Avertir le modérateur

01/07/2007

Sarkozy à Strasbourg: Maxi-communication sur mini-traité...

Nicolas Sarkozy en meeting pour vanter ses résultats européens

L’Hyper-Président innove en Super-communicant !La France n'est plus en campagne électorale, mais Nicolas Sarkozy continue de faire des… meetings. Comment en effet qualifier autrement la  "grande réunion républicaine" à laquelle il participe ce lundi, au palais des Congrès (et de la musique) à Strasbourg pour  vanter (pardon, rendre compte de…) ses résultats au Conseil européen de Bruxelles les 21 et 22 juin derniers.

« Une semaine après le succès du Conseil européen de Bruxelles, qui a permis la relance institutionnelle de l'Europe, cette réunion sera l'occasion pour le président d'expliquer au plus grand nombre le 'traité simplifié' décidé à Bruxelles, pour l'adoption duquel il a joué un rôle déterminant », selon son porte-parole David Martinon. « Il est prudent de venir tôt :il n’y a pas de place réservée », lance l’UPS (Union pour Sarkozy, pardon pour Strasbourg), le parti local crée par les tandem UMP qui dirige la Ville.

Ce Conseil européen (dont le succès reste à confirmer lors de la CIG qui va être convoquée sous présidence portugaise) et un événement qui vaut d’être fêté, en effet. Cela semble d’ailleurs déjà avoir été fait.  « Cette idée de traité simplifié, c'est la France qui l'a portée depuis le début. Si ça avait échoué, auriez-vous eu le moindre doute sur les perdants? », a  lancé Sarkozy devant des journalistes accrédités à l’Elysée qui n’écoutaient que lui et des confrères accrédités auprès des institutions européennes plus portés à couvrir de fleurs Angela Merkel.

Après avoir reçu les chefs de partis à l'Elysée dans la foulée, Nicolas Sarkozy entend donc désormais se charger du « service après-vente » promotionnel de cet accord directement devant les Français à Strasbourg. Il confirme ainsi sa volonté de changer le style de la présidence, pour « le rendre plus proche des Français ».

4b2bfdf9a201e879d96e8836ffdb01b3.jpg
Maxi-sarko et mini-traité, vu par Charlie Hebdo: Oh! les méchants...

Cette « grande réunion républicaine » pourrait être la première d’une série, selon son porte-parole David Martinon. « Il n'y aura aucune régularité » de ces meetings, mais « il se laisse la faculté de parler directement aux Français quand il ressent le besoin », a-t-il expliqué.

Coïncidence ? Nicolas Sarkozy se rend à Strasbourg alors que les élus alsaciens UMP ne cachent pas leur colère après l'entrée au gouvernement d'un de leurs adversaires, le maire socialiste de Mulhouse Jean-Marie Bockel. Le chef de l'Etat les a reçus jeudi à l'Elysée pour un déjeuner destiné à les amadouer (pardon, à les rassurer sur l’attention qu’il porte aux « dossiers alsaciens » et aux opinions que tous les Français (y compris les militants, élus et sympathisants de l’UMP, bien sûr) peuvent avoir…

9472ea2c097c6ee01fd9243d3f94c581.jpg
Ce n'est vraiment pas convenable, dirait Patrick D.qui dit traiter de "salope", même les hommes!

Il n'est pas certain que cette « opération déjeuner élyséen d’Alsaciens cocufiés » y ait atteint tous ses résultats. Car se pose déjà pour l'UMP la question des municipales de 2008… Quelle devra être l'attitude de l'opposition de droite à Mulhouse, alors que M. Bockel vient de réaffirmer dans "Le Parisien" qu'il « souhait(ait se) représenter l'an prochain » à la mairie ?

Nicolas Sarkozy s'entretiendra avec le maire de Strasbourg Fabienne Keller et le président de la communauté urbaine de Strasbourg, Robert Grossmann, avant le meeting. Une réunion « entre amis ». Des amis de longue date entre l’actuel Président de la CUS et le nouveau Président de la république. « Et si Nicolas s’était trompé ? » avait osé Grossmann sur son blog perso après le débauchage de l’excellent Jean-marie Bockel…

Il est vrai que cette note avait été écrite sous le coup d’une déception :la « candidate de Sarkozy » dans la première circonscription, (candidate par procuration du « tandem » UMP), venait de se prendre une petite défaite aux législatives qui a pris des allures de motion de défiance envers l’ancien coach de Sarko (même si, bien sûr, aucun rapport sérieux n’est à établir entre des scrutins qui n’ont aucun rapport entre eux, comme chacun sait).

Sur son blog, Grossmann a annoncé le meeting (non électoral) de Sarkozy en insistant sur la fierté qui est la sienne : « Le président de la République française rend un formidable hommage à la ville qui est la seule capitale historique de l'Europe. Il reconnaît ainsi son statut et fait un geste de très grande portée en faveur de la seule ville française siège d'institutions européennes importantes ».  

« Strasbourg n’est pas négociable », avait déjà dit Sarkozy à Bruxelles où il se rendait alors que le parlement européen et la commission travaillaient…à Strasbourg. Ce qui serait bien, c’est que une fois son récital d’autosatisfaction terminé, le Président de la république consacre « Strasbourg l’Européenne » comme une « grande cause nationale », avec tout ce que cela comporterait en engagements dans tous les ministères. Une vieille revendication de celles et ceux qui se battent pour que la métropole alsacienne soit dotée des moyens (d’Etat) de ses ambitions. Mais , là nous ne serions pas seulement dans la « com’ »… Pourquoi pas, après tout ? Si Sarko veut, Sarko peut, non ?

Daniel RIOT

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu