Avertir le modérateur

27/04/2008

LIVRES: Europe et journalisme...

"L'Europe, cette emmerdeuse": En attendant le 9 mai...

En attendant la publication, le "jour de l"Europe", de "L'Europe, cette emmerdeuse" , Sandrine Kauffer,  explique comment et pourquoi ce livre a été écrit à quatre mains. Histoire d'une rencontre et d'un constat commun: L'Europe "souffre d'un déficit de pédagogie". RAPPEL: ce livre sera présenté le 9 mai à 19 heures à  la Librairie KLEBER, à Strasbourg.
 
0b942d9bc02dbdfbc05e63b84b5450ae.png
 

Sandrine Kauffer :« L’Europe est d’abord en panne de pédagogie »

 

- Comment est né ce projet ?

 
-La vie professionnelle est faite de rencontres, et ce projet est le fruit d’un concours de circonstance. Le hasard fait parfois bien les choses.

Lors de la campagne sur le référendum européen, à Strasbourg, la communication a pris l’ascendant sur l’information. L’explication de la Constitution devenait inaudible. Avec Daniel, nous en avions discuté. Notre diagnostic était formel, le malaise bien réel. L’Europe est en panne de pédagogie. « Elle souffre plus d’un déficit pédagogique que démocratique » se plait à dire Daniel. L’Europe ne fait pas rêver. Et c’est dommage !

Nous avons eu des conversations passionnantes servies par une disponibilité circonstancielle. Et une idée est devenue projet. Un projet qui s’est vite s’emballé. Naturellement. Et puis, j’ai découvert Daniel Riot, sous un autre jour. Derrière ses coups de gueule, ses crises d’impatience, son allergie à ce qu’il appelle l’eurokonnerie » ou ses éditos vifs et pertinents sur le fond mais souvent impertinents dans la forme, il est pudique, réfléchi et réservé. Mais qui connaît vraiment Daniel Riot ?

 

- Justement qui est-il, Daniel Riot?

-Comme chacun d’entre nous, il a son jardin secret, mais si vous voulez savoir ce qui le touche vraiment, où se situe sa corde sensible, lisez… le livre. Il se dévoile enfin.

« L’Europe cette Emmerdeuse » est une sélection des meilleurs moments, personnels, professionnels, journalistiques, philosophiques de sa vie. C’est comme de feuilleter un album photos. Y mettre des noms, des mots, parfois des maux. Lire ce livre, c’est aussi picorer dans une bibliothèque, la sienne : Daniel est un grand lecteur. Il est imprégné de Paul Valéry, de Victor Hugo et de bien d’autres. S’y arrêter pour réfléchir à quelques citations toujours faites avec pertinence. Ou pour plonger dans d’autres lectures. Enfin et surtout peut-être cet ouvrage est un outil pour voir ce qu’il y a au-delà des apparences.

. -Un journaliste  parmi  d'autres, non?

 Daniel RIOT est entré en journalisme comme d’autres entrent en religion. Cela n’a rien d’un cliché. Mais avec le culte de l’indépendance et de la liberté. Et avec un respect des gens et des faits qui n’est pas très courant…Et il aime l’Europe comme il aime la vie. Son message européen n’a rien de technique, de théorique. Il aime l’Europe avec le cœur et la raison. Parce qu’il pense à ce que l’on oublie trop : la paix n’est jamais définitivement acquise. Parce que l’Europe, pour lui, est d’abord un bouclier des droits de l’Homme et un levier de l’’approfondissement de la démocratie. Il n’est pas un euro-lâtre, un euro-béat. Il est critique envers la construction européenne telle qu’elle se fait et surtout telle qu’elle ne se fait pas…Et il la considère d’abord comme une aventure culturelle. Ce qu’elle n’est pas assez.

Ce qui m’a le plus surpris chez lui, c’est certainement son indiscutable capacité de travail. Qualité, quantité, réactivité, productivité, rapidité. Il n’y a pas de limite. A tout heure du jour et de la nuit. C’est impressionnant.

 

c47c7a50d686a4feb17cb1ba04b70a2b.jpg

 

Comment s’est passé l’interview ? Et dans quelle ambiance de travail ?

 

Il ne s’agit pas d’une interview, mais d’une conversation. D’une série de conversations. Je participe à raviver la mémoire des pages oubliées, ramener à la conscience des émotions égarées, des sentiments perdus. Quelle satisfaction d’observer des instants de silence et de concentration parce qu’il vient d’avoir un flash-back. Des moments privilégiés. Des heures d’entretien, puis inévitablement la garde se baisse et la parole se libère, elle ne cherche plus à retenir ses souvenirs, à cacher ses pudeurs…

Daniel Riot n’avait évidemment besoin de personne pour mener à bien un livre document. Il est aussi un grand technicien des entretiens. Combien en a-t-il mené ? Il est incapable de le dire et il a eu tort de ne pas tout archiver… En fait, il a passé sa vie à « interviewer », non en « poseur de micro », non en voyeur, mais en écouteur, j’allais dire en confesseur… en vrai « dialogueur ». Cette fois, c’était moi l’oreille. Et mes remarques, mes interrogations ont contribué à faire rejaillir à la surface des souvenirs enfouis, des troubles refoulés, des réflexions oubliées.

Je lui ai proposé cette formule de livre entretien, parce que je sentais qu’il avait, en dépit des apparences, une humilité, une pudeur qu’il ne devrait pas avoir face à sa vie, ses expériences, ses réflexions…Il a accepté parce que, sur l’Europe plus que sur tout autre sujet, il faut sortir des sentiers battus, des discours et des démonstrations préconçus. Le dialogue insuffle un rythme, une légèreté à la narration, une dimension humaine et sensible au message européen de Daniel. La complicité d’une collaboration a l’avantage de permettre un recul, une distance face à soi-même et aux choses. Un « limage de cervelles », comme il se plait à dire en citant Montaigne a des avantages évidents. Y compris pour le lecteur, j’espère.

 

- Comment pensez-vous que les femmes vont réagir à la découverte du titre, de la couverture et à sa lecture ?

 

123170d0dbd616abfd3554f0648fe727.jpg

Mais, parfaitement bien. Pourquoi, cette question ?

 

Il s’agit en quelque sorte, d’une histoire d’amour entre l’Europe personnalisée - et personnaliste- et un journaliste passionné, mais frustré. Frustré parce qu’Il voudrait la voir s’épanouir, la faire grandir. C’est sa quête. Y est-il parvenu ? Qu’importe, il continue.

« L’Europe est une femme. Mystérieuse. Enigmatique. Érotique, mais pas spécialement sympathique. Attirante, mais distante…Imposant la distance. Nue, mais habillée de pudeur. », dit-il. Elle aurait tout pour plaire, elle semble parfaite et pourtant …D’où  La Magie Noire de Magritte en couverture..

 

L’Europe est une femme dont le point G est à Strasbourg, dit-il aussi. Inutile de chercher à nier son envie constante de provoquer. « Il est comme moi un sabreur de mouches », a dit de lui Tomi Ungerer. Mais ses coups de griffes, son ironie acide, ses « rioteries » poivrées sont des moyens d’interpeller, de capter le lecteur, l’auditeur ou le spectateur. Ce livre est surtout un outil, un support, un stimulateur de réflexions. Une volonté de faire réagir de manière constructive.

 

f72414f17d8cf3110b1d65e950fb86f5.jpg

 

Et maintenant quels sont vos projets?

 

Ma collaboration avec Daniel se prolonge. Ce livre est une étincelle, la vitrine d’un projet européen plus engagé dans la durée. Cet ouvrage est aussi une force de propositions. Daniel Riot se donne les moyens de porter ses projets d’action. Il crée à Strasbourg une SARL de presse, d’éditions et de productions, qui nous permet de transformer son euroblog en vrai journal en ligne. D’ailleurs, la lecture du livre se prolonge sur RELATIO, le cyberjournal européen (www.relatio-europe.eu)

 
Ce livre est indirectement comme une introduction à de nouveaux débats, à de nouvelles manières de traiter les « affaires européennes »… Il est une invitation à rejoindre LE CERCLE  RELATIO. Une association dont la mission est de
contribuer au renforcement de l’Europe DE et A Strasbourg, donc des valeurs, de l’humanisme, du respect du principe d’Humanité. Les débats engagés par ce livre ont déjà commencé et vont se poursuivre sur RELATIO : l’Europe citoyenne dépend d’abord des …citoyens.

Sur un plan personnel, j’ai accepté d’animer avec lui la rédaction de RELATIO. C’est une aventure très prenante, passionnante, et intellectuellement enrichissante. Avec une forme de journalisme qui est, en fait, à ré-inventer. Vous avez vu, dans « l’Emmerdeuse », la place consacrée au journalisme, à la presse, aux médias… Ce livre ne porte pas que sur l’Europe : il est aussi un essai sur les crises de nos sociétés déboussolées par des évolutions mal maîtrisées. Comme RELATIO est un eurojournal en ligne préoccupé par tout ce qui concerne la citoyenneté.

Ce faisant, je maintiens mon activité de consultante en communication politique, en ayant toujours un ou deux livres sous le coude. Avec et sans Daniel »

(Entretien City presse)

 

17/04/2008

Livres: Guérir la France de son mal à l'Europe

Le 9 mai à STRASBOURG....

 « L’Europe cette emmerdeuse » présentée le jour même de sa parution à la Librairie Kléber (le 9 mai, à 18 heures). Le débat sera  animé par Dominique Jung (rédacteur en chef des DNA)

Avant-première RELATIO : La couverture définitive

 

bcc48708e3dc7d59869570a347991ee0.jpg

 

Ce livre sortira comme nous l’avions annoncé le 9 mai, le « Jour de l’Europe ». Une journée qui sera marquée aussi par la nouvelle formule de RELATIO. Une formule dont nous reparlerons et qui a été affinée, hier soir, lors de la création du Cercle RELATIO, cette « société des lecteurs et des contributeurs de RELATIO » qui va œuvrer pour la Défense et illustration de l’Europe des valeurs, du droit et de la démocratie donc pour l’Europe DE Strasbourg. Daniel RIOT et Sandrine KAUFFER présenteront ce livre préfacé par André GLUCKSMANN  et Bernard-Henri LEVY le jour même de sa parution, donc le 9 mai, à  18 heures à la Librairie Kléber de Strasbourg lors d’une rencontre qui sera animée par Dominique JUNG, rédacteur en Chef des DNA.

L’Europe cette emmerdeuse, City Editions. ( Hachette Livres distribution ISBN-10: 2352881544-ISBN-13: 978 2352881544)

09/04/2008

En librairie en mai: L'Europe, le journalisme et moi, par Daniel RIOT

"L'Europe cette Emmerdeuse": Une préface signée André Glucksmann

C'est André Glucksmann qui nous fait l'honneur et le bonheur d'écrire la préface de "L'Europe cette Emmerdeuse" qui sera en librairie en mai. En avant-première sur RELATIO, le début de cette préface... 

 

aedbd5b75302ddb21792caa96d2b3b58.jpg

 "L’Europe existe-t-elle?  Il faut pour tenter de s’en convaincre entrer dans ce livre et goûter la passion à feu continu qui le soutient. Passion aucunement aveugle, en bon lecteur de Descartes, Daniel Riot ne s’épargne guère les raisons de douter. Quelle réalité fixer, en effet, à notre vieux continent ? Ses  frontières géographiques sont mouvantes et litigieuses. Ses limites culturelles nous dépassent.

Qui oserait soutenir que la Russie de Pouchkine, Dostoïevski , Tchékhov, Chostakovitch et Stanislavski ne soit pas culturellement européenne ?  L’est- elle pour autant politiquement ? Quant aux valeurs intrinsèques et innées qui cuirassent la fatuité de l’Union Européenne, n’exagérons rien, n’oublions pas que les hauts lieux de l’esprit, Paris, Berlin, Rome, Madrid furent au siècle dernier les écoles des guerres totales et des révolutions totalitaires. Puis des écoles d’indifférence aux malheurs des autres… comme des leurs.

 

Qu’est-ce qui unit positivement l’ « Emmerdeuse » ? L’auteur ici s’acharne à dresser l’inventaire mental d’une histoire qui engendra la seule civilisation planétaire que nous connaissions, celle pourtant qu’une moitié d’entre nous rejette sous l’espèce d’une « mondialisation » déracinée et aliénante."(...)

LA PRESENTATION DE "L'Europe cette Emmerdeuse" 

Lire la suite

02/04/2008

LIVRES: Bientôt en librairie, "l'Europe cette emmerdeuse"

L'Europe, cette emmerdeuse: L'Europe, le journalisme et moi

e215cc00086f1f1d55b73aa6df754810.jpg

En mémoire de demain…
 

"L’Europe est une emmerdeuse !"… C’est l’un des cris de Daniel Riot  qui a consacré (et consacre) l’essentiel de son activité personnelle et professionnelle à la "construction européenne" qu’il suit de près depuis 1969. 

C’est parce que l’Europe est une "emmerdeuse" qu’elle est si mal traitée et autant méprisée dans notre paysage médiatique malade de "l’info-spectacle" déjà dénoncée par Guy Debord[1], de la "montée de l’insignifiance" si bien décryptée par Castoriadis[2] et de cet "escargotisme" que Tomi Ungerer voyait en Alsace mais qui est une spécialité bien française… 

L’Europe est une "emmerdeuse" parce qu’elle cristallise tous les maux visibles et souterrains qui frappent nos sociétés éclatées et déboussolées après six décennies de paix, ou du moins de "non guerre", et une "Histoire qui  va trop vite"[3] 

"Qu’est-ce que l’on fait quand on ne fait pas la guerre ?" La question du polémologue Gaston Bouthoul dans les années 50 reste l’interrogation centrale de ce début de XXI ième siècle marqué par un grand trouble existentiel, une "défaite de la pensée" et une montée des périls d’un nouveau type à l’intérieur et à l’extérieur…. Itinéraire et confidences d’un "instituteur des temps modernes" entré en journalisme comme d’autres en religion. "Profession : Passeur d’idées et de témoins". 

 

Doctorante en Sciences Po, spécialisée en communication politique, rédactrice en chef de RELATIO, Sandrine Kauffer appartient à une génération frappée par la difficulté de donner à cette Europe toujours en miettes l’image et l’existence, la forme et la consistance, l’unité et l’influence susceptibles de générer l’adhésion citoyenne qui lui fait tellement défaut. 

"On ne tombe pas amoureux d’un marché", disait Delors. Sandrine et la première "Génération Europe", n’ont pas, face aux lenteurs de l’unification européenne, la patience résignée de leurs aînés… "Désirs d’actions dans une nouvelle dimension"

L’une interroge, l’autre répond : L’Emmerdeuse est  un livre à deux voix et à quatre mains, écrit par des "Européens d’origine française" différents par le sexe, l’âge, la formation. Par des  "êtres de chair, d’os et d’esprit" qui "parlent d’Europe" sans la langue des querelles institutionnelles, sans le brouillage de l’eurojargon bureaucratique, l’opacité des controverses eurocratiques, le brouillard des faux procès idéologiques ou la pollution des réflexes passéistes. "L’Europe est une femme", lance Daniel Riot. "Une femme dont le point G est à Strasbourg".

 

Au moment où la France va assumer la Présidence de l’Union européenne, où un traité dit "simplifié" mais très compliqué va être ratifié, où le président Sarkozy lance une "Union méditerranéenne" et une réflexion de "Sages" sur le "futur européen" dans un contexte mondial qui suscite plus de peurs que d’espérance, cet ouvrage de témoignages, de réflexions et d’explications est d’abord un cri d’alarme :"Ce que l’Histoire a fait, l’histoire peut le défaire. L’Union est menacée d’implosion. L’intégration européenne risque la désintégration".

 

Mais ce livre est aussi un guide, vitaminé, à l’usage des citoyens (et des décideurs) qui savent que l’inachèvement actuel de cette « construction » laborieuse doit être replacé dans une perspective historique pour être compris et mis  en prospective  si l’on veut que "le futur ait un avenir"

"L’Europe n’est pas un Objet politiquement non identifiée (OPNI), selon la formule pourtant très pertinente de Jacques Delors : elle est un OPI, un objet politique inédit". C’est sa faiblesse : les citoyens manquent de repères. Ce doit être sa force  si l’on sait, selon la boutade de Tomi Ungerer, "donner une destination au destin"…

"Emmerdeuse", l’Europe est, aussi, vertueuse… Elle peut et doit nous aider à surmonter d’autres crises : celles du politique,  de la démocratie, des troubles identitaires, du "Vivre ensemble", de la poussée de "l’individualisme de masse", des conflits de civilisation, de la foi dans le progrès, du totalitarisme technologique, du chocs des inégalités, de "l’hyperterrorisme", et de ce fascisme rampant qui reste prégnant sous des formes diverses, ne serait-ce que parce que Hitler, selon le constat de Pierre Legendre[4], "a été vaincu par les armes et non par les arguments"

L’Europe ? "Un levier d’Archimède", comme disait de Gaulle, pour nous aider à relever les défis de ce siècle dont le début n’a rien d’une "Belle époque"… Et pour sauver la Personne humaine plus menacée que jamais peut-être par les poussées d’inhumanité et les tentations nihilistes.

 



[1] La Société du spectacle (Buchet-chastel,1967 ; Champ libre, 1971 ; Gallimard, 1992)

[2] La Montée de l'insignifiance (Les carrefours du labyrinthe IV) – Seuil 1996 (Points Poche, 2007)

[3] Mitterrand après la Chute du mur de Berlin.

[4] La fabrique de l'homme occidental, Mille et une nuits, 1996.

PUBLICATION MI-MAI (City editions, diffusion Hachette Livres)

12/01/2008

L' EUROPE sur le NET: Sandrine Kauffer Rédactrice en chef de RELATIO

Le webzine sur l'Europe De Strasbourg renforce sa rédaction


34cfc09e9de9024bacb8f044af3b089e.jpg

Jean-Marie Steinlein, Directeur du développent

Caroll de Maistre-Riot, Directrice littéraire

 
Webnews et webzine de l’Europe DE Strasbourg, RELATIO étoffe son équipe, structure ses réseaux, étend ses activités et prépare une nouvelle formule pour début février. Objectifs : accroître (encore) son audience, améliorer la qualité des articles et des dossiers,  générer des recettes publicitaires, jouer un rôle plus actif dans la promotion de l’Europe A et de Strasbourg

 

Doctorante en Sciences politiques, consultante en communication politique, auteur de plusieurs ouvrages,  Sandrine Kauffer est nommée rédactrice en chef7b4d9b8aab68b19c9e6f49294803a19d.jpg

Ancien collaborateur du Festival mondial du Théâtre de Nancy puis de la Maison des Cultures du Monde de Paris., journaliste, écrivain, photographe, ancien rédacteur en chef de Thalassa, de Signatures, de Vivre à l’étranger, et collaborateur de plusieurs revues et publications, Jean-Marie Steinlein  est nommé Directeur du développement

4766765968db4c2d2769072e0b191660.jpgPsychanalyste, spécialiste de la vie des idées et de l’actualité littéraire et culturelle, Caroll de Maistre-Riot assumera les fonctions de Directrice littéraire.

Willian Petitjean assurera la responsabilité du service des affaires économiques, sociales et environnementales.

Jacques Dehaire  assurera la direction du service société et la coordination des rubriques spécialisées

Clio, Vénuzia et Dansolal vont reprendre leurs chroniques sur « l’Europa coquine », et sont chagés de l’animation de « L’Europe gourmande », de « l’Europe vagabonde » et des rubriques Humeur, Humour, Styles  et Air du temps 

RELATIO continuera évidement à accroître son réseaux d’informateur, de chroniqueurs et de correspondants

 
La Création du « Club RELATIO » avec Ghalia ROUANE

59720fbd77f12b5421840a9b6994b3f9.jpg Autre innovation : la Création d’un Club des Amis de RELATIO et de « Relatio- Evénements ». Cette structure associative sera crée début février. Sa mise en place et ses premières activités sont activement préparée par Ghalia Rouane qui vient de quitter ses fonctions à la Mission Europe de la Région Alsace

Restez branchés sur RELATIO : Vous en saurez plus très bientôt. Nous vous préparons quelques belles surprise.

Merci à nos internautes fidèles et bienvenue à celles et à ceux qui, chaque jour, grossissent les rangs des visiteurs de RELATIO.

Rappel : La "grande Europe"  en revue et en direct

RELATIO… Besoins, désirs, soifs, rêves et réalités d’EUROPE … Face à la crise de l’Union européenne, RELATIO  veut redonner corps, esprit et âme à l’Europe, vécue et rêvée… Mieux pensée, mieux perçue, mieux tournée vers l’avenir. L’Europe au cœur, à la tête et au corps.

RELATIO, c’est l’EUROPE vue, vécue et analysée sous toutes les coutures et sous tous les angles. Rien que l’Europe, mais toute l’Europe, y compris l’Europe vue d’ailleurs… Euroméditerranée, Eurafrique, Eurasie, Euramériques….7fe3408b956852c1472ad0b301a162ac.jpg

RELATIO, c’est l’Europe des mises en relations, l’Europe concrète des réseaux et des réalisations, des projets qui font de l’avenir un horizon d’espérance.

RELATIO, c’est la rencontre et la mise en synergie de journalistes, d’universitaires, de philosophes, d’écrivains, d’artistes, de chefs d’entreprises, de créateurs… qui savent que les mots-clefs doivent avoir autant de valeur que de sens : Liberté, égalité, fraternité, solidarité, dignité, démocratie, droits de l’homme…

RELATIO, c’est un outil  de communication et d’information qui s’inscrit dans l’ère actuelle d’Internet et du multimédia : Nous célébrons Mac Luhan sans renier Gutenberg puisque le texte reste le fondement de tout

Daniel RIOT

Directeur de Relatio

 

En savoir plus>>>>

N’hésitez pas à nous écrire : contact@danielriot.com

10/11/2007

Norman Mailer: La mort d'un géant

«Le cancer vient de la folie réprimée.»

ccab5e93b2df9d1b29ad7a7cf06425a8.jpg
Le Géant a dit ou écrit (entre autres)....

« Je me sens assez malheureux à cause de mon pays. Il n'est pas devenu aussi grand, aussi noble que je le souhaitais. »

« Le rôle naturel de l'homme du XXe siècle est l'angoisse »

«L'horreur du XXème siècle tient à la grandeur des événements et à la petitesse de leurs répercussions.»

 «Le cancer vient de la folie réprimée.»

«Mes erreurs font ma force.» «Essayer coûte que coûte de n'être qu'un, c'est ignorer nos propres contradictions et vivre dans le mensonge. Alors qu'en exprimant nos contradictions, nous ne nous en portons que mieux !»

«La lucidité est le lieu de rencontre de la conscience et de la sensualité.»

«L'absurdité est un plaisir fugace, comme une cigarette que l'on fume en riant, tout en sachant qu'elle est nocive.»

«L'absurdité nous ôte tout sens des lois humaines, tout sens profond des valeurs, et nous éloigne notamment de la compassion, essentielle à la survie de l'homme.»

«Le rôle naturel de l'homme du XXème siècle est l'angoisse.»

 « Le fascisme n’est que l’émergence d’une pensée unique associée à un concept oppressif »

098578b5ab27a7adefe4e0ad64f233c9.jpg

 Norman Mailer est mort. Je me replonge dans ses livres. C’est le seul hommage digne que l’on puisse rendre à un écrivain de son talent. A un géant.

SUR AMAZON >>>>>>>

22/07/2007

Culture: Quand l'art sert l'art

Photographie : Gérard Rondeau ou l’œil éclaire

38deaf2b0f1fe3c49941be2bda7a2e1b.jpgSUGGESTION RELATIO :« Toute œuvre d’art devrait nous apprendre que nous n’avions pas vu ce que nous voyons », résumait Paul Valéry … Avec Gérard Rondeau, c’est vrai en tout, y compris quand son objectif se fixe sur une œuvre d’art, sur ceux qui la regarde, sur ces liens invisibles qui se tissent entre les œuvres d’un musée, d’une galerie.

Si vous n’avez pas vu son expo « hors cadre » au Grand Palais en 2005-2006, si vous n’avez pas l’occasion de voir les modules exposés dans plusieurs villes d’Europe et ailleurs (Washington, Buenos Aires, New-York, Singapour …), faites un petit tour au ministère de la Culture, à Paris (Immeuble des Bons Enfants,182, rue Saint-Honoré, Paris 1er - du lundi au vendredi de 9 à 19 h, jusqu’au 7septembre) : une soixantaine de clichés surprenants vous y attendent.

b194b93e693221674095aeaa839d7033.jpg

Des photos qui sont quelques des fruits d’un travail (de commande) effectué dans plusieurs musées et galeries, dans ces «lieux redoutablement chargés de mémoire et infiniment photographiés » qui prennent  grâce au talent de Rondeau une dimension nouvelle, un mystère nouveau, un âme nouvelle.

d1cff30e950b175056c8e94d2c2613e5.jpg

«Image. Ma seule et unique passion », s’écriait Baudelaire. Gérard pourrait chanter la même confession : « L’image, ma primitive passion »… Chez Gérard, qui vit à Reims et parcourt l’Europe et le monde en reporter d’art, tout est dans le regard. Y compris ce qui est hors champ, hors cadre, hors du visible. L’œil d’un Maître qui ne se contente pas de voir mais qui perce les murs des apparences, viole les secrets des êtres, des choses et des paysages. Et éclaire. « Photos », c’est lumière…

d81f3822fdd61863047fbe7deece2535.jpg

Un œil lumière, Gérard Rondeau. Un esprit lumière.  Qui sait donner des  couleurs au noir et blanc, du relief aux gris, de l’éclat aux ombres. Qui sait surtout explorer les  « lieux du temps » et les « temps des lieux ». En dégageant ce qui est le plus difficile à décrire, écrire, transcrire : l’atmosphère d’un lieu, d’un instant, d’une scène et l’âme d’un personnage, d’une oeuvre, d’une chose. En figeant ce qui semble insaisissable, en faisant voler ce qui paraît statufié, en faisant vivre l’inerte. Métaphysiques, les reportages de Gérard !

07bb5006d2aea73a7070a3b60bbc9632.jpg

« Un photographe acteur plus que témoin » a-t-on dit de lui. C’est vrai. Surtout quand il se « promène » en Afrique, dans les Balkans, sur  le Chemin des Dames ou … dans Strasbourg !  « Les grands artistes ne sont pas les transcripteurs du monde, ils en sont les rivaux », disait Malraux…

 

Daniel RIOT

ef5b5221252cf285fd78c3333842ddea.jpg

Gérard RONDEAU à l’agence VU>>>

4cb77164cf76a1cd66113003fc9ec0d1.jpg

LES LIVRES DE GERARD RONDEAU SUR AMAZON>>>

1ced94df39535bd9d2a58d3b1625fa4e.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu