de Grossmann

Une ingrate, en effet,  cette "ambitieuse" qui "ne serait rien" sans le Tandem. Une Traitresse. Pourtant, il suffit de l'écouter dans ses réunions électorales pour voir à quel point Pascale ménage le"tandem" quand elle doit faire face à des remarques critiques...

Elle a même expliqué, aie-je lu je ne sais plus, que Fabienne Keller élue en tant qu' UDf était passée à l'UMP pour "défendre le TGV". C'est là de la Très Grande Virtuosité! 

Pauvre Pascale ! Elle n’a sans doute pas compris que travailler avec le « tandem », c’est se mettre aux ordres ou se faire insulter ! Le pluralisme? C'est celui d'un régiment qui marche au pas ou un mot qu'on affiche pour se donner bonne conscience et tromper les naïfs.  Là encore, le livre de La Boetie sur la "servitude volontaire" a valeur de Code de la route en politique politichienne... 

On sait aussi,ici, à « Neuilly-am-Rhein » , comme dit un humoriste qui n’a pas intérêt à se montrer à visage découvert du coté de la CUS,  ce que sont le clientélisme, la tolérance sélective, l’art et la manière d’exercer des pressions en tous genres à tout propos et à tout niveau, les mille et une façons de jouer de la carotte et du bâton avec une technique du chantage érigé en mode de « gouvernance ».Mais Kléber en a vu d'autres...

medium_kleber.jpg

Tout cela, en fait, mérite des développements plus longs et plus précis sur lesquels sans doute je reviendrai . Sans courir le risque d'un procès en diffamation.

Mais si je ne fais pas de la politique plus activement, c’est parce que je préfère me battre pour quelque chose que contre quelqu’un…J'arrête pour aujourd'hui.

J’en reviens donc à ma petite histoire que j’aurais tue si elle n’était pas révélatrice d’un état d’esprit et de pratiques exactement à l’opposé de ce préconise le MoDem.

Précision n°1 : Il est clair que je n’en veux en rien au Conseil de l’Europe. C’est d’ailleurs pour ne pas mettre ses agents dans l’embarras que je me suis retiré du débat programmé, en dépit de l’intérêt que je porte à ce sujet (que j’abordais dans   un livre co-écrit avec Driss Ajbali  « Ben Laden  n’est pas dans l’ascenseur »).

Le Conseil de l’Europe défend la liberté de la presse, d’informer, d’être informé. Il défend les droits de l’homme, la démocratie, la tolérance, donc les libertés, le pluralisme, le respect… Mais il est institutionnellement condamné à collaborer avec des forces qui ne donnent pas tout à fait à ces valeurs le sens qu’on serait en droit d’en  attendre. Le monde est ce qu'il est. Il faut toujours partir des réalités pour tenter de les changer...

medium_cathédrale.jpg

Non seulement je soutiens les combats du Conseil de l'Europe, mais j’inscris tous mes engagements d'éditorialiste et de citoyen sous sa bannière depuis bien longtemps. Je ne tiens surtout pas à  mettre ses agents dans l’embarras pour une péripétie…

Précision n°2 : Je n’en veux pas même au « Tandem » et à ses serviteurs zélés. Leur attitude n’est en rien vexatoire pour moi. Et elle n’est vexante que pour eux.

« Pourquoi tant de haine ? » redirait le « vrai » Sarkozy…

Je sais que mon indépendance d’esprit et l’honnêteté intellectuelle qui la sous-entend gênent le « Tandem » : Robert Grossmann me l’a dit, avec plus ou moins d’élégance, à plusieurs reprises.  

Je sais que le même « Tandem » est surtout très gêné (dieu sait sans doute  pourquoi) que je puisse depuis des années soutenir intellectuellement, amicalement et politiquement, Chantal CUTAJAR, candidate UDF-MoDem dans la première circonscription de Strasbourg, que le tandem tente de "démolir" et traite par le mépris depuis des années.Bel esprit de résistance, Chantal!

Pour cause : celle qui leur a servi de caution intellectuelle pendant la campagne des municipales  a osé défier l’ « autorité » de la « Reine » et du « Roi » de la République de Strasbourg en marquant ses désaccords de forme et de fond avec les méthodes de gouvernement du couple royal, nombre de décisions mal préparées  et surtout peut-être de l’ état d’esprit qui régnait (et règne toujours) à la Cour…

medium_cc_photo_art.jpg

Chantal Cutajar: Des qualités d'intelligence et de caractère qui font trop de lumière pour celles et ceux qui détestent qu'on leur fasse de l'ombre...

Ils l’ont virée, Chantal. En réussissant l’exploit (sarkozyen) de faire croire que c’est elle qui était entrée en « dissidence ». C’est cela d’abord une communication réussie : une bataille rhétorique gagnée avec des mots trahis…et une mauvaise foi masquée.

"Comment un homme comme toi peut-il supporter une femme telle que Cutajar?" m'a demandé un jour, en privé, mais sérieusement Robert Grossmann. Mais parce qu'elle est intelligente, courageuse, forte de vraies convictions, habitée par un vrai sens du service public et de l'intérêt général, nourrie non d'une ambition de pouvoir paraître mais de pouvoir faire, inspirée par des valeurs authentiquement humanistes.

Des qualités dangereuses en effet pour celles et ceux qui ont de l'action politique une conception plus carriériste qu'éthique, plus clanique que républicaine, plus partisane que démocratique.

medium_chantal.10.jpg

"Le tandem a fait une sacrée connerie en se fachant avec Chantal Cutajar. Je leur ai dit d'ailleurs", m'a dit un de mes anciens prof de Droit toujours en politique par "sens du devoir". C'est toujours une "connerie" de sous-estimer la force de convictions d'hommes et de femmes de qualité.

Mais dans puis contre (ou plutôt en dehors de) la sphère du Tandem, Chantal Cutajar, néophyte en politique, a beaucoup appris. Appris à subir des attaques injustes, des rumeurs indignes, des manoeuvres basses. Appris à éviter les peaux de bananes et à avaler des clous rouilles. Appris,surtout, à voir  ce qu'il ne faut pas faire quand on veut avoir une action politique conforme à ses propres idéaux, fusse-t-elle électoralement risquée. 

Le « tandem » strasbourgeois, a , entre autres défauts, l’énorme faiblesse de transformer tout désaccord de quelqu’un  en « affaire personnelle ». Toute critique en remise en cause. Et en « trahison ». Et les amis de leurs "ennemis" (ou vus comme tels, plutôt) sont leurs "ennemis."

C’est, paraît-il, un réflexe normal chez des individus mal à l’aise dans leurs fonctions (donc forcément paranos) qui rêvent d’être aimés… même quand ils ne se montrent guère aimables, sauf par intérêt.

Mais peut-être, un jour, organisera-t-on des "Entretiens"  sur un thème qu'il devient urgent d'aborder:  : « La diversité politique : une richesse et un défi pour Strasbourg».

Celui-là, je ne l’animerai pas : j’y participerai…

Daniel RIOT

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu