Avertir le modérateur

28/09/2007

Strasbourg : Les parlementaires de l’UMP avant les Enfoirés dans la « grande » capitale des « grandes » têtes d’affiches !...

... Et le « tandémisme » n’est pas encore à son zénith…

La petite chronique strasbourgeoise de Daniel RIOT

Avant-hier, les dna m’avaient fait gentiment sourire. En « Une » (ce n’est pas rien) et en « grand » titre, le « OUI » (massif et franc, comme il va de soi depuis de Gaulle) des usagers des nouvelles lignes du tram. Quelle surprise ! Qui pourrait dire NON ?

Mais quand on prenait le temps de lire un peu le texte, que voyait-on ? Des récriminations en série, comme dans le courrier des lecteurs de la veille d’ailleurs. Logique. Ayant complètement renoncé à la voiture en ville, j’utilise suffisamment le tram pour comprendre bien des insatisfactions (ce qui ne m’empêche pas d’avoir souvent une pensée émue et reconnaissante pour Catherine et Roland qui ont eu le mérite de faire la double révolution du tram et du vélo dans cette ville : j’insiste sur cette paternité par esprit de justice).

Et que vois-je aujourd’hui dans les mêmes dna ? La justification des plaintes et des avertissements lancés par les usagers et les syndicats, malgré le OUI crié de la veille. Il est vrai que, comme l'émotion gouverne nos gouvernants, quelques incidents ont  perturbé l’autosatisfaction « tandémique » strasbourgeoise…

« Tandémique » ? Tiens moi aussi je sombre dans la mode des néologismes…Mais le « tandémisme » peut trouver sa place dans le « Petit Robert » si quelques psycho-sociologues veulent bien décrypter cette pathologie de « l’autosatisfaction affichée à deux en toute circonstance, surtout quand elle n’est pas justifiée ».

Une pathologie « perverse » comme dit Robert Grossmann pour qualifier les raisonnements jugés « politiciens » de ses adversaires au sein du conseil de CUS (si j’en crois encore les dna de ce matin).

0c0415f2f374e97e533434a6cdddae17.jpg

Pardon pour cette parenthèse sémantique…J’en reviens au tram. D’abord, les accidents n’ont pas fait de blessés graves ni de trop gros dégâts. C’est bien. En matière d'accidents, il n'y a pas de risque zéro.Ensuite les retards occasionnés par ces chocs aux carrefours ont au moins un mérite : celui d’avoir une explication. Il en est tant d’autres qui, chaque jour,  sont inexpliqués. Enfin, et surtout, les réactions « tandémiques » de  Dame Fabienne et de Sir  Robert (toujours selon les irremplaçables dna) en Conseil de CUS ne manquent pas de sel.

Le deuxième engueule les employés de la CTS, la première fait la leçon aux automobilistes et aux autres usagers. Les défauts du réseau provoqués par l’empressement « tandémique » de jouer politiquement (donc d’une façon « perverse ») avec les inaugurations programmées ? C’est un signe du « tandémisme » : ce qui ne va pas ou pourrait aller mieux est de la responsabilité des autres…

Puisque je fais un peu de pub, dans cette petite chronique strasbourgeoise, pour les dna, je vais continuer. Deux réactions intéressantes relevées sur le blog de la locale des dna qui illustrent bien cette maladie du « tandémisme » qui se traduit aussi par voir « grand » tout, même ce qui ne l’est pas …

Je les reproduis ici, en regrettant, bien sûr, une fois de plus que leurs auteurs utilisent des pseudos (c’est l’une des plaies des forum sur le net), mais je les comprends :oser critiquer le tandem à visage découvert, c’est défier ceux qui par « tandémisme » ont tendance à se déifier…

>> (signé ecureuil) : « Un "grand" Zénith, après la "grande" verrière et avant la "grande" bibliothèque. Fabienne Keller et Robert Grossmann veulent tout ce qui est le plus "grand". Ils oublient de dire qu’il y a, aussi, la "grande" misère des associations, le "grand" mépris qu’ils ont pour tous ceux qui ne partagent pas leurs idées, la "grande" solitude de leur pouvoir puisqu’ils dirigent SEULS ville et communauté urbaine. Depuis 2001, il y a une "grande" absente à Strasbourg : la démocratie. »

Alors là… Comment osez-vous « écureuil » ? Pas « démocrate », le tandem ? Ils avaient tellement promis de l’être dans leur programme de 2001… Je m’étonne que Robert Grossmann n’ait pas encore pondu un œuf sous votre commentaire  pour vous traiter comme il conviendrait. Pensez- vous qu’ils ont été élus pourquoi ? Pour faire le jeu de leurs oppositions ? Avez-vous suivi toutes les concertations qu’ils ont orchestrées en tout et pour tout ? Avez-vous vu avec quel tact ils traitent tous ceux qui osent de ne pas être d’accord avec eux ?

La démocratie, ce n’est pas abstrait, vous savez : unis dans la peur l’un de l’autre, réunis par l’obsession du complot, soudés par la peur des trahisons, cimentés par leur haine viscérale de celles et de ceux qui pourraient leur faire de l’ombre, collés l’un à l’autre par défiance de leurs amis et de leurs ennemis, ils sont authentiquement démocrates…entre eux, à huis clos. Il faut qu’une démocratie soit ouverte ou fermée, vivante ou morte, réelle ou formelle. La leur est fermée, morte et formelle, mais elle est…

Désolé « écureuil » : retourner à vos noisettes. Le tandem veille sur la Ville. Le pouvoir, monsieur, ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Ils s’en servent pour faire de « grandes »  choses. Puisqu’ils le disent…

8b3f2fe3ac2c92d93e5e55fd3ec789fd.jpg

>>>(signé  oracle131) « Le "marché" des Zéniths en France, c’est à tout casser 5 personnes (la plupart regroupées dans le syndicat "Prodiss") qui le contrôlent ; ce sont plus des chefs d’entreprise de l’industrie culturelle que des "amoureux des arts et des lettres". L’adjoint à la culture et président de la CUS, si prompt à défendre les acteurs et les opérateurs institutionnels de la culture, aurait dû s’interroger en amont sur cette industrie particulière qui est à la musique ce que sont les multiplexes à l’art et essai, des machines à fric qui accélèrent la marchandisation de la culture. Combien de salles intermédiaires (entre "La Grotte" et Artefact) auraient pu voir le jour dans l’agglomération avec l’équivalent de cet investissement ?

Les cultures urbaines, pourtant les plus populaires, n’ont toujours pas leur lieu dédié, la diversité culturelle et l’identité cosmopolite de Strasbourg n’ont toujours pas une Maison des Cultures du Monde, toujours pas de véritable structure de formation et d’accompagnement des musiques actuelles (quelques centres de ressources aux budgets bien limités).

De surcroît, les" heureux élus" vont bénéficier de subventions, c’est comme si on donnait de l’argent public à un consortium qui défie toutes les lois de la concurrence. Quant aux "Enfoirés", tout un chacun est en mesure de constater que cette opération suit les règles du marché en question ; à savoir "recycler" quelques produits médiatiques en mal d’inspiration et d’audimat en s’appuyant sur la générosité populaire.

Drôle de politique culturelle qui magnifie le Zénith comme le point culminant de son ambition au détriment d’une culture vivante, de proximité, seule à même de préserver un lien social suffisamment mis à mal alors que la scène locale est en pleine crise de confiance (économique, professionnelle, esthétique, ...) à quelques rares exceptions. »

C’est long, mais c’est bon, non ? C’est juste surtout… Même si en matière culturelle, personne ne contentera jamais tout le monde. Vous imaginez Malraux, l’idole du « Mérimée de la Robertsau », magnifier ce qui sera sans doute le plus grand mais aussi le dernier Zénith de France ?

207c9594af27fafb883756d6d88b1989.jpg

Dieu sait pourquoi, je pense subitement à ce qu’aurait pu et du devenir le « Babel » lancé par l’ami Roger Siffer, qui sait ce que « cultures du Monde » veut dire… Mais c’était un projet de « gauche » et le « tandem » ne savait pas encore que la droite française, sous l’impulsion de Sarko,  allait remplacer  « fermeture » par « ouverture » ! Au fait, un Festival Babel, Bruxelles en a un. mais Bruxelles, c'est Bruxelles, n'est-ce pas? On y fête le 50 Ième anniverasaire du traite de Rome par une expo vraiment européenne qui va attirer plus de deux millions de personnes...EUROPALIA !

Heureusement qu’ils  n’ont pas osé revenir sur le tram et sur le vélo… Et qu'ils ont tenu parole envers Tomi Ungerer.

A l’époque, ils n’auraient jamais subventionné les « Resto du cœur » : ils avaient même refusé de soutenir un Congrès mondial contre la peine de mort, ce combat premier du Conseil de l’Europe. Mais, tout va si vite que les mémoires sont défaillantes… Pas toutes, heureusement !

Enfin, ne nous plaignons pas : ce soir, c’est l’inauguration de MUSICA qui est un vrai Festival (comme ne l’est plus celui de la musique dite classique). Merci à Pierre Pflimlin (qui savait oser… l’audace!) et à ceux qui ont permis à cette manifestation bien organisée et remarquablement animée de s’imposer comme le rendez-vous mondial de la création. A propos de « Musica », on ne se croit pas obliger de parler d’un « grand » Festival…

Mais (j’y pense), Strasbourg la culturelle accueille aujourd’hui une autre « grande » manifestation : les journées parlementaires de l’UMP. Avec un « grand » discours de Fillon et une « grande » mobilisation médiatique. De quoi faire oublier le « petit » budget  et la fin du « grand » état de grâce de l’ère Sarko. L’UPS, l’Union pour Sarkozy, qui a un « tandem » en logo, va cultiver une fois de plus son « tandémisme » aigu et chronique. Un « tandémisme » qui n’a pas encore atteint  son Zénith : il reste tant de « grandes » inaugurations à faire…

L’UMP avant les « Enfoirés » : Strasbourg (« grande ») capitale des « grandes » têtes d’affiche !

Daniel RIOT

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu