Avertir le modérateur

22/10/2007

Europe: Les "nonistes" se rebiffent.

Le traité de Lisbonne : le coup de gueule de Chouard...

4a4bd5139e374ee7260675916f486856.gifPOLEMIQUE RELATIO par Daniel RIOT- Il repart en croisade, le grand vainqueur du Non au référendum sur la Constitution, l’homme qui, de son site internet, avait réussi à décortiquer le projet de « traité constitutionnel » avec des quelques arguments fondées, d’innombrables arguties et des raccourcis intellectuels d’une honnêteté plus que discutable…

Il repart en provoquant …les journalistes. Ceux qui défendent le traité de Lisbonne, dit-il dans Libé, « sont des subordonnés. Ils ne font pas leur boulot de journalistes ». Et les « bons journalistes »   devraient faire sonner l’heure de la révolte ! «Pour moi, c’est un viol. Un viol politique, c’est une cause de guerre civile. » (…) « Les visites sur mon site n’ont pas augmenté pour le moment. Mais je compte sur les journalistes pour être les sentinelles du peuple et l’alerter ». Ben voyons…

C’est terrible d’avoir eu ainsi son heure de gloire (en jouant les modestes) grâce à des journalistes qui ont fait monter la mayonnaise de la mauvaise foi servie par une logique juste avec des prémisses et des conclusions fausses,  et, au bout du compte, de retomber dans l’anonymat.

Pourtant, Libé fait bien sa « pub » et moi-même ici je fais indirectement sa promo, même si, en bon « subordonné » (à qui, grand dieu ?), je ne combats évidemment pas un traité qui sauve les meubles que ce professeur voulaient faire brûler dans une de ces passions de pyromane qui parfois font des ravages. Je  regrette que ce traité de Lisbonne soit la constitution en moins bien. Alors que je regrettais déjà, durant le référendum, que le projet de Constitution n’aille pas suffisamment loin dans l’organisation d’un vrai pouvoir politique européen….

faf9bb7f30f8c3424a4d085b9d41608b.jpg

Notre inspirateur du refus, comme d’autres bons esprits d’attac et de Copernic dont on attend toujours le « plan B », n’a fait pour moi qu’une vraie faute intellectuelle. Il dénonçait le projet de Constitution au nom d’un « autre Europe ». En fait, comme tous les « alter-européens » (ou presque), il militait pour une Europe altérée, liquidée, rayée… Les vrais anti-européens déclarés étaient (et restent) moralement et intellectuellement plus estimables, du moins moins hypocrites…

Cela dit, ses critiques d’aujourd’hui sont plus fondées que celles qui ont fait sa fausse gloire et ses vrais succès d’hier…

Oui, le texte de Lisbonne est une reprise de la constitution rejetée.  « On a retiré trois détails sans importance : le drapeau, l’hymne, la référence à la monnaie, le mot Constitution, comme si le fait de retirer l’étiquette retirait le danger. Et puis on nous impose par voie parlementaire ce qu’on vient de refuser par référendum ». C’est vrai mais les symboles vivront et la démocratie n’est pas que directe. Elle n’est surtout pas synonyme de doxocratie. D’ailleurs, Sarkozy avait annoncé clairement la couleur avant son élection : c’est à ce moment là qu’il fallait lancer ce débat sur le référendum qui aujourd’hui est obsolète.

Oui, il y a institutionnalisation d’une certaines confusion des pouvoirs. Le fait notamment que les juges européens soient  nommés pour six ans par les gouvernements, et renouvelables est critiquable. Mais la construction européenne a une qualité irremplaçable : sa perfectibilité.

Oui, la partie III du projet de traité constitutionnel a été retirée mais elle reste en vigueur. Heureusement d’ailleurs… C’est tout l’acquis communautaire, donc toute la construction européenne qui aurait volé en éclats. Donc toute l’Union européenne qui aurait été assassinée !

43fc25051f193a51f15aca7b934ccde7.jpg

Mais, Etienne Chouard, dans son hostilité à l’article 104 de Maastricht, c’est-à-dire "l’interdiction pour les Etats  de créer la monnaie", confirme le sens de son engagement et de son travail de sape : il est foncièrement anti-européen. Au nom d’un « souverainisme » mal compris.

Son Non d’aujourd’hui est un NON clair à l’Europe, comme l’était le NON qu’il a tant favorisé durant la campagne référendaire. C’est son droit. Mais qu’il ne parle pas d’une « autre Europe » ! Là est la malhonnêteté intellectuelle. La tromperie. L’escroquerie. La manipulation du peuple.

Chaourd est pour une Europe morcelée. Comme  celle qui a existé durant des siècles. Celle des peuples contre les peuples. Ou des peuples soumis à la loi du plus fort, impérial ou totalitaire.Celle des tueries, des cimetières, des camps.Des lignes Maginot et des barbelés. Du Chemin des Dames et des jeunesses fauchées. Des murs, des bunkers, des barbelés.

 Quelle nostalgie vous habite, Monsieur Chouard? Napoléon, Staline, Hitler? Un mélange des trois, peut-être. Ou le Saint Empire, Charlemagne, César? Et quelle utopie vous travaille? Celle du village gaulois ou celle d'un totalitarisme continental? Le juridisme est un outil pour toutes les causes. Mais là, pardon, j'en conviens, je sombre dans des procès d'intentions. Ce n'est pas bien du tout. Mais j'ai vraiment du mal à comprendre. Trop "subordonné" à un QI trop faible peu-être...

L’Europe qu’il s’agit de construire, « pas à pas », par le traité de Lisbonne, comme par ceux qui l’ont précédé…et ceux qui suivront, c’est celle d’un continent « uni dans le respect de ses différences, de sa diversité ». Et dans le respect de ses peuples. Avec des adhésions librement consenties : les refus suisse et norvégien le confirment bien....

Les analyses de textes d’Etienne Chouard sont forcément faussées puisqu’il ne respecte en rien l’esprit qui les anime et ne  cherche qu’à détruire ce qui, heureusement, se construit.

712c84ad13611e993bc5dc4ef9224680.jpg

Cette Europe-là se construirait d’ailleurs plus et mieux et d’une façon plus démocratique sans les lourdeurs et les pesanteurs qu’imposent ceux qui, comme Chouard, font le jeu des nationalistes, des passéistes, des rétro-futuristes.

La pub que lui fait Libé et la promo que je lui offre ici permettent  au moins d’enlever quelques masques et quelques faux nez. Les vrais clivages, en France, comme ailleurs sont entre deux partis non constitués qui transcendent les clivages politiques : celui des frontières et celui des passe frontières. C’est ce que des « penseurs » du type Chouard ont réussi à faire oublier lors de ce referendum qui a affaibli et la France et l’Europe.

Daniel RIOT

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu