Avertir le modérateur

06/09/2008

SARKOZY "primé": Elie Wiesel s'explique sur relatio-europe

POLÉMIQUE BIEN FRANÇAISE SUR UN PRIX AMÉRICAIN

La Fondation Elie Wiesel pour l'Humanité va récompenser Nicolas Sarkozy avec le "The Humanitarian Award". Il s'agit d'un prix spécial décerné en reconnaissance d' actions humanitaires dans divers domaines, particulièrement dans les conflits internationaux. Ce prix lui sera remis le 22 septembre prochain à New -York au cours d'un dîner de charité, comme les Américains en organisent souvent pour récolter des fonds qui vont à des œuvres.
Ce prix a provoqué en France, notamment sur le Net, Une polémique lancée par une information du Canard enchaîné.
Nous avons évidemment interrogé Elie Wiesel lors du dialogue public organisé jeudi dernier à Strasbourg.
"C'est un prix spécial qui récompense la France. Et Nicolas Sarkozy a été élu président de la République française",a expliqué en substance Elie Wiesel en soulignant son attachement personnel à la France ("qui m'a recueilli"), à la langue française ("celle dans laquelle j'écris presque tous mes livres"),aux idéaux de liberté,de dignité, d'égalité, de fraternité de la république française, des actions et des interventions humanitaires que la France et les Français multiplient dans le monde.
Au passage, Elie Wiesel a d'ailleurs approuvé le voyage effectué cette à Damas par Sarkozy.
Dans la mini-ITW enregistrée pour relatio-europe et strasTv.com en marge de sa réception à l'Hotel de Ville de Strasbourg, il résume les raisons de son choix, 20 ans après la création de sa Fondation qu'il a crée avec la dote de son prix Nobel pour faire et promouvoir des actions de paix et d'aides aux victimes des conflits nés de ces déchaînements de haine qui font tant de ravages VOIR LA VIDEO

 

Un prix, encore? L'hyperactif président ne se hérisse pas , mais peut se pavaner (Dessin Christian Antonelli pour Relatio-Europe) C'est d'auatnt plus vrai qu'au prix de la fondation Wiesel s'ajoute une autre distinction américaine, celle "d'Homme d'Etat de l'année" décernée par une autre Fondation américaine (Appel de la conscience) Tout cela a étté décidé avant le cessez-le-feu (non encore totalement appliqué) en Géorgie. Restons positifs: il est des prix de couronnement et des prix d'encouragement

02/08/2008

ROMS: UN DOSSIER DE RELATIO-EUROPE

NOUS SOMMES TOUS DES ROMS
PDF Imprimer Email
Samedi, 02 Août 2008 04:06

Par Daniel RIOT

(Un tableau de William-Adolphe Bouguereau,1879),

Un Dossier de Relatio-Europe

« Nous sommes tous des Roms ». Comme nous avons été, du ou pu être des juifs allemands. Comme nous sommes tous ou devrions être des enfants du Darfou et d'ailleurs. Comme nous sommes tous des nomades, des migrants, des gens de passage. Comme nous sommes tous des « étranges étrangers » pour les gens d'ailleurs, différents.

Un « Rom » ? L'étymologie parle, mais si elle est ignorée ou oubliée : c'est « Homme » en hindi.

« Romanichels » ?  « Un groupe d'hommes ».

« Manouches » ?   « Les gens »...

« Hommes » ? Sont-ils traités en hommes  (et en femmes) , les Roms ? Oui. Quand ils chantent, dansent, font rêver, fantasmer... « D'où viens-tu gitan » ? Qui ne rêve pas d'une « princesse aux pieds nus » ? Qui n'aime pas leur musique, leur art, leur cuisine ? Les « nuits tsiganes » rencontrent un succès croissant. Comme les festivals, à l'image de celui de Budapest qui va se dérouler à la mi-août. Et leurs pèlerinages aux Saintes-Marie ou ailleurs font de « belles images »...

Tsigane ? Du grec Αθίγγανος (« intouchable »). Zigeuner en allemand, Cigány en hongrois, Zingaro en italien... Un peuple d'Europe. Qui disposait d'un visa jadis grâce au roi de Bohème (dont leur surnom de « bohémien ». Un peuple qui n'aime plus qu'on l'appelle tzigane, à cause du Z que les nazis tatouaient sur leur corps dans les camps où ils ont, comme les juifs, été traités en « impurs », en « sous-hommes », en  rats à éliminer...

Fascination, répulsion...Fantasmes et peurs. Trop « différents » pour être traités en « égaux ». Trop gênants. Trop dérangeants.

 

ROMS: UN DOSSIER DE RELATIO-EUROPE

NOUS SOMMES TOUS DES ROMS
PDF Imprimer Email
Samedi, 02 Août 2008 04:06

Par Daniel RIOT

(Un tableau de William-Adolphe Bouguereau,1879),

Un Dossier de Relatio-Europe

« Nous sommes tous des Roms ». Comme nous avons été, du ou pu être des juifs allemands. Comme nous sommes tous ou devrions être des enfants du Darfou et d'ailleurs. Comme nous sommes tous des nomades, des migrants, des gens de passage. Comme nous sommes tous des « étranges étrangers » pour les gens d'ailleurs, différents.

Un « Rom » ? L'étymologie parle, mais si elle est ignorée ou oubliée : c'est « Homme » en hindi.

« Romanichels » ?  « Un groupe d'hommes ».

« Manouches » ?   « Les gens »...

« Hommes » ? Sont-ils traités en hommes  (et en femmes) , les Roms ? Oui. Quand ils chantent, dansent, font rêver, fantasmer... « D'où viens-tu gitan » ? Qui ne rêve pas d'une « princesse aux pieds nus » ? Qui n'aime pas leur musique, leur art, leur cuisine ? Les « nuits tsiganes » rencontrent un succès croissant. Comme les festivals, à l'image de celui de Budapest qui va se dérouler à la mi-août. Et leurs pèlerinages aux Saintes-Marie ou ailleurs font de « belles images »...

Tsigane ? Du grec Αθίγγανος (« intouchable »). Zigeuner en allemand, Cigány en hongrois, Zingaro en italien... Un peuple d'Europe. Qui disposait d'un visa jadis grâce au roi de Bohème (dont leur surnom de « bohémien ». Un peuple qui n'aime plus qu'on l'appelle tzigane, à cause du Z que les nazis tatouaient sur leur corps dans les camps où ils ont, comme les juifs, été traités en « impurs », en « sous-hommes », en  rats à éliminer...

Fascination, répulsion...Fantasmes et peurs. Trop « différents » pour être traités en « égaux ». Trop gênants. Trop dérangeants.

 

01/05/2008

Sarkozy et la tunisie: l'éditorial de Daiel RIOT pour RELATIO

 Sarkozy "dépasse les bornes" de la realpotitik

L’éditorial de Daniel RIOT pour RELATIO

b82ded9b47cca1e81a10682299643732.jpg Le réalisme en diplomatie ? Soit. Le cynisme en politique ? Soit. C’est si difficile de concilier idéal et réel… Calculs économico-politiques et défense des valeurs… La géopolitik l’emporte toujours sur la géophilosophie. Et la perfection n’est pas de ce monde. Tout de même… Les mots doivent conserver du sens. Et les comparaisons ne valent que "toutes choses étant égales". Dans ses habits (encore) neufs de Président à la crédibilité (déjà) entamée, Nicolas Sarkozy oublie que la vraie franchise réside d’abord dans le respect de la vérité et des faits.

Or, à Tunis, il n’a pas trahi (travesti) la réalité une fois, mais plusieurs. Comme disait Pompidou : "quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limite".


Nous n’avions pas ici réagi à ses premiers éloges du régime tunisien : un Président qui a mis autant en avant les droits de l’Homme durant sa campagne, dans la formation de son gouvernement et dans ses allocutions officielles ne doit pas être jugé sur une ou deux phrases de politesse …qui peuvent trouver excuses dans le souci de régler quelques cas d’injustices et d’arbitraire flagrants. Son hôte a fait effectivement débloquer quelques dossiers. Qui ne font guère honneur à la mémoire de Bourguiba. Et nous nous méfions des commentaires qui ne reposent que sur des apparences par nature trompeuse. Ou des procès d’arrière-pensées mal instruits. Mais ce matin, en terminant son voyage en Tunisie, a utilisé un ton et des formules qui vont lui coller à la peau.

"Tout n'est pas parfait en Tunisie. Tout n'est pas parfait en France non plus", a-il expliqué. Derrière la banalité du propos : une marque d’hypocrisie et d’imposture et … un aveu d’impuissance ou d’incapacité. Il a été élu pour que la perfectibilité française soit plus grande non pour mettre en relief les imperfections françaises….

Autant des encouragements et des exhortations stimulantes en faveur d’une démocratisation effective du régime tunisien auraient été les bienvenues, autant les "brevets" de bonne conduite accordés à son homologue tunisien (qui a pourtant déclaré "accepter les critiques") frisent le ridicule et constitue un vrai scandale d’Etat. Qu’il ne donne pas de leçon, soit : les Français en donnent trop souvent… mais qu’il s’abstienne aussi de donner des bonnes notes !

"Tout n'est pas parfait en Tunisie, certes. Tout n'est pas parfait en France non plus (...) mais je veux le dire aussi parce que je le pense, quel pays peut s'enorgueillir d'avoir autant avancé en un demi siècle sur la voie du progrès, sur la voie de la tolérance, et sur la voie de la raison ?", s'est exclamé le chef de l'Etat. Les démocrates tunisiens apprécieront. Ceux des autres pays (y compris Français) aussi. Nous ne sommes plus là dans des fautes de communication, mais dans des erreurs de jugements et des fautes politiques graves.

Qui plus est, les propos tunisiens de Sarkozy sur l’Union pour la Méditerranée ne sont guère fidèles à la teneur des accords conclus au sein de l’Union européenne. Ceux qui le qualifient "d’imprévisible" vont encore le comparer à Berlusconi. Inutile de précise pourquoi… Espérons que ses conseillers sauront lui faire une note de lecture sur le dernier livre de Pisani : "Le sens de l’Etat"…

Daniel RIOT

 


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu