Avertir le modérateur

27/08/2008

Quelle stratégie en Afghanistan ?


PDF Imprimer Email

La paix à Kaboul passe par Islamabad

Par William PETITJEAN
Bernard Kouchner et Hervé Morin se sont expliqués aujourd'hui devant les commissions de la défense et des affaires étrangères de l'Assemblée nationale sur les circonstances de l'embuscade qui a coûté la vie à dix soldats français le 18 août en Afghanistan. C'est la moindre des choses. Un débat parlementaire se déroulera le 22 septembre et se terminera par un vote. Tant mieux. C'est l'un des rares « bénéfices » que procure la dernière réforme constitutionnelle. Espérons que d'ici là, de vraies réflexions seront menées sur le maintien ou non de la participation française à la coalition de 39 pays et, surtout, sur l'adoption d'une nouvelle stratégie, d'une nouvelle tactique, se nouvelles méthodes. Cela s'impose.
Tombes de civils tués par des  bombardements en Afghanistan...


18/07/2007

La France en Europe : Sarkozy ou le "très vite" ...

 La vraie « rupture » de Sarkozy: Le rapport au temps

EDITORIAL RELATIO par Daniel RIOT

Il n’a pas enfourché de vélo, mais il a fait « son » Galibier ! Dur, dur, de suivre les pas de Nicolas Sarkozy, aussi hyperactif qu’omni présent. Superman à l’Elysée : A vous couper le souffle ! Mais à quoi « marche-t-il », docteur, pour courir aussi vite et (déjà) aussi longtemps, sans ces pauses que … même le Créateur s’imposait le septième jour?

6b3b94551a54ce86884aa7fae0391310.jpg

Les vertus aphrodisiaques du pouvoir conquis avec brio, les dopages de la convoitise satisfaite, de l’ambition couronnée et de la concupiscence jamais assouvie n’expliquent pas toute cette énergie folle, dépensée et dispersée… Le jus d’orange non plus.  Même pour un modeste observateur curieux de tout et soucieux de comprendre (un peu) ce qui se passe dans ce « beau et grand pays », cet « homme pressé » finit par oppresser. Le « style Sarko » reste d’abord un « mystère Sarko ».  

e4c46e18a552806253124213431229c5.jpg

En plus, il est bon, le bougre ! Génial, à sa façon. Génial, non comme le cheval qui écoeura Musil du journalisme, mais comme ces êtres qui répondent, dans leurs champs d’action,  à la définition de Paul Valéry : « le génie est une habitude que prennent certains ».

Avec cet art du politique, joueur d’échecs en pleine réussite,  qui sait toujours avoir un « coup d’avance ». Avec cette intuition du chasseur, jamais à court ni de munitions et ni  d’inspiration,  qui réussit à atteindre ce qu’il vise même quand sa cible paraît hors de portée.   Avec ce magnétisme envoûtant du prestidigitateur  fascinant qui finit non par surprendre, mais par prendre. Avec ce charisme si peu définissable …

7a14ff8bdbfa6353fa6d5bb1ad0532bb.jpg

Cette « bête de scène » excelle dans tous ses jeux de rôles (y compris dans celui de la sincérité travaillée, de la spontanéité calculée et de l’improvisation préparée a su, comme quelques prédicateurs américains, adapter les recettes classiques des « meneurs d’hommes », des « guides des foules » aux impératifs cathodiques des « enfants de la télé »…

Pour couronner le tout, il a toutes les vertus dont la France avait besoin pour sortir du chloroforme chiraco-jospiniste : le « ronfleur du G8 » nous faisait perdre du temps à force de chercher à donner du temps au temps, en oubliant que le temps pourrit autant qu’il guérit tout. Lui, avec ses piles  d’un « lapin Duracel » atomique,  lutte contre le   temps en défiant Chronos.

1001c6baf5e935e604c0b3231ef70526.jpg

Le rapport au temps, voilà la vraie rupture : l’instant qui vient compte plus que celui qui passe.

Dans cette ère de crise généralisée de notre rapport au temps, « Sarko- le- pressé » arrive à point, en mode, pile poil dans « l’air du temps » : instantanéité érigée en déesse, impatience généralisée, difficultés de concilier les temps politiques, médiatiques, judicaires …Plus de promenade, des « joogings ». Plus de voyage : des déplacements. Plus de réflexions : des réflexes. L’édité prime le médité.

A la tête de l’Etat, cela n’a pas que des avantages. Vieux dilemme  de la vitesse et de la précipitation. Les lois ? Passage en force. Tant pis si le temps n’est pas pris pour bien les préparer, les étudier, évaluer toutes leurs conséquences. Les initiatives diplomatiques : audacieuses, et courageuses même, mais que de fois, déjà, en deux mois, n’a-t-on pas mis en avant l’excuse de la rapidité si cultivée et de l’efficacité si célébrée pour se laver de quelques pêchés et maladresses…

4fc62c4fe7dbdc8008a27031ee96054a.jpg

« Tout s’est fait si vite ! », a soupiré la secrétaire d'Etat  aux affaires étrangères et aux droits de l'homme, Rama Yade,  comme pour expliquer qu’elle n’a pas pu rencontrer les associations tunisiennes des doits de l’homme quand elle accompagnait Sarkozy à Tunis.

8c45fd78a0627d276dc301f1ee7024b1.jpg

« Tout s’est fait très vite », ont expliqué nos diplomates pour calmer l’agacement des Allemands pris de court  lors d'une rencontre des ministres des affaires étrangères des Etats membres méditerranéens de l'Union européenne à Portoroz en Slovénie, le 6 juillet. Sans avoir consulté Berlin, Bernard Kouchner, a présenté une lettre visant à remettre des recommandations, au nom des Etats méditerranéens, à l'ex-premier ministre britannique Tony Blair pour sa nouvelle mission de paix au Proche-Orient.

5f7487ae37ca6cac298cacd5c2f4de5f.jpg

Il n’avait pas eu le temps non plus de prévenir Javier Solana qui, en dépit des honneurs  dont il a fait l’objet lors du 14 juillet à Paris est plus que contrarié par la diplomatie du « cavalier seul » français. Il l’a dit en termes polis dans une ITW à La Croix : « Si nous voulons être utiles, il y a des mécanismes plus efficaces que des lettres ouvertes pour faire avancer la politique étrangère de l’Union européenne »

0dd32d67f30ae39f2069e383b031e9a0.jpg

« Tout s’est très vite », a-t-on fait savoir pour expliquer aux négociateurs de l’Union européenne  qu’ « on » n’avait pas eu le temps de les prévenir de la mission de Cécilia à Tripoli. Comme d’ailleurs, en pleins G 8, le président n’avait pas eu le temps de prévenir ses partenaires européens qu’il proposerait unilatéralement un délai de six mois avant de se prononcer sur le statut futur de la province sécessionniste serbe du Kosovo, un dossier actuellement en pleine négociation à l'Onu…

« Très vite », cela peut encore aller : Le Super- Président est encore dans une période probatoire (pardon « d’état de grâce »). Mais attention : le « trop vite » serait  plus difficile à rectifier… Ah ! ce temps ! On a beau travailler plus, on n’en gagne pas davantage…

Daniel RIOT

10/07/2007

Palestine: Kouchner entraine neuf ministres de l'Union dans un devoir d'ingérence militaire

COMMENTAIRE RELATIO: Devoir d'ingérence? oui. Avec une finalité humanitaire, mais avec des modalité militaires. Qu'en pensent Sarkozy et les autres membres du Conseil européen?  C'est une idée qui pour l'heure est lancée, non un projet qui est formulé. D'ailleurs, Javier Solana, le Monsiuer "affaires étrangères " de l'Union,  ne figure pas dans la liste des sugnataires de la Lettre adressée à Blair, bombardé médiateur au proche-Orient...

A suivre, donc. A analyser, surtout. Et à jauger en imaginant toutes les conséquences possibles que pourrait avoir une  "force internationale robuste" s'appuyant "sur un accord inter-palestiniens"...

Une question surgit très spontanément: Kouchner a-t-il "taté le terrain" à Jérusalme avant de prendre son initiative audacieuse et courageuse, mais périlleuse... Un débat complexe est ouvert.

Dix ministres européens des affaires étrangères ont adressé une lettre ouverte à Tony Blair sur le conflit au Proche-Orient pour exposer leurs propositions et exprimer leur soutien (Reuters)

Dix ministres européens des affaires étrangères ont adressé une lettre ouverte à Tony Blair sur le conflit au Proche-Orient pour exposer leurs propositions et exprimer leur soutien (Reuters)

LES FAITS: (repris sur le nouvelObs.com)Dix ministres des Affaires étrangères des pays méditerranéens de l'Union européenne ont proposé de créer une "force internationale robuste" dans les territoires palestiniens, selon une lettre ouverte à Tony Blair rendue publique lundi 9 juillet par le ministère slovène des affaires étrangères, Dimitrij Rupel. L'ancien chef du gouvernement britannique, émissaire du Quartette, a en effet dorénavant la mission de trouver une issue au conflit entre Israël et la Palestine.
Ils ajoutent que "les risques bien sûr sont élevés, mais cette force peut être viable et sûre si nous respectons deux conditions: qu'elle accompagne un plan de paix sans s'y substituer et qu'elle s'appuie sur un accord inter-palestiniens".

"Gel de la colonisation"

L'initiative a été lancée par le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner au cours d'une réunion informelle la semaine dernière, à Koper en Slovénie, des ministres des affaires étrangères des pays européens du bassin méditerranéen.

Les ministres de Slovénie, France, Espagne, Portugal, Chypre, Bulgarie, Roumanie, Italie, Grèce et Malte souhaitent aussi "obtenir d'Israël des mesures concrètes et immédiates en faveur de Mahmoud Abbas", le président palestinien.

13de23faccef9587d9b4d43168d80ad0.jpgIls suggèrent notamment que Jérusalem autorise "le transfert de la totalité des taxes dues, la libération des milliers de prisonniers qui n'ont pas de sang sur les mains" ainsi que la "libération des principaux leaders palestiniens pour assurer la relève au sein du Fatah, le gel de la colonisation et l'évacuation des implantations sauvages".

"Rouvrir la frontière entre Gaza et l'Egypte"

"Aucune de ces mesures ne peut être contestée pour des raisons de sécurité", estiment également les ministres européens dans leur lettre à l'ancien Premier ministre britannique.
Enfin, ils notent qu'il faut éviter de "pousser le Hamas à la surenchère".
Cela "implique de rouvrir la frontière entre Gaza et l'Egypte, de faciliter le passage entre Gaza et Israël, et d'encourager l'Arabie Saoudite et l'Egypte, comme le président (égyptien Hosni) Moubarak l'a proposé, à rétablir le dialogue entre le Hamas et le Fatah".
En conclusion, les dix ministres soulignent aussi "l'importance de réunir sans plus tarder une conférence internationale comprenant toutes les parties au conflit".
RAPPEL:Le Quartette rassemble les Etats-Unis, l'Union Européenne, la Russie et l'ONU. Il doit se réunir mardi à Londres. Une seconde rencontre est prévue à la mi-juillet en Egypte, pour définir en détail les objectifs de la mission de Tony Blair au Proche-Orient.

25/06/2007

DARFOUR: UN DEFI (aussi) ¨POUR L'EUROPE

SOS Darfour ! Un devoir d’ingérence… Avec des responsabilités européennes à assumer pleinement et rapidement.

Editorial RELATIO par DANIEL RIOT:Enfin ! Voilà des années que les organisations humanitaires et le Parlement européen  tiraient la sonnette d’alarme. En France, François Bayrou a été le premier responsable politique à se rendre sur place et demander en vain (ou presque) une action européenne vigoureuse.

medium_Darfour-guerre.jpg

Mais la « loi du tapage médiatique » chère à Kouchner (qui avait lancé un appel trop peu entendu) voyait ses effets limités par « la loi de la distance »…et celle « des émotions collectives sélectives ». Bernard-Henri Lévy a mis ses talents et a prêté sa voix à celles et à ceux qui essayaient de trouer le mur d’indifférence. Merci à lui, même si ses analyses sont discutées par d’autres spécialistes de ces « trous de la mort » qui percent la planète Et Sarkozy ce matin a su trouver les mots qui s’imposaient.

Il ne s’agit évidemment pas d’une « conférence de paix » (les deux protagonistes principaux n’ont pas été invités), mais d’une réunion exploratoire. Les résultats de cette réunion ne devront pas être jugés par les bonnes intentions qui vont être affichées, mais sur le terrain. Où, il faudra en priorité venir au secours des populations victimes d’un conflit qui les dépasse et vérifier que des puissances (la Chine et la Russie, notamment) et les abonnés aux trafics d’armes, ces semeurs de terreur si mal pourchassés… 

medium_darfour3.jpg

« Le silence tue » au Darfour, a déclaré Nicolas Sarkozy, invitant la communauté internationale à agir rapidement pour aider cette région de l'ouest du Soudan limitrophe du Tchad où « des gens souffrent ».

« Nous voulons mobiliser la communauté internationale pour dire 'ça suffit, on n'est au XXIe siècle pour regarder ces images », a dit le président français aux participants à une conférence internationale consacrée au Darfour réunis autour de lui à l'Elysée.

« Des êtres humains meurent par dizaines de milliers dans cet endroit du monde. Nous ne pouvons pas laisser la situation en l'état", a-t-il souligné, invitant à "agir vite, parce que cela fait des années (...) que les gens souffrent ».(…) « Cette réunion du groupe de contact élargi sur le Darfour, c'est un message clair : en tant qu'êtres humains et en tant que responsables politiques, nous avons le devoir de régler la crise au Darfour", a exhorté Nicolas Sarkozy.

« IL FAUDRA ÊTRE FERME »

Le chef de l'Etat français a invité à être ferme envers les belligérants dans ce conflit qui a fait 200.000 morts et plus de deux millions de déplacés depuis 2003. « Je crois que la fermeté de la communauté internationale, c'est la seule façon d'amener tout le monde à la discussion », a-t-il dit « Le Soudan doit savoir que s'il coopère, nous l'aiderons puissamment, et s'il refuse de coopérer, il faudra être ferme »

medium_darfour-soudan-tchad.jpg

On le sait : Le conflit au Darfour, région semi désertique difficile d'accès, oppose des groupes rebelles à des milices arabes appuyées militairement par le gouvernement soudanais.

Nicolas Sarkozy a qualifié d'"évolution encourageante" le feu vert donné le 12 juin par Khartoum à une force "hybride" Onu-Union africaine d'environ 20.000 hommes décidée il y a plus de dix mois par le Conseil de sécurité des Nations unies. Tout temps perdu  est un temps qui tue ! Et la volonté politique qu’exigerait la situation ne suffit pas même à assurer l’intendance minimale…

medium_darfour_9.jpg

Ainsi, les soldats de la Mission d'observation du cessez-le-feu de l'Union africaine actuellement sur le terrain au Darfour avec le soutien, de l'Union européenne, n'ont pas été payés depuis plusieurs mois. La France « est prête y contribuer à hauteur de dix millions d'euros » pour remédier à cette situation, a annoncé Nicolas Sarkozy en réaffirmant avec raison que « rien ne peut se faire au Darfour sans les Africains» : « Le message à nos amis africains c'est bien celui-ci : nous voulons les aider, rien d'autre ».

EURAFRIQUE ET EUROMEDITERRANEE

Nous sommes là dans un de ces domaines où la communication ne peut en aucun cas masquer l’inaction ou l’action politique concrète insuffisante. Nous sommes aussi dans une région de la planète où toute action sur le terrain est difficile et périlleuse. Même l’idée, simple dans son énoncé, d’un « couloir sanitaire » n’est pas évidente à concrétiser.

Quoi qu’il en soit, cette réunion de Paris vaut d’être saluée. Diplomatiquement, il est important que la France s’affirme dans un rôle de médiation. C’est important vis-à-vis des pays africains, surtout si cet événement s’inscrit dans une rupture (urgente) avec la « Françafrique » et ses pratiques déplorables ou plutôt scandaleuses.

C’est important aussi face aux Etats-Unis qui ont des tentations africaines qui n’annoncent pas forcément le meilleur et face à la Chine qui est sans doute la puissance qui traduit le plus en actes l’importance stratégique et le potentiel économique de l’Afrique. C’est positif pour tous ceux qui ont une vision multipolaire de cet « ordre mondial » qui ne mérité pas son nom…

medium_jeunes_priorité.2.jpg

« Pompidou, n’oubliez pas l’Afrique », avait lancé de Gaulle…L’Afrique a été trop oubliée ou plus exactement trop exploitée et trop instrumentalisée. L’Afrique (dont on avait bien pris en compte les intérêts au début du Marché commun) doit redevenir, sans desseins néo-colonialistes, une priorité de l’Union européenne. Le darfour est une épreuve de vérité (aussi) pour l'Europe.

Sur tous les plans. Euroméditerranée et Eurafrique sont des néologismes qui doivent prendre sens et substance dans des partenariats plus riches que ceux qui ne sont pour l’heure qu’amorcés. Les promesses de Barcelone ne sont pas tenues. Les   accords ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique) doivent être vivifiés.

Voila de beaux chantiers à conduire à 27 ou…à moins. Qui parlait d’Europe « concrète » ? Ce ne sont pas les ambitions qui manquent mais les moyens et la volonté de les satisfaire. L’urgence est pourtant évidente. Depuis longtemps…

« La coupure Nord-Sud est plus chargée de périls que la cassure Est-Ouest », constataient en pleine guerre froide ( qui menaçait de devenir brûlante Kennedy et Brandt,entre autres). Ils n’ont pas été assez écoutés. Comme de Gaulle…

Daniel RIOT   

*Participent à la réunion sur le Darfour, outre la France, les pays suivants : Afrique du Sud, Allemagne, Belgique, Canada, Chine - principal allié de Khartoum dans cette crise -, Danemark, Egypte, Espagne, Etats-Unis, Italie, Japon, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Russie et Suède.

medium_darfour_bandeau.jpg

*En vidéo sur nouvelOs.com >>>>>>

Les blogtrotters au Tchad. Réfugiés et déplacés

  Les réfugiés de Bahaï

  Azedine ou la génération perdue du Darfour

  Planche-contact. Regards sur le Darfour

LIENS UTILES

Carte du Soudan

La conférence sur le site de l'Elysée

La crise humanitaire du Darfour sur le site du département d'Etat américain

Le dossier de l'ONU sur le Darfour

Un débat sur la politique étrangère commune de l'Union Européenne sur le Darfour

Le blog de Solidarités au Darfour

Présentation de l'Union africaine

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu