Avertir le modérateur

27/11/2007

Le MoDem en crise dès le berceau : « François, réveille-toi ! Tu rends fous ceux qui t’ont fait confiance ! »

Marielle de Sarnez  lance : « Sarkozy fait tout pour saboter le MoDem ». Elle a raison. Mais il n’a pas attendu le ras-le-bol de Cavada face aux indécisions, aux ambiguïtés et aux erreurs de tactique de Bayrou pour tenter de le faire.

Nous l’avons souligné ici depuis le début  de « l’ouverture » sarkozyenne : les débauchages de gens de gauche visaient moins le PS que des personnalités susceptibles de travailler avec ou de rejoindre Bayrou. C’est flagrant pour Kouchner, Jouyet et Bockel…C’est évident pour d’autres « engagements » dont on parle moins, comme celui de Jean-Christophe Rufin, ambassadeur au Sénégal. C’est plus subtil mais tout aussi vrai de DSK…

Trop de gens, connus ou non,  qui se reconnaissaient en Delors ou Rocard mais ne trouvaient pas dans les scléroses du parti de la rose (fanée) jardin à cultiver ne pouvaient qu’être tentés par le programme et les valeurs de Bayrou, enrichis par l’intelligence, le réalisme et la soif d’exigence de rigueur de Corinne Lepage. D'autant plus que l' UMP de Sarkozy incarne trop la France "du fric et de la frime"  pour séduire des esprits qui ont de la vie une conception plus personnaliste...

Sarkozy a bien joué. Personne ne peut le lui reprocher. Bien au contraire. Il a su tirer les leçons de la belle campagne présidentielle de Bayrou qui aurait pu se terminer encore mieux sans l’hémiplégie  politique d’une France mentalement encroûtée dans des clivages dépassés  et la mollesse d'un centre vidé de sa substance morale et intellectuelle.  Ces clivages  De Gaulle voulait déjà transcender. Et ils sont devenus encore plus  ridicules et nocifs depuis la chute du Mur et l’évolution récente mais ultra-rapide du monde.

Mais dans son travail de sape, nationalement et localement, Sarkozy a été bien aidé par les défauts de Bayrou : le Béarnais  n’a pas su voir l’armée de Ravaillac qui n’attendaient qu’une occasion pour lui asséner des coups mortels. Pire : il a lui-même favorisé l'épanouissement   de saboteurs…

Quand on ose dire ce qui a été dit par Bayrou et de Sarnez sur le « lâchage » de Jean-Marie Cavada, on doit soi-même se montrer plus digne dans son comportement quotidien (en répondant aux courriers adressés, par exemple) des valeurs mises en avant.

On ne laisse pas le quadrillage du territoire à des ratés de la politique sans crédibilité et sans autorité. On ne considère pas les nouveaux adhérents comme les rats du joueur de flûte de la légende. On ne méprise pas surtout avec une ingratitude criminelle celles et ceux sans qui Bayrou ne serait pas le Bayrou d’aujourd’hui. Le « syndrome Quitterie Delmas » a fait des ravages, et en fait encore.

On  ne  cherche pas, surtout,  à favoriser l’émergence de personnages qui appartiennent à cette classe (si l’on peut dire) d’acteurs de la vie publique qui entretiennent quelque influence (bien surestimée) parce qu’ils se sont baignés dans les eaux troubles d’un système fondé sur les « renvois d’ascenseurs », du « je te tiens tu me tiens par la barbichette », de la  malbouffe des cuisines politicardes d’un  temps que l’on voudrait révolu. Réflexions d’une Strasbourgeois ? Bien sûr.Mais  personnage qui m'inspire ces remarques a des frères de laid ailleurs.

Pourquoi mettre ainsi en relief et en piste des zigotos d’Etat qui ne font pas  de la politique mais jouent  en politique (belle nuance !) comme on joue à cache-cache. Qui se moquent de l’intérêt général comme ces dragueurs  drogués de « meetic » (ou d’autres sites de ce type) se moquent des dégâts qu’ils peuvent faire dans des cœurs fragiles en jachère.  Qui sont capables de faire tout et le contraire de tout dans le seul plaisir d’assassiner celles et ceux qui leur ont donné un peu de substance. Qui en (mauvais) élèves d’un Machiavel mal lu pensent qu’en politique toutes les magouilles et toutes les manœuvres sont bonnes si…le résultat suit.

Le fossé est trop grand entre ce qui est dit, proclamé et promis et ce qui est fait.

Nul besoin d’une charte éthique… si la morale ne trouve pas son compte dans sa phase d’élaboration. Nul besoin d’afficher un souci d’exigence et une volonté d’excellence si on prépare le terreau du renouveau avec soit des caricatures (de tous âges)  de « politichiens » comme disait De Gaulle soit avec les artisans de la déconfiture du centrisme « canal historique », ( comme elles et ils osent dire), soit avec des ambitieux qui rêvent de tout sauf de ce qui est le but : le ré-enchantement de la politique, DU politique.

Des réflexions de déçu ? Bien sûr…Des réflexes de naïf ? J’aime en moi cette naïveté là qui résiste à l’usure du temps pollueur d’espérances. Des constats de néophyte en militantisme politique ? Je sais trop les ravages de la bêtise pour en faire l’éloge…Ou en être dupe.

Ce qui est pathétique à la veille de ces congres (UDF, Cap 21, Modem), c’est le décalage qu’il y a entre la justesse des vues de Bayrou sur le présent et le futur de la France (sa dernière ITW à La Croix est à mettre entre toutes les mains) et cette incapacité de tirer pleinement parti de l’élan présidentiel.

Déjà, les faiblesses structurelles de l’UDF ont fait rater à Bayrou le coche du second tour : l’a-t-il bien analysé? Aujourd’hui, il coupe lui-même les espérances qu’il a fait fleurir. Combien sont-ils encore les plus de 75 000 qui avaient fait une inscription de principe sur  Internet ? Et dans bien des villes, à Strasbourg notamment, les listes Modem potentielles ont perdu en quelques semaines de 8 à 15 points : nul besoin de faire des sondages… Le handicap reste surmontable, mais à quel prix! 

J’ai entendu dire Bayrou : « je ne crée pas le Modem pour refaire l' Udf ». C’est l’une des raisons pour lesquelles  pour la première fois de ma vie, et sans avoir aucune ambition politicienne,  j’ai pris une carte de parti. Mais que fait-il d’autre, François ?

Légers, les projets de statuts. Ignoble, la gestion de la phase transitoire. Inconvenantes, les conditions d’octroi des investitures pour les municipales. Irresponsable le grand vide qui a suivi Seignosse. Non démocratique, malgré internet, l’organisation du Congrès   constitutif.

D’autres formations ont un fonctionnement interne encore plus lamentable, mais ils ne prétendent pas ré-enchanter la politique. Comment ne pas comprendre Cavada, abstraction faite de ses ambitions personnelles (aussi légitimes chez lui que chez d’autres) ?

Tout peut encore  être sauvé. Si « l’affaire Cavada », cette goutte qui fait déborder le vase, est prise par Bayrou comme elle doit l’être : un avertissement ultime ! La crise actuelle (car crise il y a, et pas seulement de confiance), n’est pas le signe d'un échec de la stratégie d'autonomie, ni d’un échec programmatique, mais d'un échec organisationnel du parti.

Ce n’était pas simple puisque l’initiative est d’un type nouveau qui méritera quoi qu’il arrive des études approfondies en sciences politiques. Ni parti de masse, ni parti de notables, le Modem ? Parti des deux, et d’autre chose…Parti-citoyen. Belle ambition ! Qui mérite soutiens et engagements. Mais qui a (déjà) été perverti par trop d’errements et de reniements. François, réveilles-toi ! Tu rends fou ceux à qui tu as fait croire que le XXI ième siècle pouvait compter sur une forme nouvelle de parti, sur un nouveau positionnement démocratique,   et sur une philosophie politique nouvelle !

Daniel RIOT

Commentaires

il faut savoir que Rufin avait dit " de toutes les manières, je serai toujours proche du pouvoir"... donc, ne pas s'inquieter de lui

Écrit par : Annick Lewilde | 27/11/2007

j'ai soutenu Bayrou lors de la campagne sur mon blog, autour de moi. J'ai fait ma pré-adhésion sur internet....et je n'ai pas confirmé. Pourquoi ? Vous l'avez très justement dit dans votre post.
J'irai plus loin, tand que Bayrou aura comme bras droit M.de Sarnez, mauvaise conseillère politique, mauvaise communicante etc.... Le renouveau passera par l'éviction de cette femme. Que Bayrou ouvre le parti à des Quitterie Delmas, à une nouvelle génération de femmes et d'hommes politique qui ont une autre vision de la politique politicienne.
Alors, là peut-être je prendrai ma carte.

Coridalement

Écrit par : Trishia | 27/11/2007

Voilà un article écrit dans une plume trempée dans la passion, de celle qui a trop aimé et qui a peur de basculer.

François Bayrou ne serait pas l'homme providentiel parfait que beaucoup espéraient?
Cela ne doit décevoir que veux qui ont voulu y croire.
Il ne s'applique pas tout ce qu'il préconise?
Affirmons notre désaccord, mais ne rejetons pas le visionnaire, l'excellent défenseur de nos valeurs qu'il est!

Maintenant faisons le point:

Nous sommes nombreux, très très nombreux à avoir suivi Bayrou dans le projet qu'il proposait.
Nombreux et extrêmement motivés: y a-t-il déjà eu, dans le passé, un parti ayant attiré des dizaines de milliers de personnes, en quelques semaines, après une défaite. Oui, une défaite! Quelles formidables espérances un tel parti peut-il porter pour que, dans l'échec, tant de citoyens s'y investissent ? Si certains doutent de FB, qu'ils regardent les adhérents!!! Tous ceux-là croient et défendront ardemment leurs valeurs. Le MoDem leur appartient au moins autant qu'à FB!

Parallèlement, nous avons des outils pour donner la forme et les objectifs que l'on souhaite à notre MoDem.
Ne nions pas que les textes ont déjà pu évoluer.
Ils restent insatisfaisants sur certains points? Modifions-les! Puisque la possibilité nous en est donnée!
Sur ce point, Cavada avait un grand rôle à jouer : plutôt que de préférer une échéance électorale, il aurait pu peser, au congrès, de tout son poids pour faire passer, dans nos statuts, les valeurs qu'il dit défendre. Tant de militants l'auraient suivi.

Je veux croire en notre mouvement, non parce qu'il est celui de notre visionnaire de Bayrou, mais parce qu'il est le mouvement de dizaine de milliers de citoyens, énergiques, motivés, profondément démocrates, profondément écologistes, profondément européens...

Alors rendons-nous au congrès et créons notre mouvement à notre image!

Écrit par : Laurent G | 27/11/2007

Le problème de BAYROU n'est pas conceptuel mais décisionnel. Il est relativement facile d' analyser une situation, de rassembler brillament les propositions mais l'essentiel en politique c'est la décision claire et lisible et son application, et là BAYROU est très loin d'être à la hauteur. Ses hésitations et louvoiements ont été de tous temps assez légendaires ( ministère de l'éducation nationale), ses récentes échapatoires ont confirmé cette incapacité. Un autre défaut: ne pas savoir retenir après avoir attiré, ne pas savoir accorder une place réelle à la valeur de son entourage ( Simone Veil et Cavada en sont deux illustrations). Tant et si bien que personne ne sait vraiment ni où donner de la tête ni où se situe Bayrou lui même. Briller ne suffit pas à un homme d'Etat, rappelez vous Michel Jobert ancien ministre des affaires étrangères candidat à la présidence de la république qui prétendait "être ailleurs" et qui finalement ne s'est retrouvé nulle part sur l'échiquier politique. Bayrou dans sa tactique ( s'il en a une) me fait étrangement penser à lui.

Écrit par : Myjanou | 27/11/2007

C'est vrai la création du Modem n'est pas un long fleuve tranquille; mais vous avez trop tendance de voir la partie à moitié vide du verre qui est aussi à moitié plein ... Je crois que François est plus réveillé que ce que vous dites ; j'ai encore pu le constater de visu hier soir à Marseille .
Vous seriez mieux inspiré de soutenir les forces de vie et de création qui animent cette aventure car elles sont grandes . TOUT PEUT ENCORE ETRE SAUVE, comme vous dites, faites en sorte de n'avoir rien à vous reprocher et de tirer du bon coté ; et surtout EVITEZ DE CRIER AVEC LES LOUPS ; le feu en vaut la chandelle ...

Écrit par : Patrice ALBERT | 27/11/2007

Adhérent au MODEM après la présidentielle, je suis heureux d'apprendre qu'une assemblée générale doit réunir les altiligériens.
Quelques réflexions :
- le gouvernement travaille à réformer les régimes spéciaux : pourquoi les représentants du MODEM ne proposent-ils pas d'inclure les élus auprès des catégories déjà ciblées par la réforme. "Pour chaque député non réélu, les Français devront payer 60 mois x 6952 euros soit 417120 euros. A l'issue des 5 ans d'indemnités , les députés non réélus recevront A VIE 20% de ce traitement."
- les banlieux flambent à nouveau : drogue, chômage, ...... J'entends à la télévision que l'on veut délocaliser la production d'Airbus dans la zone dollar. Financièrement c'est sans doute une bonne idée mais pourquoi pas en France, dans une zone où le chômage est à 40 % ? Pour l'Etat le retour sur investissement serait pas mal non plus !
- j'estimais messieurs Lagarde et Cavada ; tous deux sont partis : à qui la faute ?

Écrit par : GRANGE Joseph | 27/11/2007

par une invitation de MIP MIP (par mail, quelle attraction vous exercez) me voilà et je dois dire que ce billet est fort bien développé.
Cordialement

Écrit par : Le Petit Grognard | 27/11/2007

L’UDF de Giscard, tout au long de son histoire, a vécu différentes périodes, phases, qui à chaque fois réclamaient le renouveau : il fallait toujours rassembler, d’un côté pour une reconstruction de la France, raisonnée et ambitieuse, et de l’autre côté contre la gauche, et contre une certaine droite à qui l’on reconnaissait malgré tout une politique compatible, à l’aide d’un savant dosage orchestré à l’époque par des vrais décideurs de part et d’autre. Bayrou est né politiquement à cette période, fin observateur et négociateur, qui a mûri petit à petit le projet Centriste tel qu’il nous l’a présenté d’abord en 2001 avec la Relève, et cette année avec son Projet d’Espoir. La question aujourd’hui : cette maturité était en faveur de qui ? L’histoire du Centre est si mouvementée que le MoDem porte vraiment bien son nom, dans toutes les acceptions possibles du terme mouvement .
F Bayrou est surnommé « jeune loup » par M Bassi et G de la Loyère, dans Le Centre des Trahisons, où est décrite de manière (très subjective, mais…) son accès aux commandes de l’UDF par le rejet progressif de Giscard :
« Ce ne fut pas le plus véhément dans le rejet du père. Il était plus malin que cela. Mais il sut patiemment cacher son jeu et son prurit de carrière, pour finalement tirer parti des circonstances. Il s’empara de ce qui restait de l’UDF – c'est-à-dire son titre– pour en faire la base de sa future candidature présidentielle ». Très sévère, et sûrement injuste mais un constat nous oblige à prendre en considération que la vocation carriériste de Bayrou (légitime quand on a des ambitions pour la France et les Français) s’arrête malheureusement à un projet. Il lui est finalement confortable de ne pas avoir été élu, et fort de son score au premier tour, il peut refonder un parti en son nom sur la base du projet qui a rassemblé des milliers de lecteurs et auditeurs convaincus. Mais l’ambition politique ne se contente pas de fabriquer des fans. Un militant passionné mettra tout en œuvre pour rendre possible ce projet fédérateur auquel il a cru. Et les rôles s’inversent dans ce cas, puisque seuls les militants semblent respecter le devenir du MoDem, en le faisant vivre… par leurs écrits, leur comportement dans leur action politique et leur manière de soutenir des leaders locaux. La star Bayrou contemple, réfléchit, programme, écrit, parle, c’est un formidable communiquant…, il met en scène le MoDem, sans aucun respect pour l’orchestre et pour tous les « intermittents » sans qui la scène ne serait montée pour personne… Le texte joué est bon, mais l'auteur/metteur en scène laisse l'action figée, comme si le public était acquis pour toujours. Serait-ce le texte d'un nouvel évangile, devant lequel prosternation et bénédiction sont les ultimes comportements?
Le congrès de Villepinte sera-t-il l’héritier de celui de Seignosse ? Nous l’espérons « de toutes nos forces », et notre confiance… en "Bayrou 2 Le Retour", est devenue "le projet d’espoir" des militants…

Écrit par : nelly_m | 27/11/2007

Je pense exactement comme vous. Je suis doute loin d'être seul.
Ma question est donc: Y a-t-il espoir de se fédérer et de se faire entendre?

Écrit par : guillaumeD | 27/11/2007

Décidément, le sarkozysme c'est bel et bien le règne de la trahison...

Écrit par : Actu Politique | 28/11/2007

Je me demande parfois si cette période de turbulences n'est pas finalement un peu bénéfique au mouvement. En effet elle permet de voir émerger de nouveaux leaders naturels, qui arrivent à gérer ce bordel et à avancer. Car si l'on réfléchi un peu, après le congrès, qui seront les cadres élus du parti ? Ceux qui auront réussi à sortir la tête de ce merdier ambiant. C'est un bon moyen d'avoir enfin des cadres avec quelques capacité non ?

Écrit par : CedricA | 28/11/2007

Excellent texte auquel je n'ai rien à ajouter tant il exprime mes positions quant à l'évolution du Modem !

Écrit par : Fabrice de Lille | 28/11/2007

Sarko encore lui. Décidement, il n'est pas prêt à lâcher son trône celui-là.

Écrit par : Mr | 28/11/2007

La démocratie est un combat. L'expérience des statuts, où Bayrou a ouvert très vite la vanne des amendements, prouve que tout débat est légitime et que la voix des militants peut faire bouger les choses. Seuls les absents ont toujours tort.

Écrit par : Hervé Torchet | 28/11/2007

que vos mots sont durs !

j'ai l'impression que beaucoup entre au Modem en même temps qu'il entre en politique, avec en tête un parti idéal, où tous les militants seraient égaux quels que soient leur engagement, leur compétence et leur connaissance du terrain

mais j'ai aussi l'impression que certains, plein de bonne volonté et parfois aussi de bonnes idées, veulent aussitôt accéder aux responsabilités au sein du parti, mais également des responsabilités politiques, et ne parvenant pas à leurs fins, en sont tout aigri

et c'est ce que j'ai l'impression de voir ici

quant à Quitterie Delmas, contre qui je n'ai rien contre, ce n'est pas en étant une blogeuse et militante active pendant 6 mis que l'on est pour autant une bonne élue

enfin, ce genre de papiers anti-Bayrou, anti-Modem, écrit sous le coup de la colère ou de l'aigreur n'a finalement que pour conséquence de servir Sarko 1er et sa cour

Écrit par : Damien | 28/11/2007

Sarkosy fréquente les milliardaires, il s'octroie 140 % de hausse de salaire, il prend une suite pour son voyage en chine à 6 500 € la nuit. Et pendant ce temps des français modestes ont du mal à boucler leur fin de mois. Trop de décalage entre le niveau de vie de certain et la pauvreté des autres. Le MODEM sera l'occasion de donner une autre image de la politique. Moins extravagande plus proche de monsieur TOUTLEMONDE. Cavada aurait été plus utile à l'intérieur qu'à l'extérieur mais respectons son choix. Quant à nous, nous avons fait le nôtre nous serons au congrès du MODEM à Villepinte.

Écrit par : Christian22 | 28/11/2007

Mais qu'attend(i)ez-vous donc de Monsieur Bayrou, Monsieur Riot ? Qu'il se comporte sarkoziennement ? Un Sarkozy, ça suffit ! les dégâts à la France sont déjà palpables en six mois; Sarkozy se détruira par lui-même, l'implosion annoncée depuis son élection (et même avant) est déjà en cours.
Oui que voulez-vous Monsieur Riot ? Que Bayrou roule des mécaniques, joue les gros bras, emphatise à tous crins, ponde des discours à répétition aux titres interchangeables, accumule les énormités, sloganise neuneu, com' neuneu ?
Que cherchez-vous Monsieur Riot ? un p'tit père du peuple (dont vous faites partie) Sarkozy-bis ? Un Sarkozy débauchant tous azimuths, verrouillant son parti et donc les débauchés, intronisant dans la fausse (car étouffée par la plupart des medias) unanimité umpiste ? Râcler des électeurs à l'extrême-droite, instaurer des quotas d'expulsion ?

Cavada est en fin de carrière, qu'il ait vu à court terme comme tant d'autres (comme de plus jeunes), ou qu'il pense qu'un mandat local lui permettra de faire "quelque chose" ce qui est son droit, qu'il en profite pour taper sur le Modem et/ou Bayrou en est une autre, une troisième est de renier ce qu'il disait il y a à peine deux mois sur l'Ump, sur Sarkozy, sur Bayrou, et tant de fois avant, c'est ça le plus important : pas fiable. Cavada n'est qu'un débauché de plus, pas le dernier. Au suivant ! au suivant ! dirait Brel.
Sarkozy implose doucement mais sûrement.
Tenons bon (sur les sites et avec ceux qui réfléchissent) et assistons au spectacle de la Déliquescence.
Bayrou tient bon, lui. Contre vents et marées. Il disparaîtra peut-être de la "scène" (politique) par manque d'opportunisme : ce n'est pas un défaut.

Écrit par : Ann o'Nimm | 28/11/2007

jetez le trouble dans l'esprit des citoyens qui ont décidés de s'affranchir du clivage gauche/droite pour ne défendre que l'interet commun et les valeurs citoyennes est exactement l'objectif de ceux qui ont interet a prosperer sur ce clivage (certe utile dans un contexte moderé et en periode de croissance, mais néfaste dans un contexte dure et en période de crise profonde et brutale comme celle que nous vivons depuis ces dernieres années car il est attise les haines et déchire les citoyens de plus en plus "a cran").

Plus les adhérents du modem se déchireront et plus cela fera les affaires de certains...Bayrou ne fait que marcher dans les pas du général de Gaulle, placer l'unité du pays au dessus des ideologies (donc des haines contre l'autre)...ne pas voir cela est une erreur terrible et historique. Bayrou lutte contre toutes les influences, tout les lobbyes, (des deux cotés) et tente de renouer le dialogue sur des fondamentaux communs a tous (liberté, égalité, fraternité, respect, dignité, connaissance et dialogue) et il joue le role du catalyseur de l'esprit citoyens...notre seul recours avant le pire est celui a nos valeurs républicaines...

bon sang mais renseignez vous un peu plus sur la geopolitique actuelle, sur l'état du systeme financier et le résultat de ses dérives et de l'ultraspéculation, sur les combats souterrains des deux ideologies, sur ce qui est en train de se passer...il suffit de prolonger les ligne de derives actuelles pour voir ou elles nous mènent. je ne veux pas voir mon pays sombrer dans un régime brutale, ni le livrer a un seul des deux camp qui dans le climat actuel qui le contraindra à faire souffrir l'autre.

un seul livre a lire pour ouvrir les yeux : "la crise des années 30 est devant nous" de françois lenglet édité il y a quelques mois.

la seule maniere de gerer la crise, et de recoudre le pays pour apaiser les esprits pour cela il faut dépasser les idéologies, miser sur la république citoyenne et federer plus que jamais toutes les energie démocrates (cf : les modérés de tout bords, bref les français ordinaires...) afin de dejouer les risques de deséquilibres...

Bayrou a raison sur le fond evidemment, sur la forme il est condamné a faire ce qu'il peut (pas facile de faire comprendre que l'on peut etre ni de droite, ni de gauche a certains moment de l'histoire, les reflexes et les réseaux jouent contre cette idée et les médias n'arrangent pas les choses, il vendent du clivage, du blanc ou noir, du oui ou non, bref de l'audience tout en faisant le jeu des puissants qui les possedent. C'est bien connu diviser les faibles et le peuple pour mieux regner). Notre pays n'est ni pro ultracapitaliste, ni pro socialo-communisme, ni anti...d'ailleurs, beaucoup de monde se donnent du mal pour lui faire croire qu'il n'est plus comme cela. En fait la France comme le modem doivent être au dessus, juste "citoyens et républicains", (non plus au centre mais central comme dit Bayrou) unis par l'urgence des défis qui nous attendent (crise de l'energie, réchauffement,monde multipolaire en emergence rapide, durcissement des relations USA/OCS, bloquage de la redistribution, crise de la connaissance, média livré aux puissances financieres)...un climat propice au pire...et vous savez trés bien de quoi il s'agit...on a jamais autant parlé de guerre que depuis ces dernieres années, relisez les analyses du climat des années 25/30 et vous verrez.

Bayrou cherche a faire du gaullisme préventif...il vaut mieux "ressouder" le pays "avant" autours d'un projet commun de progrés que de le laisser se déchirer voir sombrer d'un coté ou de l'autre "aprés". Chirac, qui porte aussi de lourdes responsabilités sur la dégradation interieure, (mais avait il le choix ? des marges de manoeuvres ? lui élu par la droite alors qu'il était moderé en bon radical socialiste qu'il était. Pouvait il faire autre chose que de bloquer pour tenter d'apaiser ?) a tout tenter pour ne pas faire tomber la france d'un coté ou de l'autre, pour ne pas avoir a choisir un camp contre l'autre (USA contre chine/russie - israle/palestine) par fidelité aux valeurs démocrate de notre pays depuis des decennies...

Oui Bayrou tente de reloader la fameuse 3eme voie du Général de Gaulle, le posture républicaine (la posture d'urgence pourrait t'on dire). Que certains retombent dans les pieges du clivage ou se laisse acheter par un marocain, un chèque ou un statut médiatique ne doivent pas nous dissuader de quoi que ce soit.

Pour finir, a partir du moment ou le but du modem est de fissurer le mur entre les deux clivages pour mieux rassembler les français autours d'un axe plus équilibé il est normal qu'au niveau local cela provoque des dégats. Alliance un coup avec une droite moderée et un coup avec une gauche moderne (cf : gauche réformiste), cela ne veut pas dire que Bayrou fait n'importe quoi, mais qu'il cherche a elargir ancrages dans les deux bords. Quand vous cherchez a jaillir par le centre pour rassembler il faut bien nouer le dialgue avec les plus receptifs "des deux cotés"...

l'avenir commun ne peut passer par l'ultracapitalisme créateur d'inégalités ou le socialo communisme utopique et archaique mais par une vision médiane, d'équilibre, une volonté de limiter les exces en maintenant la liberté de marché...une telle politique ne pourra se faire qu'avec une forte determination a dépasser les clivages, a chercher le dialogue et a placer les états la ou devrait etre leur vrai role...defenseur des citoyens, emetteur des lois qui évitent les excés, accompagnateur et moteur d'innovation et de progrés...bref régulateur, ni un état providence ni un état martial ou laxiste...cela ne sera pas facile car les deux axes ne voudront rien ceder, surtout en période de tension comme en ce moment...le défi du modem est immense, noble et salutaire, il porte en lui "l'utopie concrete" chere a notre pays (droit de l'homme, etc..) jamais achevée, jamais parfaite mais qui reste un moteur d'espoir...qui d'autres que nous le defendra sinon ?

l'avenir reste a construire, ne nous laissons pas pieger par les obstacles et les leurres...le but est trop important pour le sacrifier aux peripeties de la construction, les obstacles doivent au contraire nous renforcer et nous motiver.

amitiés démocrate et républicaine.

Verity

Écrit par : Verity | 28/11/2007

que les brebis galeuses attirées par NS quittent le Modem, ce n'est pas grave le modem est en marche et rien ne l'arrêtera; F.Bayrou peut compter sur une meute de bédoins fidéles et intégres qui lui assureront la présidence de la France pour le bien de ce pays

Écrit par : DARGACZ | 28/11/2007

@ l'auteur

Je partage complètement votre analyse.

Sur le terrain, on voit affluer des gens de tous les partis, partis dans lesquels ils n'ont pas réussi à faire carrière. Ils voient dans le modem une opportunité pour satisfaire leur ambition personnelle et tiennent sous leur férule une toute petite équipe de fidèles ou de compères en ambition. Ils se gardent bien de convier les nouveaux adhérents aux réunions de peur de tomber sur de sérieux concurrents.

Ceux qui se sont empressés de refermer la porte après l'avoir entrouverte ne sont pas des gens qui ont une ambition à satisfaire (ceux là sont déjà "en place") mais des gens qui ont cru à la promesse de faire de la politique autrement.

En fait de quoi, ils ont trouvé une façon tout à fait médiocre de faire de la politique.
Les nouveaux adhérents sont pris pour des gogos et il n'y a pas le moindre commencement de fond idéologique, juste des petites phases et autre platitudes que n'importe quel parti pourrait revendiquer.

Écrit par : Linda | 28/11/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu