Avertir le modérateur

14/01/2008

Le Modem à STRASBOURG: BAYROU, mépris et mauvais calculs

La louche du diable et la cuillère à café de Bayrou


Ma petite chronique strasbourgeoise

Chantal Cutajar et sa liste auraient perdu entre 4 et 5 points si les « coucous du moDem » avaient fait une liste dissidente. Combien en perdront-elles à cause de Bayrou qui a cédé aux chants de sirènes de ce « duo diabolique », dont je me suis promis de taire les noms, en les imposant à la troisième et à la   quatrième place ? Six à sept, au moins…

Ce n’est là qu’une estimation, mais elle vaut bien des sondages, …Vous savez, les sondages c’est ce  que Bayrou décriait tant durant les présidentielles et qui sont devenus, même pipés, des outils de décisions et d’argumentation chez le (saint)  « patron » du Mouvement Démocrate.

Bayrou, « tueur d’espérance » et « mauvais calculateur », est tombé dans les pièges du champion du « qui perd gagne »…Heureusement pour le MoDem-Strasbourg, Chantal Cutajar sait donner le meilleur d’elle-même dans l’adversité…J'admire toujours Chantal. Je lui conserve toute mon estime et mon affection. Et je comprends qu’elle accepte de poursuivre ses (beaux) combats pour Strasbourg tout en étant obligée d’entrer en résistance contre les pires ennemis :ceux de l’intérieur…  

Mais, là, trop c’est trop : Bayrou me contraint à jeter l’éponge du militant. Je renvoie ma carte au Modem. Descartes trop trahi. Et il ne serait pas moral que je continue à cautionner d’une manière ou d’une autre, fusse par amitié,  une pratique de la politique que je considère amorale…Surtout dans une formation qui s’est doté d’une Charte éthique !

Sarkozy ne peut pas me décevoir : je n’en attendais rien. Ségolène Royal ne pourra pas m’affliger : elle m’a dissuadé depuis longtemps de faire confiance en ses capacités de femme d’Etat. Mais Bayrou ? Ah ! Bayrou… Quand j’avais fait sa connaissance lorsqu’il était au cabinet de Pierre Pflimlin, j’avais l’intuition que cet excellent enfant de chœur ne ferait jamais un bon cardinal…

Ayant suivi sa carrière, j’avais révisé mon jugement et ses prestations, notamment lors des dernières européennes et des Présidentielles, m’avaient conduit à miser sur lui (et son programme) pour guérir la France des maux dont elle souffre tant depuis des décennies et changer un système qui, comme chez les poissons, pourrissait par la tête. D’où mon engagement en sa faveur et mon « adhésion » au MoDem (malgré mes préventions contre les « mises en carte ») dès la création de ce « premier part du XXI ième siècle…

Patatras !  Mon éducation me conduisant à de reconnaître mes erreurs et mes fautes (ce qui est sans doute politiquement nul), je dois reconnaître que j’ai commis une  grossière erreur d’appréciation qui est, comme dirait un bon chrétien pas forcément démocrate, un vrai pêché…

Mea culpa….J’ai complètement surestimé les capacités de François Bayrou de se montrer digne des espérances qu’il avait suscitées  et d’adapter ses propres actes à ses propos sur l’éthique et sur une autre « façon de faire de la politique ». Donc proprement, honnêtement, avec un esprit de justice et de justesse, avec le respect des militants et des électeurs. En évitant les pièges tendus par des manipulateurs et des imposteurs, par ces cyniques qui confondent démocratie et voyoucratie intellectuelle et morale.

La gestion du « cas strasbourgeois » , depuis la dernière campagne présidentielle, est une illustration trop éloquente de quelques unes des  faiblesses, des erreurs de jugement, du  manque de lucidité, de courage et de cohérence du « patron » (comme il se nomme lui-même) du modem.

Il dit vouloir un « MoDem fort » pour Strasbourg. Très bien.  Mais, avec l’appui de quelques ratés locaux  de la politique  passés maîtres dans l’art de jouer contre leur camp, il vient de tirer une rafale de mitraillettes contre ce Parti démocrate qui est en train de battre des records de vitesse dans l’écrasement des espoirs qu’il a fait naître. Il vient surtout de décevoir pour longtemps sans doute nombre de celles et de ceux qui pensent qu’on peut faire de la politique sans tricheries, sans fourberies, sans  malhonnêteté intellectuelle, sans hypocrisie, sans mensonge, sans manipulation, sans impostures.

Qui plus est, il vient d’étaler tout ce qui devrait être prohibé chez un leader national qui se recommande du « Tiers Etat » d’aujourd’hui et qui prétend se conduite en « patron » : le mépris des militants, la condescendance envers ceux qui osent manifester des divergences de vue avec lui, le recours aux armes sournoises de l’humiliation contre  celles et de ceux qui le gênent. Pitoyable, celui qui se prend pour le successeur de Henry IV.  

Je n’écris pas sous le coup de la colère mais sous celui d’une déception profonde. Celui qui tente de se faire passer pour le « meilleur stratège politique français après Sarkozy » a-il fait des efforts pour ressembler à sa caricature des Guignols ?   N’a-t-il pas digéré ni ses succès de la campagne ni son échec du scrutin ? Est-il « l’illuminé » décrit par Simone Veil et d’autres ? Son inconduite à l’égard de Jean-Marie Cavada m’avait déjà sonné. Le « cas Strasbourg » m’a assommé.

Je savais qu’on ne doit pas  «  discuter gastronomie avec un cannibale ». Je savais que l’esprit malin qui joue au poker-menteur quand les autres jouent aux dames a un talent fou : celui des diables qui ont une culière plus longue que ceux avec qui il mange. Face à la louche de cet esprit malin, Bayrou n’avait qu’une cuillère à café. Logique : c’est le MoDem qui prend la tasse…

C’est dur de passer une partie de son temps à réfléchir au ré-enchantement de la politique et de se prendre les pieds dans les tapis des désillusions dès que l’on est attiré par une petite lueur d’espoir.

Daniel RIOT

Commentaires

Vous êtes vraiment un pénible. Il y a des gens qui s'échinent à recoller les morceaux, et pendant ce temps, d'autres adoptent la posture la plus dogmatique qui soit.
Celui qui va faire perdre des points à Mme Cutajar et au MoDem, en la circonstance, c'est surtout vous.

Le condescendant, le méprisant, c'est vous, pas Bayrou, et franchement, je trouve que vous multipliez les méchants billets de ce type ces derniers temps.

Écrit par : L'Hérétique | 14/01/2008

Mr Bayrou,

Fait parti des hommes dont l'opposion a besoin, mais certainement pas dans un gouvernement. Vivre avec trop de vieux principes ne fera pas avancer la société actuelle. Ses maux necessitent beaucoup de remise en question dans ce siècle ou tout va trop vite. Pour cela et quelqu'ils soient, il nous faut des guerriers de la lumière au gouvernement et non des Gentlman farmers.

Écrit par : Duraton | 14/01/2008

Des guerriers de la lumière ? et pourquoi pas des elohim, tant que vous y êtes :-)

Écrit par : L'Hérétique | 14/01/2008

Bonjour,

On a concrètement du mal à comprendre au juste ce qui s'est effectivment et objectivement passé à strasbourg. Si je comprends sur la base de votre réaction c'est qu'il y a une collaboration avec des locaux qui s'est mise en place. Est-ce cela?
Pour ma part, si c'est cela, je pense que dans bien des circonstances pour une gestion locale, familiale, il est peut-etre vraiment délétère de ne pas tenir compte d'habitus et d'attachements locaux au delà de l'idéologie. Les gens sont affectifs avant tout bien plus que rationnels. Le purisme idéologique est franchement une forme de totalitarisme s'il n'est pas recadré avec la situation effective et la possibilité qu'il y a de la faire évolué CE QUI SE FAIT PAR ETAPES, avec une direction.
Est-ce cela?
axelle wouters.

Écrit par : wouters axelle | 14/01/2008

Je vous comprends et je partage.
J'avais énormément apprécié votre article sur les fondamentaux historiques du Modem et l'avais largement fait circuler. .. depuis, comme vous je suis passé de l'enthousiasme à la déception.
Une raison est due au comportement des petits politiciens locaux qui font le contraire de ce qui est écrit dans l'imposture qu'est devenue la Charte éthique (sur laquelle tant de neurones se sont usés...)
Une autre raison est la rumeur qui n'en est plus une sur le comportement des 2 principaux dirigeants du Modem, donneurs de leçon et si mauvais "managers".
Strasbourg, Lyon, Cavada, Paris, etc... me confortent chaque jour dans mon choix de prise de distance.
Bonne chance à cette dame Cutajar que vous avez si bien soutenu.

Écrit par : 10craies | 14/01/2008

Les grands mots ne mènent à rien, ni les anathèmes.

Je ne connais pas la situation de Strasbourg, mais une chose est sûre, les trois personnes s'étaient engagés à Paris devant F. Bayrou de respecter le vote des adhérents et de faire une seule liste commune.

Je ne comprends pas pourquoi - alors qu'on veut faire travailler des gens ensemble au niveau national - il serait impossible de le faire au niveau municipal.

Vous n'aimez pas les deux concurrents de Mme Cutajar, cela se sent. Soit. Mais que peuvent-ils faire, si leur liste était élue de si dangereux pour la démocratie ?

Enfin, toutes vos critiques concernant F. Bayrou, je les mets en parallèle avec cet écrit:

Je viens de lire l'excellent compte-rendu de la réunion autour de Quitterie Delmas au dernier Café Démocrate sur le blog de Hervé Torchet: http://jour-pour-jour.hautetfort.com/archive/2008/01/11/cafe-democrate-de-quitterie-delmas-les-adherents-sont-ouaouh.html

Non seulement j'ai aimé le style d'écriture, mais surtout cette partie:

"Mon témoignage, de ce point de vue, n'est pas contestable : il date de 1986, une époque où Bayrou était très loin d'une stratégie de présidentiable. Il venait d'être élu (en mars, le 16 mars pour être précis) député. Il avait 35 ans et, selon la règle du mouvement de jeunes d'alors, il conservait la qualité de "JDS", jeune du CDS. Or au congrès du mouvement, qui avait lieu à Metz, il fallait désigner une nouvelle équipe de direction des jeunes en question.

Deux listes se préparaient à rencontrer leurs électeurs, l'une conduite par Éric Azière, qui s'occupe aujourd'hui des investitures pour Bayrou, l'autre par Jean-Luc Forget, aujourd'hui tête de liste du MoDem à Toulouse.

Et Bayrou, un instant avant l'ouverture du congrès officiel, est venu nous voir : il savait qu'on allait gagner largement et il voulait qu'au lieu d'entrer en conflit, nous fusionnassions nos deux listes en une seule. Plus fort que lui.

Sa conviction la plus chevillée au corps : renoncer aux oppositions quand elles n'ont qu'un sens superficiel. Un message de vie."

C'est quelque chose qui m'a touchée, car j'y vois un comportement important, ne pas perdre notre énergie dans des luttes internes, mais les consacrer à la bataille politique vers nos concitoyens, pour élever la CONSCIENCE et la RESPONSABILITE de ceux-ci afin qu'ils ne votent plus sous l'influence de la propagande, mais en conscience.

J'aime bien les joutes verbales - comme certains ont pu le constater - j'aime l'affrontement des idées, d'où sort souvent un compromis satisfaisant - ça c'est mon expérience consensus du vécu en Allemagne - mais je commence à comprendre COMMENT F. Bayrou voit les choses, et je dois dire que cela me plaît.

C'est une recherche du consensus tel que je l'aime, la seule façon de faire avancer les choses en recherchant l'ESSENTIEL. Très loin des pratiques de notre pays, mais en cela innovante. Confronter des arguments, des personnes, sans perdre de vue l'ESSENTIEL, la défense de nos valeurs face au vide socialiste et au discours fumeux et mensonger de l'illusionniste au pouvoir.

Merci Hervé de ce partage et Merci à François Bayrou pour son exemple !

Écrit par : Danièle | 14/01/2008

Je comprends bien Daniel Riot pour savoir aussi qu'il existe, parfois, des hommes infernaux en politique, qui sont des loosers, des affreux, des Petitdemange quoi. Ils sont d'autant plus terriblement dangereux qu'ils présentent bien, - propres sur eux quoi - ont un discours rôdé qui s'adapte à chaque auditoire à chaque personne, où l'on entend ce qu'on a envie d'entendre. Ce discours à géométrie variable, très habile, en fait des manipulateurs extrêmement puissants. Ils osnt charismatiques, séducteurs. Voilà, ils font illusion. Même François Bayrou a pu s'y laisser prendre. Alors qu'aurais-je fait à la place de Chantal Cutajar ? Accepter l'accord du patron en sachant que la position va être encore plus lourde à tenir car les chausses-trappes ne manquaeront pas ? Quelle dilemne quand on est attaché au respect des personnes, à l'éthique personnelle et collective ?! La politique c'est aussi du compromis. Ainsi, je souhaite bon courage à Chantal, qu'elle puisse compter sur des amis fidèles, avertis... et puis qu'elle gagne !

Écrit par : wencky | 14/01/2008

ça devient pénible toute ces attaques non-fondées........

Écrit par : ric | 14/01/2008

En tant que militant MoDem une élection se gagne sur le terrain en essayant de convaincre les personnes qui ne nous connaissent pas mais pas en passant son temps à se faire des "guéguerres" internes dont personnellement j'en ai rien à f.....

Ailleurs dans certaines villes on retrouve ce schéma mais on oublie pendant ce temps là qu'il y a des municipales qu'il faut gagner.

Je rejoins ce que disent les autres personnes : ceux qui passent leur temps à se plaindre, casser du sucre sur le dos des autres par le biais de billets qui n'amènent rien de concret sont ceux qui font perdre des points au Mouvement Démocrate

un militant à la base est là pour faire en sorte que par son action, ses compétences, son investissement il permet de diffuser la parole de son parti à l'extérieur.
Pas à chicaner pour un oui ou un autre parce que sentant plus malin qu'un autre, il aurait plus de droits que son voisin. On se s'improvise pas cadre d'un parti en un instant, il faut du temps. A lire certains billets on se demande si ce n'est pas le ressentiment de ne pas avoir des mandats ou des avantages dans un parti encore en construction qui est la raison d'être.

Écrit par : Frédéric | 14/01/2008

serieux votre article est clinquant, mais sans fond, vous avez peut être raison, mais si vous n'expliquez pas pourquoi, vous avez tord.

Écrit par : g.f.delhomme | 15/01/2008

La propension des militants du MoDem (et aussi du PS) à se tirer une balle dans le pieds m'étonera toujours.
Alors que François Bayrou semble avoir réussi à rassembler des egos dont la seule raison d'être divisé était simplement l'ambition personnelle, et non la vision politique, voilà que vous nous faites un coup de sang...
Le vrai politique est celui qui accepte d'avaler les couleuvres au nom de l'intérêt général, et non l'inverse !
Souhaitons qu'après ce mouvement d'humeur, votre cortex reprenne le dessus sur votre cerveau reptilien...

Écrit par : voltaire | 15/01/2008

Voltaire était plus intelligent que votre commentaire.

Écrit par : Mick | 16/01/2008

L'article ci-dessus est d'une stupidité rare...

Écrit par : Einstein | 16/01/2008

les négociations, accords créent des contents surtout et quelques mécontents ...

mais, certains prétendus principes vous aveuglent au point de refuser un compromis rapprochant les hommes et leurs ambitions collectives et ...personneles (inévitables n'importe oû vous irez) , les sensibilités, les projets...

oui, c'est une bonne chose, ce rapprochement des divers prétendants ex tête de listes au MoDem Strasbourg, peu importe vos aigreurs et réticences perso...

Écrit par : thierry | 16/01/2008

Le MODEM est la SEULE alternative.

Écrit par : Einstein | 17/01/2008

je suis d'accord avec einstein

Écrit par : g.f.delhomme | 18/01/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu